Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fixèrent sur l’auteur de L’Ombre d’Éric, et chicards, pierrots, caciques, masques aux guenilles furieuses, débardeurs aux culottes de soie, taillés à la Rubens, dix mille voix lui hurlèrent dans un terrifiant unisson : Si Limayrac devenait fleur ! Ceci prouve que quelquefois la meilleure manière de répondre est de ne pas répondre, et que, dans certaines occasions, on peut couper avec succès non seulement la queue de son chien, mais les queues des chiens des autres. Et c’est ainsi que fut trompé, mais pour cette fois seulement ! l’espoir que j’avais toujours nourri de ne jamais voir un de mes ouvrages obtenir de popularité.


Ducuing, page 118, vers 10. ― M. François Ducuing, le député, le publiciste et le financier qu’on connaît, élevait à la gloire de Ponsard, dans les journaux et dans les Revues, un tas de petits autels, sur lesquels il égorgeait quotidiennement... Shakspere ! La plupart des hommes politiques, en art et en poésie, sont de cette force ; voilà pourquoi la France est toujours si mal gouvernée.