Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je lui logerais incontinent une bonne petite flèche entre les deux yeux, ou dans l’oreille, ou dans quelque endroit de sa tête de vilain. Mais si je tire maintenant, je risque d’atteindre le baes. Ha vieux tousseux, non tu n’es plus bon à rien en ce monde, pas même à tuer un chien enragé. Tu peux t’aller jeter à l’eau, fainéant. » — Cependant il cherchait sans cesse à saisir un moment où le Maure se tiendrait tranquille, pour lui faire manger son bois ; mais Mahom ne cessait de bondir, allant et venant, quand soudain il entendit un grand craquement, c’était la hampe, laquelle se rompait sur l’épaule du Maure, qui tomba sur le plancher comme un saumon de plomb.

— Baes, dit le Tousseux entrant, est-il bien mort ?

— Dieu fasse que non, répondit Ser Huygs.

— Ha ! baes, repartit le Tousseux, c’est là une grande faveur de voire benoît patron.

— Je lui ai fait tort une fois : ce n’est pas lui qui devait être puni, dit encore Ser Huygs.

— Dieu l’a voulu ainsi, Dieu soit béni, baes, béni en tout.

Soudain par la porte d’entrée du Steen, entrèrent dans la maison quelques soldats de l’amman, des gens des métiers en armes et bon nombre de femmes curieuses.

Johanna et Roosje criaient d’en bas : « Tiens ferme