Page:Dessaulles - Papineau et Nelson, blanc et noir... et la lumière fut faite, 1848.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 24 —

Province du Canada,

District de Montréal.

Je, Marcel Guertin, demeurant au village

de St.-Denis, après avoir été assermenté affirme et certifie ce qui suit :

Le vingt trois novembre mil-huit cent trente-sept, j’étais occupé à travailler à une tranchée faite de pièces en travers du chemins, près de la maison de madame St.-Germain : pendant que je travaillais je vis venir le capitaine Jalbert à cheval ; je m’approchai de lui et lui demandai qui serait le premier commandant, M. Papineau ou le Dr. Nelson : le capitaine Jalbert me répondit que ce serait le Dr. Nelson, parceque lui, le capitaine Jalbert et le Dr. Nelson avaient persisté à faire partir M. Papineau, parceque sa tête était trop chère pour l’exposer ; qu’on aurait besoin de lui plus tard ; qu’un homme de plus ou de moins ne les ferait pas perdre ni gagner.

Je dois dire de plus que je n’ai jamais entendu dire, jusqu’à dernièrement, que M. Papineau se fut sauvé, et que l’opinion universelle a toujours été que s’il n’avait pas assisté à la bataille, c’était parceque le Dr. Nelson l’avait fait partir.

Et j’ai signé les présentes.

Marcel Guertin.

Assermenté par devant moi à St.-Denis ce vingt-sixième jour de septembre mil-huit cent quarante-huit.

Ol. Chamard J. P.