Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




DES FOSSILES RELATIVEMENT AU CHANGEMENT DE TEMPÉRATURE ARRIVE À LA SURFACE DU GLOBE.


Le changement de température de certaines contrées aura encore pu être la cause qu’on y trouve quelques fossiles, dont les analogues ne subsistent plus aujourd’hui dans les mêmes contrées.

La chaleur du globe diminue chaque jour ; car le globe éprouve un refroidissement continuel, comme tous les faits le prouvent. Ce changement de température se fait principalement dans les régions polaires et tempérées.

Les zones polaires et les montagnes élevées sont aujourd’hui couvertes de glaces qui ne fondent plus.

Cependant ces glaces n’existaient pas, lorsque le globe étain ; couvert d’eau. Elles n’existaient également pas dans les premiers tems que ces eaux se retirèrent. Elles se sont postérieurement étendues peu à peu.

Il pouvait donc, alors, exister dans ces contrées, des végétaux et des animaux qui ne sauraient y vivre aujourd’hui. C’est ce qui est prouvé par les faits.

La Schytie ou Tartarie, était jadis un pays assez tempéré, suivant les rapports de tous les historiens. Justin le suppose expressément en disant qu’elle a été le séjour des premières sociétés civilisées, et non l’Égypte… Il pouvait donc y subsister des éléphans, des rhinocéros… et autres animaux qui y périraient aujourd’hui.

L’Islande était couverte de belles forêts, suivant Anderson, il y a quelques siècles, deux mille ans environ ; et aujourd’hui le froid y est si vif, qu’il n’y croît que quelques arbres rabougris. Yoir les faits que j’ai rapportés tome I.