Page:De Coster - La Légende d’Ulenspiegel, 1869.djvu/546

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& de bitume allumé pour les femelles de ton eſpèce : tu refuſas mon paternel amour : sois maudite trois fois par la sainte Trinité ; maudite sept fois par les chandeliers de l’Arche ; que la confeſſion te soit damnation ; que l’hoſtie te soit un venin mortel, & qu’à l’Égliſe chaque dalle se lève pour t’écraſer & te dire : « Celle-ci eſt la fornicatrice, celle-ci eſt maudite, celle-ci eſt damnée ! »

Et Lamme joyeux, sautant d’aiſe, diſait :

— Elle fut fidèle, il l’a dit, le moine ; vive Calleken !

Mais elle, pleurant & tremblant :

— Ôte, dit-elle, mon homme, ôte cette malédiction de deſſus moi. Je vois l’enfer ! Ôtez la malédiction !

— Ôte la malédiction, dit Lamme.

— Je ne l’ôterai point, gros homme, repartit le moine.

Et la femme demeurait toute blême & pâmée, & à genoux, les mains jointes, suppliait Broer Adriaenſen.

Et Lamme dit au moine :

— Ôte ta malédiction, sinon tu seras pendu, & si la corde caſſe à cauſe du poids, tu seras rependu juſqu’à ce que mort s’enſuive.

— Pendu & rependu ! dirent les Gueux.

— Donc, dit le moine parlant à Calleken, va paillarde, va avec ce gros homme ; va, je lève ma malédiction, mais Dieu & tous les saints auront l’œil sur toi : va avec ce gros homme, va.

Et il se tut, suant & soufflant.

Soudain Lamme s’écria :

— Il gonfle, il gonfle ! Je vois le sixième menton ; au septième, c’eſt l’apoplexie ! Et maintenant, dit-il, s’adreſſant aux Gueux :

— Je vous recommande à Dieu, toi Ulenſpiegel, à Dieu, vous tous mes bons amis, à Dieu, toi Nele, à Dieu la sainte cauſe de la liberté : je ne puis plus rien pour elle.

Puis ayant donné à tous & reçu l’accolade, il dit à sa femme Calleken :

— Viens, c’eſt l’heure des légitimes amours.

Tandis que le batelet gliſſait sur l’eau, emportant Lamme & son aimée, lui le dernier, matelots, soudards & mouſſes criaient tous, agitant leurs couvre-chefs : Adieu, frère ; adieu, Lamme ; adieu, frère, frère & ami.

Et Nele dit à Ulenſpiegel en lui prenant du bout du doigt mignon une larme dans le coin de l’œil :