Page:Deherme - L’Idéologie délétère.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX. — La solidarité.


Quoique d’importance moindre, la solidarité a été aussi furieusement attaquée que la continuité.

Le Code civil, notre législation se sont acharnés à disperser les groupes organiques, à éparpiller les forces sociales, à corroder les assises fondamentales des institutions séculaires.

Les économistes, doctement, rédigèrent le catéchisme de la plus extravagante, de la plus funeste idole que l’aberration fétichiste ait inventée : l’argent. Croyant s’opposer, les socialistes coalisèrent la misère, l’envie, la haine, non point contre le dur matérialisme qui écrasait les faibles ; mais, au contraire, pour introniser une idole jumelle : le nombre. Et l’on eut ainsi l’ochloploutocratie qui systématisa l’anarchie.


X. — L’individualisme révolutionnaire.


« Le principe révolutionnaire, dit Comte, consiste surtout dans l’absorption du pouvoir spirituel par les forces temporelles, qui ne reconnaissent d’autre autorité que la raison individuelle… Tous les partis actuels méritent ainsi d’être qualifiés d’anarchiques et de rétrogrades, puisqu’ils s’accordent à demander aux lois les solutions réservées aux mœurs. »

Et cette légifération à outrance n’est, le plus