Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


c’étoit pour se mettre soi-même au-dessus du concile, pour asservir aux rois de la terre l’épouse du roi des cieux ?

En veut-on une autre preuve trop frappante et trop mémorable ? Voici comme s’exprimoit, dans un discours prononcé devant les députés de la France, le 10 mai 1824, M. l’évêque d’Hermopolis.

" Il y aura des abus tant qu’il y aura des hommes ; tel est l’apanage de notre foible nature... etc. " Que les pouvoirs ecclésiastiques soient si susceptibles, si inquiets, il étoit réservé à un évêque de nous l’apprendre ; et dans quel moment ?

On le sait. Enfin des querelles s’élèvent entre ces pouvoirs et les pouvoirs civils, entre l’Eglise et l’état, attendu que pour eux, la paix perpétuelle est impossible. cependant, qui terminera ces démêlés ? Le législateur,