Page:Delamétherie - Leçons de géologie III.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voulut les détruire… Les cieux se couvrirent d’obscurité… Les mers irritées franchirent leurs barrières ; inondèrent la terre, et engloutirent tout le genre humain.

Deuxième âge. Dieu créa de nouveaux hommes, qui devinrent également méchans… Les vents sortirent avec violence de leurs prisons souterraines, firent trembler le monde, les montagnes s’écroulèrent… Cette horrible tempête fit périr toute la race humaine, à la réserve d’un petit nombre d’élus.

Troisième âge. Les hommes, d’abord justes, se corrompirent de nouveau. Dieu irrité fit entr’ouvrir la terre qui les engloutit tous vifs.

Quatrième âge. C’est l’âge présent, qui finira par la destruction du monde, qui doit s’opérer par le feu. Extrait du Bhaguet Geeta, traduction Française.

À ces quatre âges des philosophes Hindoux, correspondent les quatre siècles qu’ont supposés les philosophes de la Grèce, tels qu’Hésiode.

1°. Siècle d’or.

2°. Siècle d’argent.

3°. Siècle d’airain.

4°. Siècle de fer.

Les Chaldéens pensaient comme tous les peuples anciens sur les cataclysmes arrivés en notre globe. Sénèque rapporte l’opinion de Bélus à cet égard (chap. XXIX, lib. III, des Questions Naturelles). Je vais transcrire un passage qui est fort curieux, parce qu’il nous donne l’opinion de Belus, un grand astronome, sur la cause de ces révolutions. Senèque commence à rechercher les cause du déluge, et il dit :

« Quelle sera la cause de ce désastre ? La même qui doit produire la déflagration universelle. Le déluge d’eau ou de feu arrive quand un ordre plus parfait de choses recommence,