Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous le voyons à l’égard de nos plantes céréales, de nos plantes légumineuses, de nos fleurs… de nos arbres fruitiers…

La greffe leur fait également éprouver de nouveaux changemens.

Tous ces faits font voir les grandes modifications dont sont susceptibles les êtres organisés. Mais ces modifications ont des L limites, et ne paraissent pas pouvoir produire des changemens d’espèces.

La reproduction paraît jusques ici fournir une limite assez fixe. On regarde comme espèces, celles qui se reproduisent ensemble. Le chien, le loup… paraissent une même espèce.

Le cheval et l’âne paraissent une même espèce…

Les végétaux qui peuvent se greffer paraissent une même espèce, tels que l’amandier et le pêcher.

Mais on regarde comme espèces différentes, celles qui ne se reproduisent pas ensemble.


DES FOSSILES QUI N’ONT QUE DES RAPPORTS ÉLOIGNÉS AVEC LES ANIMAUX OU VÉGÉTAUX EXISTANS.


Enfin, un grand nombre de fossiles ne paraît avoir que des rapports plus ou moins éloignés avec les animaux et les végétaux existans. Ces faits ont été constatés principalement sur ces grandes espèces de quadrupèdes fossiles.

Le mégatherium, fossile unique qu’on n’a trouvé qu’au Paraguai, n’a point d’analogue vivant connu.

Les mastodontes, dont les fossiles sont assez nombreux, n’ont