Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et l’autre : ne croyez pas cependant que je craigne les violences de l’immoralité ; Horace a dit :

Justum ac tenacem propositi virum,
Impavidum ferient ruinæ
.

Je suis cet homme incapable de pâlir, mon teint d’ailleurs rend la chose impossible et les coups de bâton les plus rudement appliqués ne m’ôteraient rien de la dignité de mon caractère.

Monsieur, il était hier question de madame votre épouse que, sans avoir l’honneur de connaître, je vénère essentiellement. Le jeune homme dont je veux vous entretenir faisait de sa beauté et de son jupon rouge un éloge très-pompeux mais sans doute des mieux mérités et il a fini par dire : Je lui écrirai, il faut que je lui écrive. J’ai voulu le prévenir, monsieur, et sans tarder, je mets cette nuit même ma lettre à la poste.

Veuillez agréer les assurances multipliées des sentiments sincères de la considération la plus distinguée de votre très-humble et très-dévoué serviteur.

Un ami inconnu.

P. S. Le devoir m’oblige de vous dire son nom dans le cas où par prudence, il ne signerait pas sa lettre : il se nomme Ottevaere, il a de mauvaises mœurs, et habite un château près de Meulestee.