Page:Delâtre - L’Égypte en 1858.djvu/15

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 18 —

cent trente rois depuis Menés, le fondateur de la monarchie.

Manéthon atteste l’existence de tables chronologiques remontant sans interruption jusqu’à Menés, et indiquant avec la plus scrupuleuse exactitude les noms, l’âge, les actions des rois et la durée de leurs règnes exprimée par années, mois et jours.

Tandis que les prêtres consignaient l’histoire d’Égypte sur le papyrus, les rois la faisaient graver sur les murs des édifices. Les monuments égyptiens sont des pages d’histoire ; leurs parois, bigarrées d’hiéroglyphes, racontent les faits et gestes des Pharaons. Chaque génération qui passait sur cette terre antique y écrivait son histoire sur des palais, sur des tombeaux composés de matériaux indestructibles. Les Grecs étaient trop amoureux de l’élégance des formes pour élever des constructions durables ; les Chinois n’ont point d’architecture ; les Indiens n’ont point de constructions bien anciennes ; les Babyloniens ne bâtissaient qu’en briques ; dans le nord de l’Europe, les constructions périssent par l’effet du froid et de l’humidité ; dans le sud, ils disparaissent sous les efforts d’une végétation trop active. L’Égypte, avec ses carrières de granit, avec sa température sèche et son sol inaccessible à la flore luxuriante de la zone moyenne, semblait prédestinée par la nature à être la fidèle conservatrice des plus anciens documents de l’histoire des hommes. Les hypogées de Thèbes et de Memphis nous ont, après cinquante siècles, rendu les manuscrits déposés dans leur sein aussi intacts que le jour où ils leur avaient été confiés.

Cette digression a pour objet de rappeler au lecteur que les souvenirs sont l’une des principales attractions d’un voyage en Égypte. On visite avec amour ce sol sacré où se sont formés les plus grands esprits de l’antiquité : Pythagore, Platon, Moïse.C'est là qu’ont accompli quelques-uns de leurs plus beaux exploits les plus grands conquérants que cite l’histoire : Alexandre, César, Napoléon. À mesure