Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des hommes, pour faire la guerre il faut de l’argent. Qui donne l’argent ? Qui accorde les hommes ? Le parlement, et le parlement seul. Nulle guerre ne peut donc être faite que de son consentement ; le système entier de l’administration lui est soumis de la même manière. Les ministres sont liés sur tous les points par ses volontés ; qu’ils choquent aujourd’hui, en quelque chose, ses vues, ses opinions, ses désirs, et même ses caprices, il les chassera demain malgré le roi. Ils ne sont donc pas effectivement les ministres du roi, mais les ministres du parlement. Le parlement est donc en réalité le pouvoir administrant, comme il est le pouvoir législatif.

Il nous semble que quiconque ne s’arrête pas à de simples apparences, mais voit les choses telles qu’elles sont au fond, ne sauroit contester aucun des faits que nous venons d’avancer, ni aucune des conséquences que nous en déduisons. Nous n’avons d’ailleurs rien dit qui n’ait été dit et redit mille fois, dans les chambres mêmes, en termes équivalents, rien que ce qu’on lit dans tous les ouvrages qu’on a publiés depuis dix ans sur le gouvernement représentatif. Tous nos raisonnements reposent sur des bases positives, sur des maximes avouées, sur ce qui se passe chaque jour sous nos yeux.

Reprenant donc les questions posées précédemment,