Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Gaietés.


La Corde roide, page 17. ― Cette ode n’est que la mise en scène lyrique du titre même du livre : Odes funambulesques. A propos de ce titre qui a eu une si heureuse fortune, je dois raconter qu’il m’a été donné d’une manière tout à fait surnaturelle. J’avais écrit la plupart des odes comiques dont se compose le livre, uniquement dans le désir de chercher un genre nouveau, et sans songer du tout à les réunir. Ce fut P. Malassis qui audacieusement entreprit d’en faire un livre, et comme il arrangeait déjà sa charmante édition imprimée en rouge et en noir, un camarade quelconque, un indifférent que je rencontrai me demanda à brûle-pourpoint : « Eh bien ! quand paraissent vos... Odes funambulesques ? » Je tressaillis et réprimai l’expression de ma joie, car à l’instant