Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/119

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

comme les pommes, les poires, & les fruits sauvages, sur-tout quand ils ne sont pas mûrs. Acer. Les Médecins appellent âcre, tout ce qui brûle, ou écorche la langue. Cela arrive parce que les corps âcres sont composés de parties qui ont une surface âpre & raboteuse, ou qui ont des angles & des inégalités qui blessent, & qui écorchent les corps auxquels elles s’appliquent. La saveur âcre est la troisième des sept saveurs principales. Elle a pour cause physique des molécules salines, très-subtiles & très aiguës. Voyez Saveurs.

Âcre, s’emploie quelquefois figurément en parlant d’un homme dont les manières sont rudes & choquantes ; qui est aigre & mordicant dans ses expressions. Asper, acerbus.

ACRE. s. m. La première syllabe est brève. Mesure de terre en usage particulièrement en Normandie, qui contient 160 perches. Acra. L’acre du bois est de 4 vergées, la vergée de 40 perches, la perche de 24 pieds, le pied de 24 pouces, le pouce de 12 lignes : mais tout cela differe selon les lieux. Voyez l’Ecole des Arpenteurs. C’est un Livre in-12. imprimé par les soins de M. de la Hire.

Dans un registre de la Chambre des Comptes il est dit que l’acre contient 4 vergées, dont il en faut deux pour l’arpent ; qu’une vergée contient 40 perches de terre, & chaque perche contient 24 semelles de pied. Chez les Anglois un acre contient quatre roods carrés, ou 160 perches carrées, ou 4840 verges carrées, qui font 43 560 pieds carrés. Harris.

Ce mot, selon Spelmannus, vient du Saxon acher, qui signifie ager, ou champ. Les Bollandistes sont de même sentiment. Act. Sanct. Jun. T. IV. p. 574. Fév. Saumaise tient qu’il vient du mot acra, qui a été dit pour akena, qui, selon Héron, étoit une mesure de terre des anciens de dix pieds.

ACRE, ou S. Jean d’Acre. Aca, Ace, Accon, Ptolemaïs. Ville de Syrie, sur les confins de la Phénicie & de la Palestine, sur un petit golfe de la Méditerranée, où elle a un assez bon port. L’Empereur Claude y envoya une Colonie ; c’est pour cela qu’elle fut nommée Colonie de Claude. Colonia Claudia. Sa situation avantageuse la rendit célébre sous le regne des Princes croisés. Baudouin la prit sur les Sarrasins en 1101. Saladin la reprit sur les Chrétiens. Philippe Auguste & Richard I, Roi d’Angleterre, la reprirent en 1191. Tant de Princes eurent part à cette conquête, qu’elle fut divisée entre eux en dix-neuf quartiers, ce qui causa bien des dissentions. Enfin, elle retomba au pouvoir des Sarrasins, qui la ruinerent entièrement, de sorte qu’elle ne s’en est point relevée. On prétend que ce nom est une corruption de celui que lui donna Hercule ; c’est-à-dire, d’Ace, ou Acon. Ptolomée Philadelphe dans la suite la fit appeler Ptolémaïde.

ACRE. s. m. Monnoie de compte de quelques endroits des Indes orientales. On le nomme plus communément Lacre. Voyez ce dernier mot.

Acre, que l’on appelle plus communément Rotte, est aussi un poids dont on se sert dans plusieurs Echelles du Levant. Voyez ROTTE.

ACREMENS. s. m. pl. On nomme ainsi à Constantinople une sorte de peaux de bœufs & de vaches qui y sont apportées de la Mer Noire. Les Acremens approchent assez des peaux qu’on appelle Premiers Coûteaux, & ne se vendent qu’environ un quart de piastre moins. Voyez COÛTEAUX.

ÂCRETÉ. s. f. Qualité de ce qui est âcre, qui pique la langue. Acrimonia. Quand les arbres sont greffés, les fruits qu’ils portent perdent beaucoup de leur âcreté. Les fruits que produisent les terres fortes & un peu grasses, sont plus long-temps à perdre la dureté, l’âcreté & l’insipidité ; défauts dont deux ou trois mois de serre achevent de les guérir. La Quint.

Âcreté & Acrimonie, ne sont synonymes que par l’idée générale que ces mots présentent d’une qualité active & mordicante. Le mot d’âcreté a un usage beaucoup plus étendu que celui d’acrimonie. Il s’applique non-seulement aux humeurs qui circulent dans le corps animal, mais encore à la qualité mordicante de certaines choses, que l’on distingue au goût. On dit l’âcreté du sang, de la bile, de l’humeur, comme on dit l’âcreté d’un fruit, l’âcreté du sel ; au lieu que le mot d’acrimonie ne s’applique guère qu’aux humeurs qui circulent dans l’animal. L’acrimonie des humeurs. Mais on ne diroit pas l’acrimonie d’un fruit. Enfin âcreté se prend dans un sens figuré ; au lieu qu’acrimonie ne se prend que dans le sens propre.

Âcreté, dans le sens moral, désigne le caractère d’un homme qui a quelque chose de rebutant dans les manières, de piquant dans l’expression. il a de l’âcreté dans l’humeur, dans le propos.

☞ ACRI. Rivière du Royaume de Naples. Voy. Agri.

☞ ACRI. Ville du Royaume de Naples, dans la Calabre citérieure, à la source de la rivière de Tronto.

ACRIDOPHAGE. s. m. & f. Acridophagus. Ce nom vient du Grec ἀϰρὶς Sauterelle, & φάγω, je mange ; & signifie, qui vit de sauterelles. C’est le nom d’un peuple d’Ethiopie, voisin des déserts. Au printemps les Acridophages font provision d’une espèce de grosses sauterelles, qu’ils salent pour toute l’année, n’ayant point d’autre nourriture, parce qu’ils sont éloignés de la mer, & qu’ils ne nourrissent point de bétail. Les Acridophages, dit on, ne passent guère quarante ans, & meurent consumés d’une vermine ailée qui s’engendre de leur corps. Voyez S. Jérôme contre Jovinien, L. 2. & sur S. Jean, C. 4. Diodore de Sicile, L. 3. C. 3 & 29, & Strabon, L. 16. Pline met aussi des Acridophages dans la Parthie, & S. Jérôme dans la Lybie. Quand ce qu’on dit d’ailleurs de ces peuples seroit fabuleux, l’acridophagie pourroit être vraie ; & encore aujourd’hui on mange des sauterelles en bien des endroits de l’Orient.

Tout cela rend plus probable, & presque certain, le sentiment de ceux qui croient que ce sont des sauterelles dont S. Jean vivoit dans le désert, & que c’est-là ce qu’il faut entendre par ἀϰρίδες, en S. Matth. C. 3, v. 4. Au Levit. C. xi. v. 22, un des animaux qu’il est permis de manger aux Israélites, est appelé par les Septante ἀϰρίδα, & par S. Jérôme locusta. Il s’agit là d’animaux, & les Septante n’ont assurément pû entendre par ἀϰρίδα une espèce de légume, ou la pointe des branches des arbres. Et c’étoit sans doute une pénitence bien austère, que de ne manger, comme le S. Précurseur, que des sauterelles & du miel sauvage. Licophron, ancien Poëte, & Aristophane, parlent des sauterelles comme de la nourriture la plus vile, & Théophilacte en parle comme de celle des paysans. Enfin, Ælien, de Hist. Animal. dit que l’on mangeoit des cigales, qui sont une espèce de Sauterelles. On ajoute encore, que ἀϰρίδες ne sont pas les pointes des branches tendres des arbres, c’est ἀϰρόδρυα. C’est ainsi que S. Epiphane les appelle. Il faut cependant convenir qu’Isidore de Péluse, qui écrivoit proche de la Palestine, parlant dans sa 132e Lettre de cette nourriture de S. Jean, dit que ce ne sont point des animaux ; & qu’il taxe même d’ignorance ceux qui le disent, ὀυ ζῶὰ ἐστιν, ὥς τινες ὄιονται ἀμαθῶς ; mais que ce sont les pointes des herbes & des plantes. Mais il s’est trompé ; ce que nous avons dit ne laisse aucun lieu d’en douter, & S. Augustin, Béde, & beaucoup d’autres, sont du sentiment contraire. Ainsi c’est avec raison que les Jésuites d’Anvers rejettent avec mépris le sentiment des Ebionites, qui, au lieu d’ἀϰαρίδες, mettoient ἐγχρίδες, qui signifie une espèce de mets délicat fait avec de l’huile & du miel ; celui de quelques Novateurs qui veulent qu’on lise ἀϰραδες, ou χαριδες, des cancres marins ; & celui de Béze, qui lit ἄϰρος, des poires sauvages. Ludolf croit aussi que ce sont des sauterelles que mangeoit S. Jean, Hist. d’Ethiop. T. II. p. 24.

ACRIMONIE. s. f. Aigreur piquante. Les sels ont beaucoup d’acrimonie. L’acrimonie de la bile est cause de beaucoup de maladies. Modérer l’acrimonie, ou l’âcreté des humeurs. Voyez au mot Âcreté les différences qui se trouvent entre Âcreté & Acrimonie.

☞ ACRIMONIEUX, EUSE. adj. Terme de Médecine. Qui a de l’acrimonie. Sels acrimonieux. Ce mot se dit peu.

ACRISE. s. m. Roi d’Argos, pere de Danaé. Ayant été détrôné par son frere Proétus, il fut rétabli par son petit-fils Persée, qui le tua ensuite par un malheureux accident.