Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, X.djvu/671

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Calcul de Mons. Des Cartes. 659

« Hanc autem constructionem cùm Ægidius de Roberval Mathe-

» maticarum scientiarum in Collegio Regio Franciæ Professor

» Rameus inspexisset, primùm quidem problematis ardui compo-

» sitionem in suo genere fanè simplicem miratus est ; deinde cùm

» ipsam tantisper attentè speculatus esset, demonstrationem illius

» ex tempore adinuenit, quam ego, arreptà occasione huic paginæ

» inserui. » (Ibid, p. 147.) Suit la démonstration.

Mersenne termine ainsi :

« Hæc ille de Roberval. Aliàs forte nouam Constructionem appo-

» nemus, quà similiter guli trisectionem eàdem serè ratione idem

» demonstrabit; nunc verò ad Campanistarum praxim redeamus. » {Ibid., p. 146, sic, pro 148.)


IV.

CALCUL

DE

MONS. DES CARTES.

[INTRODUCTION À SA GÉOMÉTRIE.]

[l638][1]

Cette nouvelle Arithmétique consiste es lettres a, b, c, etc., aussi es chiffres 1, 2, 3, etc. S’il y a des chiffres devant les lettres, comme

  1. Leibniz dit, dans ses Remarques sur l’Abrégé de la Vie de Mons. des Cartes : « J’ai vu le petit écrit qui devait servir d’introduction à la Géométrie de M. des Cartes. Feu Mons. Thevenot me le communiqua. Il est assez court, mais je n’y remarque rien de cette excellence que M. Baillet dit qu’on lui attribuait et qui faisait croire que M. des Cartes en était l’auteur lui même. » (Edit. Gerhardt, t. IV, p. 3 19.)
    Cette pièce, copiée à Hanovre au cours d’un voyage d’études en août-septembre 1894, fut publiée par Henri Adam, dans le Bulletin des Sciences Mathématiques, 2e série, t. XX, septembre 1896.
    La Bibliothèque Royale de Hanovre possède, en effet, parmi les papiers de Leibniz, un cahier MS. intitulé : Calcul de Monsieur des Cartes. Il