Page:Dauphin - L’Âme de mon violon, 1902.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ô leur petit front baissé
Sur le livre, dans la classe
Où, chantonnant l’A B C
Avec elles, je délasse
Mon humeur — si ne l’agace
Leur étourderie en vain
Réprimée ici sans fin.

Et c’est leur course, au parterre,
Au parc de Fontainebleau,
Qu’avec grand’peine on modère
Derrière les hauts cerceaux ;
C’est leurs gambades, leurs sauts
De gamines presque grandes
En forêt parmi les brandes.

C’est au piano leurs doigts,
Oh ! déjà de jeune fille !
Leurs doigts véloces, adroits ;
Ou c’est leurs travaux d’aiguille