Page:De la Mennais - De la religion, 1826.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


temps, pourvu qu’on le laisse faire et qu’on ne dérange point son action. à les en croire, tout ira bien ; il suffit d’attendre : et c’est qu’ils sont las de combattre, ils veulent du repos.

Il faut réveiller ces endormis, en frappant leur oreille du bruit des révolutions qui grondent dans le sein de l’avenir. Mais cependant voyons ce que des hommes d’un haut talent peuvent dire en faveur de l’opinion sur laquelle ils se tranquillisent.

On a beaucoup parlé de la marche du siècle et du mouvement des esprits, et personne n’a remarqué un phénomène digne de fixer l’attention de l’homme d’état et du législateur... etc.