Page:Deherme - L’Idéologie délétère.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pu engendrer. A elle uniquement consent à se subordonner, parfois à s’immoler le Moi ; elle seule est indiscutée. « A l’ordinaire, les hommes doutent toujours de leur religion, mais jamais de leur superstition. »[1] Ceux qui ne sacrifient point au culte de Mammona sont exceptionnel et leur non-conformisme fait scandale.

Lorsqu’il n’idiotise pas complètement, le matérialisme égare l’intelligence en lui faisant prendre habituellement, dans ses opérations les plus complexes, le moyen pour le but : et donc, ici, l’or pour la monnaie, la monnaie pour la richesse, la richesse pour la fin te l’existence…

Le métal n’est qu’une représentation grossière de la monnaie. On commence à s’en passer. Sauf en France, — et c’est pourquoi la manie de thésauriser y est plus propagée qu’ailleurs, — on le remplace avantageusement par du papier, un chèque. Mais le papier menue est de trop. Une écriture, un virement de compte suffisent. Si cette pratique se généralisait, il en résulterait d’abord que le signe de la richesse ne pourrait plus être pris pour la richesse même et cela contribuerait beaucoup à guérir tant de malheureux de cette hideuse insanité qu’est l’avarice.

Même socialement, les conséquences seraient des plus heureuses. Car l’économie humaine a été détraquée par cette confusion de la monnaie avec la richesse.

  1. Houston-Stewart Chamberlain, la Genèse du xixe siècle.