Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

☞ Dans ce sens l’on, dit au figuré, faire une chose pour l’acquit, ou à l’acquit de sa conscience, c’est-à-dire afin de n’en avoir point la conscience chargée On dit de même faire une chose pour l’acquit de la charge, de son devoir. Il est impossible d’être Chrétien, si l’on n’est préparé de cœur à toutes les injures, puisqu’il y a mille occasions dans la vie, où, sous peine de damnation, l’on est obligé de s’y exposer pour l’acquit de sa conscience, & la sûreté de son salut. Bourdaloue. Exh. I.

Acquit, est aussi un terme de billard. C’est le premier coup que l’on joue pour se mettre en passe. Celui qui a le devant, ou qui fait sauter une bille, ou qui l’a fait, ou sur lequel on s’est perdu, fait, donne son acquit c’est-à-dire, qu’il joue sa bille, & la place où il veut, pour que sa partie joue dessus. Au jeu l’on dit, jouer à l’acquit ; c’est-à-dire, lorsque plusieurs personnes ont joué, les perdans jouent entr’eux à qui payera le tour.

On dit proverbialement, faire les choses par manière d’acquit ; c’est-à-dire, négligemment, & seulement parce qu’on ne peut pas s’en dispenser. Oscitanter, negligenter.

Acquit-A-Caution. C’est un billet que les Commis aux Bureaux des entrées dans le royaume délivrent à un particulier qui se rend caution qu’une balle de marchandise sera vue & visitée au bureau de la Douanne du lieu pour lequel elle est destinée ; & pour cet effet ils plombent la balle, afin qu’elle ne puisse être ouverte ni changée en chemin. Et lorsqu’elle est arrivée, vue & visitée, les Commis de la Douanne en donnent leur certificat au dos de l’acquit (ce qui s’appelle décharger l’acquit-à-caution) qui ensuite est renvoyé au particulier qui s’est porté caution, & qui en se représentant se fait décharger de son cautionnement.

L’acquit-à-caution de Transit, regarde certaines marchandises, ou choses servant aux ouvrages & fabrication d’icelles, qui sont exemptes des droits d’entrée & de sortie du royaume, même des péages, octrois & autres droits.

L’Acquit, ou Certificat de franchise, concerne l’exemption des droits de sortie des marchandises destinées pour envoyer hors du royaume, lesquelles sont achetées & enlevées pendant le temps des franchises des Foires.

Acquit de payement. Terme usité dans les Bureaux des cinq grosses fermes. Quand on paye les droits d’entrée ou de sortie, le Receveur du Bureau fournit un acquit sur du papier timbré, qu’on nomme Acquit de payement, & qui sert de quittance & de décharge. On dit, expédier un acquit, donner un acquit, rendre un acquit au Bureau. Voilà mon acquit de payement. Dict. des Fin.

Acquits de comptant, sont des Lettres-Patentes expédiées à la décharge du Garde du Trésor royal, pour certaines sommes remises comptant entre les mains du Roi. On dit:C’est un acquit de comptant. Les acquits de comptant ne sont point libellés; mais ce sont des lettres de validation, qui regardent certaines sommes données manuellement au Roi, & que Sa Majesté veut que l’on fasse passer en dépense à la Chambre des Comptes, sans qu’il soit fait aucune mention des emplois auxquels elles ont été destinées, imposant sur cela silence à ses Procureurs-Généraux. Dict. des Fin.

Acquit-patent, est un ordre ou mandement du Roi pour faire payer comptant par ses Trésoriers une certaine somme. L’Ordonnance de 1557 défend aux Trésoriers & Receveurs de payer aucunes sommes en vertu d’acquits-patens : toutefois ils ont encore lieu, quand ils sont en bonne forme, comme quand ils sont signés & contre-signés, vérifiés à la Chambre, contrôlés, &c. Les payemens doivent être endossés au dos des Lettres de l’acquit-patent. On se sert aussi figurément de ce mot dans la conversation. À combien d’acquits-patens il a mis votre liberté, Bussi.

ACQUITTER. v. act. Payer une dette. Solvere. J’ai acquitté cette promesse, cette obligation. On dit, acquitter des lettres & billets de change, des promesses, des obligations ; pour dire, les payer.

Acquitter, signifie aussi, libérer, décharger d’une hypothèque. Liberare ære alieno. J’ai acquitté ce fonds, je l’ai déchargé de toutes les dettes auxquelles il étoit hypothéqué. J’ai acquitté toute la succession de mon pere, elle est franche & quitte ; je me suis acquitté envers tous les créanciers.

Acquitter, signifie aussi, payer des droits pour des marchandises aux entrées & sorties du Royaume, aux entrées des Villes, & dans les Bureaux du Roi. Ce Marchand fait un gros commerce, il a acquitté, il a payé cette année pour plus de 10000. liv. de droits au Roi.

On le dit aussi avec le pronom personnel. S’acquitter d’une dette. On dit en proverbe, qui s’acquitte s’enrichit.

On dit figurément, s’acquitter envers quelqu’un ; pour dire, reconnoître par ses services les obligations qu’on lui a. Referre gratiam. Le trop grand empressement qu’on a de s’acquitter d’une obligation est une espèce d’ingratitude. Rochef. Rarement aime-t-on les gens à qui on est trop obligé ; & l’impatience de s’acquitter, si louable en apparence, n’est souvent qu’un dépit secret d’être trop long-temps redevable. Le Gend. La France entière a joui du fruit de ses travaux, & de ses exploits, (de M. le Maréchal de Luxembourg) mais la Normandie les a, pour ainsi dire, récompensés ; elle a été jugée digne d’acquitter la France envers ce Héros, & envers un fils qui lui a aidé à cueillir ces lauriers. M. Brunel.

Acquitter, se dit aussi en choses morales, en parlant des devoirs & des obligations de la vie ; c’est-à dire, y satisfaire, & les bien remplir. Officio, munere fungi. C’est un homme qui s’acquitte bien de tous les devoirs d’un chrétien, d’un ami. Il s’acquitte bien de son emploi, de sa charge. Chargez-le de cette harangue, de cette affaire, de cette négociation ; il s’en acquittera fort bien. En vérité on ne fait ici-bas que charger les comptes, & au lieu d’acquitter les dettes passées, l’on en contracte incessamment de nouvelles. Ab. de la Tr.

On dit aussi figurément, acquitter un autre de ce qu’il doit ; pour dire, faire pour lui ce qu’il devroit faire lui-même.

On dit encore, s’acquitter de sa promesse, s’acquitter d’un vœu ; pour dire, accomplir sa promesse, accomplir un vœu. Il faut être régulier à s’acquitter de sa promesse. Il vaut mieux ne point faire de vœu, que de s’en acquitter mal.

On dit figurément, acquitter sa conscience ; pour dire, faire ce qu’on croit être obligé de faire en conscience.

On dit au Jeu de Billard, s’acquitter, pour dire, jouer le premier coup pour se mettre en passe.

On dit par raillerie d’un homme qui a acheté une charge à crédit, qu’il s’acquitte bien de sa charge, quand il prend de l’argent pour rendre la justice. On dit encore, il se ruine à promettre, mais il s’acquitte à ne rien tenir. Ces façons de parler sont extrêmement populaires.

ACR.

ACRABATANE. Ancienne ville de la Terre-Sainte. Acrabatane. Cette ville étoit dans la partie méridionale de la Tribu de Juda, proche des montagnes de l’Idumée. Elle étoit située sur une montagne. Ce mot signifie, la montée du Scorpion. En effet עקרב Acrab en Hébreu signifie un scorpion : de là vient que les LXX. appellent quelquefois Acrabins, les scorpions.

ACRA SPANDONA. Cap de Thrace ou de la Romanie. Metopon. Il s’avance dans le Bosphore de Thrace, Son nom latin, & originairement grec, signifie Front.

☞ ACRATISME. s, m. Le premier des quatre repas des Grecs. Le déjeuner qu’ils appeloient Acratisma.

☞ ACRATUS. Génie de la suite de Bacchus.

ACRATOPHORE. adj. m. Surnom de Bacchus, sous lequel il étoit principalement honoré, selon Varron, à Phigalie, ville de l’Arcadie : il signifie celui qui donne le vin pur : ἄκρατος, pur, sans mélange.

ÂCRE. adj. m. & f. La première syllabe est longue. Piquant, mordicant, qui fait une impression désagréable,