Page:Deherme - L’Idéologie délétère.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


motifs apparents, pas de métaphysique, quintessenciée ou triviale, de la Sorbonne, du Palais Bourbon ou de la Confédération générale du travail, — pas de cinéma abrutisseur !…

Or le vrai, que ces vaillants peuvent-regarder en face, c’est que la « justice » ne nourrit pas, même sous forme d’assignats, c’est que l’effort, la tempérance, la discipline, l’observation des lois économiques vont s’imposer plus rigoureusement encore qu’avant la guerre.

Si l’on pouvait répandre l’abondance et la joie dans l’Humanité en faisant pleuvoir des ronds de métal et des bouts de papier multicolores, — qu’ils soient frappés et imprimés par la Banque de France ou par l’État prussien, — ça se saurait depuis longtemps.

En tout cas, au pays des icônes, les bolcheviks seraient des dieux bienfaisants. Or nous voyons les ouvriers de Pétrograd passer leurs journées et leurs soirées désœuvrées au théâtre, les poches pleines de roubles « expropriés », mais l’estomac vide. Et cela durera pour eux jusqu’au dernier grain de blé.


XX. — Ce que l’Allemagne ne restituera pas.


De notre côté, c’est la victoire. Les vaincus auront à payer. Nous le voulons, certes.

Mais comment ?

Paieraient-ils plus encore, ce ne sera pas en produits alimentaires, puisqu’ils n’en ont plus