Page:Deherme - L’Idéologie délétère.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les plus impérieuses, qui sont naturellement les plus égoïstes, les plus bestiales. « Faute de motifs extérieurs, remarque A. Comte, l’esprit prononce nécessairement d’après les impulsions intérieures. »

Ainsi se « libéra » l’individu de tout lien humain. Mais ce fut seulement pour s’asservir physiquement aux choses.


VIII. — La continuité.


C’est que l’individu, qui ne saurait se définir, n’est qu’une abstraction. Il ne se détache du social que pour s’absorber dans le biologique et même le physique.

Si, dans son inspiration théorique, la Déclaration des droits de l’homme est la Somme des erreurs, elle est, dans ses conséquences pratiques, la plus formidable mystification de tous les temps. C’est la manifestation d’un délire collectif. Car rompre délibérément toute continuité, et même toute solidarité, pour affirmer la seule existence de ce qui n’existe que par ce qu’on nie, s’écarter du sillon sacré que la nature sociale nous a tracé, que les ancêtres ont docilement suivi, c’est, proprement dé-lirer.

On ne conçoit bien l’avenir que par le passé. Le progrès n’est jamais qu’un développement de l’ordre réalisé déjà.

Voilà ce que l’infatuation métaphysique, et donc révolutionnaire, qui implique la monstrueuse