Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/436

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le seigneur, se retournant au bruit, dit à Ulenſpiegel :

— À quoi te sert-il de tourmenter cette bête ?

— À quoi, meſſire, vous sert-il de tourmenter ce pavé ?

— Ce n’eſt point même choſe, dit le seigneur.

— La différence n’eſt pas grande, répondit Ulenſpiegel : si ce chien tient à son os & le veut garder, ce pavé tient à son quai & y veut reſter. Et c’eſt bien le moins que des gens comme nous tournent autour d’un chien quand des gens comme vous tournent autour d’un pavé.

Lamme se tenait derrière Ulenſpiegel, n’oſant parler.

— Qui es-tu ? demanda le seigneur.

— Je suis Thyl Ulenſpiegel, fils de Claes, mort dans les flammes pour la foi.

Et il siffla comme l’alouette & le seigneur chanta comme le coq.

— Je suis l’amiral Très-Long, dit-il ; que me veux-tu ?

Ulenſpiegel lui conta ses aventures & lui bailla cinq cents carolus.

— Qui eſt ce gros homme ? demanda Très-Long montrant Lamme du doigt.

— Mon compagnon & ami, répondit Ulenſpiegel : il veut, comme moi, chanter sur ton navire, à belle voix d’arquebuſe, la chanſon de la délivrance de la terre des pères.

— Vous êtes braves tous deux, dit Très-Long, vous partirez sur mon navire.

On était pour lors en février : aigre était le vent, vive la gelée. Après trois semaines d’attente dépiteuſe, Très-Long quitte Emden avec proteſtation. Penſant entrer au Texel, il part du Vlie mais eſt contraint d’entrer à Wieringen, où son navire eſt cerné par la glace.

Bientôt ce fut tout autour un joyeux spectacle : traîneaux & patineurs tout en velours ; patineuſes aux cottes & vaſquines brodées d’or, de perle, d’écarlate, d’azur ; garçonnets & fillettes allaient, venaient, gliſſaient, riaient, se suivant en ligne, ou deux à deux, par couples, chantant la chanſon d’amour sur la glace, ou allant manger & boire dans des échoppes ornées de drapeaux, du brandevin, des oranges, des figues, du peperkoek, des schols, des œufs, des légumes chauds & des ecte-kaeken, ce sont des crêpes, & des légumes au vinaigre, tandis qu’autour d’eux traînelets & traîneaux à voile faiſaient crier la glace sous leur éperon.

Lamme, cherchant sa femme, vaguait patinant comme les joyeux bonſhommes & commères, mais il tomba souvent.