Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


phénomènes[1]. De nouveaux faits qu’on acquerrera, rectifieront peut-être encore quelques-uns de ceux qu’on croit connaître.

Je rapporte, d’après les faits connus, ces circonstances, principalement aux suivantes :

1°. À des émigrations, et à des voyages des animaux.

2°. À des changemens de température, dans certaines contrées de la surface du globe.

3°. À des chutes de montagnes.

4°. À des transports des fossiles.

a. Par les courans des mers.
b. Par les courans des lacs.
c. Par les courans des fleuves.
d. Par des inondations locales dans quelques contrées.

5°. À des catastrophes locales.


DES ÉMIGRATIONS ET DES VOYAGES DES ANIMAUX.


Plusieurs animaux émigrent à des époques fixes, et régulières.

Les émigrations des harengs, des maquereaux, des thons, des baleines… sont connues, et les pêcheurs savent bien que les époques en sont très-régulières. Ils s’y rendent à des époques fixes pour la pêche de ces animaux, qui ne manquent jamais d’y arriver.

Des oiseaux émigrent également à des époques déterminées, tels que les hirondelles, les cailles, les bécasses…

Quelques quadrupèdes émigrent également.

  1. Voir mes Considérations sur les fossiles (Journal de Physique, tom. 77, pag. 109.