Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


arrivé en Angleterre n’arrive aussi chez nous ! " enfin telle est la position de l’église dans le royaume appelé très chrétien. On mine avec art sa discipline, son gouvernement, sa hiérarchie ; on la charge de triples liens pour l’empêcher de réparer ses ruines, pour que rien n’arrête, rien ne retarde le travail destructeur d’une fausse politique et de l’impiété. Depuis l’athée jusqu’au janséniste, tous les sectaires se remuent, se liguent, comme s’ils pressentoient un triomphe prochain. Dans leurs rangs, qui se pressent d’heure en heure, accourent les ambitieux, les intrigants, les foibles d’esprit, les foibles de conscience, les parleurs de christianisme et de monarchie. Chacun apporte avec soi le tribut exigé de calomnies et de déclamations.