Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/48

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ottevaere fit ouvrir la grille et entra dans le parc sans paraître même l’avoir remarqué. Il eut cependant un petit sourire qui rendit Isaac furieux, mais dissimulant avec soin sa fureur, le terrible mari s’éloigna. Dès qu’il pensa qu’on ne pouvait plus le voir du château, il brandit sa canne avec rage, frappa sur les haies et mit en pièces plusieurs chardons qui n’en pouvaient mais.

En remontant en voiture il injuria son domestique et le traita d’imbécile à plusieurs reprises. Il fit au dîner une scène ridicule à Anna, mais il n’osa lui dire qu’il avait reçu une lettre anonyme ni lui avouer sa couardise à l’endroit d’Ottevaere.


XVIII.


Ottevaere à Anna.
Décembre 1859.
Madame,

Une femme chemine sur une grande route comme une hirondelle voyageuse ; la nuit qui est noire et sera longue vient de tomber. Un homme marche à côté de la femme,