Page:De Broyer - Feuillets épars, contes, 1917.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La petite sœur tremblait d’effroi dans cette chambre pauvre, près de cette femme effrayante. Une envie folle de fuir la prit… mais elle n’osa.

Elle revit la campagne et les vergers en fleurs…

Elle voulut n’être qu’une femme… comme les autres.

Aujourd’hui, sœur Saint-André n’est plus religieuse.