Page:Daudet - Tartarin sur les Alpes, 1901.djvu/113

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

avertie de ses paroles imprudentes, de sa liaison avec Sonia, et demandant l’extradition ? Mais alors, pourquoi arrêter les délégués ?… Que pouvait-on reprocher à ces infortunés dont il se représentait l’effarement, le désespoir, quoiqu’ils ne fussent pas comme lui dans le cachot de Bonnivard, sous ces voûtes aux pierres serrées, traversées à l’approche de la nuit d’un passage de rats énormes, de cancrelats, de silencieuses araignées aux pattes frôleuses et difformes.

Voyez pourtant ce que peut une bonne conscience ! Malgré les rats, le froid, les araignées, le grand Tartarin trouva dans l’horreur de la prison d’État, hantée d’ombres martyres, le sommeil rude et sonore, bouche ouverte et poings fermés, qu’il avait dormi entre les cieux et les abîmes dans la cabane du Club Alpin. Il croyait rêver encore, au matin, en entendant son geôlier :

« Levez-vous, le préfet du district est là… Il vient vous interroger… » L’homme ajouta avec un certain respect : « Pour que le préfet se soit dérangé… Il faut que vous soyez un fameux scélérat. »

Scélérat ! non, mais on peut le paraître après une nuit de cachot humide et poussiéreux, sans avoir eu le temps d’une toilette, même sommaire. Et dans l’ancienne écurie du château, transformée en gendarmerie, garnie de mousquetons en râtelier sur le crépissage des murs, quand Tartarin – après un coup d’œil rassurant à ses alpinistes assis entre les gendarmes – apparaît devant le préfet du district, il a le sentiment de sa mauvaise tenue en face de ce magistrat correct et noir, la barbe soignée, et qui l’interpelle sévèrement :

« Vous vous appelez Manilof, n’est-ce pas ?… sujet russe… incendiaire à Pétersbourg… réfugié et assassin en Suisse.

— Mais jamais de la vie… C’est une erreur, une méprise…

— Taisez-vous, ou je vous bâillonne… » interrompt le capitaine.

Le préfet correct reprend : « D’ailleurs, pour couper court à toutes vos dénégations… Connaissez-vous cette corde ? »

Sa corde, coquin de sort ! Sa corde tissée de fer, fabriquée en Avignon. Il baisse la tête, à la stupeur des délégués, et dit : « Je la connais.

— Avec cette corde, un homme a été pendu dans le canton d’Unterwald… »