Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, III.djvu/307

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


II, 290-291.
295
CCXXIX. — 28 Janvier 1641.

ces deux fils de métal n'est pas si exact que s'il faisait faire un triangle de carton, ou autre matière, dont on appliquerait les trois angles aux trois divisions marquées sur les verges, après y avoir fait un trou rond de la grosseur du style, dont le centre serait en la rencontre des perpendiculaires. Car, en passant le style par ce trou, & le haussant jusques à la rencontre des trois verges, on le poserait en sa juste situation[1]. le vous prie de l'assurer que je suis fort son serviteur, & le remercie de ce qu'il a souvenance de moi, pour m'envoyer de ses écrits.Je n'ai pu encore étudier son Traité pour la coupe des pierres, à cause que je n'en ai pas reçu les figures. Si vous m'apprenez quelque chose de ce qu'il dit avoir trouvé touchant l'Algèbre, je pourrai peut-être juger ce que c'est en peu de mots ; mais pour ce qui est de se servir en même façon du plus & du minus, c'est chose que nous avons toujours pratiquée.

Je vous suis extrêmement obligé de tous les bons avis que vous me donnez touchant ma Métaphysique, & autres choses.

Je prétends que nous avons des idées non feulement de tout ce qui est en notre Intellect, mais même de tout ce qui est en la Volonté. Car nous ne saurions rien vouloir, fans savoir que nous le voulons, ni le savoir que par une idée ; mais je ne mets point que cette idée soit différente de l'action même.

Il n'y aura, ce me semble, aucune difficulté d'accommoder la Théologie à ma façon de philosopher ; car je n'y voi rien à changer que pour la Transubstan-

  1. Voir plus haut, p. 246, éclaircissement de p. 244, 1. 25.