Page:De Coster - Contes brabançons, 1861.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


charme irrésistible, mais on n’aura jamais dans la poitrine ce ferme courage qui sait attendre vingt ans son heure et ne pas faiblir en l’attendant.

— Combien de temps ce supplice durera-t-il ?

— Tout le temps que Dieu voudra, répondit Anna.


XXI.


Ottevaere à Anna.
Février 1860.

Le temps des roses passe vite, vite il passe le temps de la jeunesse et du rire frais. La vie est déjà si triste, faut-il qu’Anna se la fasse encore plus noire. Elle s’est assez dévouée, elle a assez donné de ses larmes et de son cœur à un mari qui la trompe ; il est temps qu’elle songe à elle-même.

Elle n’est pas seule au monde, un homme est là qui l’aime, est tout à elle et l’attendra toujours s’il le faut.