Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Cependant examinons les effets que pourrait produire une comète qui passerait auprès de la terre.


DE L’HYPOTHÈSE DU PASSAGE D’UNE COMÈTE ASSEZ PRÈS DE LA TERRE POUR PRODUIRE DES CHANGEMENS CONSIDÉRABLES À SA SURFACE.


Dans le nombre des hypothèses qu’on a formées pour expliquer les changemens arrivés à la surface du globe terrestre, il ne faut pas oublier celle d’une comète qui passerait assez près de lui, pour que sa présence y produisit des changemens plus ou moins considérables.

Newton fournit un grand argument à ces hypothèses, et faisant voir que les comètes étaient des astres semblables aux planètes, et qui se mouvaient dans des courbes elliptiques plus ou moins allongées. Le plan de ces ellipses coupe l’écliptique dans toutes sortes de directions, même contre l’ordre des signes, en sorte qu’il est possible qu’une comète, dans sa course, passe proche la terre ; elle pourrait même la toucher, si les deux astres se rencontraient dans le nœud de l’intersection de leurs ellipses.

Mais il faut observer que d’après les notions qu’on a actuellement sur ces comètes, ces corps paraissent avoir peu de masse. Leur action ne saurait donc produire que des effets très-limités.

Une comète qui passerait proche la terre, pourrait agir sur elle de trois manières différentes.

1°. Elle pourrait passer proche la terre avant son périhélie. On suppose qu’alors les comètes ont éprouvé un grand degré du froid à leur aphélie, à cause de leur éloignement du soleil. Dans cette hypothèse, elle produirait une diminution de la chaleur propre de la terre. Ce refroidissement serait proportionné