Page:Dessaulles - Papineau et Nelson, blanc et noir... et la lumière fut faite, 1848.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 6 —

jamais à personne de le défendre. Deux hommes très respectables, qui ont été témoins des instances faites par le Dr. Nelson à M. Papineau pour le déterminer à partir, et qui ne nient pas qu’ils aient été présents, ont refusé d’attester ce qu’ils savent être la vérité, craignant qu’on ne les persécutât tôt ou tard.

C’est donc avec un peu de difficulté et de temps que j’ai pu réunir les écrasants témoignages que je produis aujourd’hui et qui sont des affirmations et non pas des négations.

L. A. Dessaulles.

Celui qui affirme que M. Papineau s’est sauvé à St.-Denis, est un être méprisable.
(Discours du Dr. W. Nelson à l’assemblée de Corbeau, aux États-Unis, en mars, 1839.)


M. le Directeur.


C’est avec un profond sentiment de chagrin que je viens continuer et terminer, je l’espère, une lutte malheureuse, soulevée avec une absence complète de jugement et de tout sentiment de dignité nationale et personnelle par M. le Dr. Wolfred Nelson, cet homme dont chaque canadien citait naguères le nom avec complaisance et qui vient de se déshonorer par les calomnies les plus monstrueuses proférées contre un ancien ami, par les délations les plus injustifiables faites contre plusieurs de ses anciens amis.

Tous les Canadiens pour qui le mot honneur