Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/120

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ACRO. Ce mot qui est Grec, & vient d’ἄϰρος, haut, ce qui est au haut, au sommet d’une montagne, quand il est joint au nom d’une ville ; signifie souvent la citadelle de cette ville ; parce que les citadelles se construisent sur les lieux élevés qui commandent les villes. Ainsi Acrocorinthe est la citadelle de Corinthe ; Acropolis, la citadelle d’Athènes, qu’on nommoit en Grèce du nom général πόλις, ville par excellence, comme Rome étoit appelée Urbs. Acrocorinthe est représentée sur quelques Médailles qui peuvent donner du jour à ce que nous venons de dire. Une Médaille d’Auguste porte d’un côté la tête de cet Empereur couronné de laurier. Imp. Cæsar Augustus. Au revers. Octaviano iter iivir. Un rocher ou montagne escarpée de laquelle le haut est occupé d’un temple, ou d’un bâtiment, dont il ne paroît que le frontispice qui est à six colonnes, trois de chaque côté, & dans l’exergue. Cor. c’est-à dire, Corinthus.

ACROATIQUE. adj. m. Cet adjectif signifie secret, particulier, réservé. Aulu-Gelle dit qu’Aristoque donna deux sortes de livres à ses Disciples, les uns exotériques, & les autres acroatiques. Il donnoit & expliquoit les premiers indifféremment à tout le monde, & cette explication se faisoit le soir : mais pour les livres acroatiques qui traitoient de la contemplation de la Nature, & des recherches de la dialectique, il les expliquoit le matin dans le Lycée, & n’y admettoit pas indifféremment toutes sortes de personnes. Lorsqu’Alexandre se plaignit à ce Philosophe, de ce qu’il avoit publié ses livres acroatiques, & que tout le monde pourroit par-là devenir aussi habile que lui qui étoit son disciple, il lui répondit qu’ils ne pouvoient être compris que de ceux qui avoient pris ses leçons, & entendu ses explications.

ACROBATES. s. m. pl. Espèce de Danseurs de corde. Il y en avoit de quatre sortes : les premiers voltigeoient autour d’une corde, comme une roue tourne autour de son essieu, & ils se suspendoient par le cou, par le pied, &c. Les seconds voloient du haut en bas sur une corde, appuyés sur l’estomac, les bras & les jambes étendues. Les autres couroient sur une corde tendue obliquement de bas en haut. Les derniers enfin dansoient, sautoient, faisoient toutes sortes d’exercices sur une corde tendue horizontalement à neuf ou dix pieds de terre. Moreri.

ACROCERAUNES. Acroceraunia, Acroceronii montes. Selon Servius, c’est le nom de plusieurs montagnes de différens pays, ainsi appelées de ἄϰρον, le sommet d’une montagne, & ϰεραυνὸς, foudre, parce que les hautes montagnes sont souvent frappées de la foudre. Il y en a dans l’Epire qui donnent aussi leur nom à un Promontoire qui s’avance dans la Mer Adriatique. Acroceraunium. Le Cap Acrocéraunien, aujourd’hui Capo della Chimera, ou della Languetta.

ACROCÉRAUNIE. Acroceraunia. Ville épiscopale de l’Epire, au pied des monts Acrocérauniens, aujourd’hui appelée Chimère, nom qui vient d’un château nommé Chimère, que Pline dit avoir été sur le sommet de ces montagnes.

ACROCÉRAUNIEN, ENNE. s. m. Acroceraunius. Ptolomée appelle ainsi les Habitans des montagnes de l’Epire dont on vient de parler, peuple agreste & barbare ; qu’on nomme aujourd’hui Chimériots, du nom de ces mêmes montagnes, qui sont appellées Montagnes de la Chimère, ou plutôt du nom de la ville dont on vient aussi de parler. Les monts Acrocérauniens sont des bras du Pinde que quelques-uns disent être appelés Monts du Diable. Id. Je ne sais par quelle délicatesse M. Dacier n’a pas voulu se servir de ce mot dans sa Traduction d’Horace. Il l’a cependant mis à la marge ; & dans ses Notes il ôte la première partie du nom, & les appelle Monts Cérauniens, évitant, ce semble, de dire Acrocérauniens.

Acrocérauniens. s. m. & pl. Est aussi le nom des montagnes de l’Epire dont on vient de parler. Il paroît même que c’est ainsi qu’il faut dire, & non pas Acrocéraunes, que je ne trouve que dans le Dictionnaire Géographique de M. Corneille. Quel genre de mort eût pu épouvanter un homme assez intrépide pour voir d’un œil tranquille les monstres de la mer, ses flots en furie, & les Acrocérauniens, ces écueils fameux par tant de naufrages ? Le P. Tart.

ACROCHORDON. s. m. Espèce de verrue, ainsi appelée de ἄϰρον, sommet, extrémité, & de χορδὴ, corde, parce qu’elle ressemble, par son extrémité à une corde coupée, ou parce qu’étant attachée à la peau par un pédicule fort mince, elle pend comme une corde, ce qui fait qu’on l’appelle en Latin, Verruca pensilis, verrue pendante.

ACROCOME. s. m. & f. Qui a les cheveux longs, qui ne les coupe point. Ce mot est Grec, composé d’ἄϰρος, summus, & ϰόμη cæsaries.

ACROCORINTHIE. Voyez CORINTHE.

ACROIRE. v. a. Vieux mot françois, qui vouloit dire, prêter : ce mot vient de credere. Borel.

ACROMION. s. m. Terme d’Anatomie. C’est l’extrémité & l’épine de l’omoplate. Ce mot vient de d’ἄϰρος summus, & de ὦμος, humerus, c’est-à-dire, l’extrémité de l’épaule. C’est donc précisément à cause de sa situation & de sa place, qu’on l’a ainsi nommée, & non à cause qu’elle ressemble à un ancre, comme l’écrit M. Dionis ; car il n’y a rien dans acromion qui puisse signifier ancre ; & c’est la ressemblance d’acre ; & d’ancre, qui a trompé cet Auteur ; il a confondu le mot acromion avec celui d’ancyroïdes. Quelques-uns ont prétendu que l’acromion étoit un os distingué des autres, parce que ce n’est durant l’enfance qu’un cartilage, qui s’ossifie peu-à-peu, & qui, après l’âge de vingt ans, est tellement dur, & uni au reste de cette épine, qu’il ne paroit qu’un même os. Dionis.

☞ ACRON. petit royaume d’Afrique, en Guinée, sur la Côte d’or. Il confine au royaume de Fantin.

ACRONYQUE. adj. Terme d’Astronomie. Il signifie, qui se fait, qui arrive au moment que la nuit commence, que le soleil se couche. Ainsi on dit que le lever ou le coucher d’un astre est acronyque, lorsqu’il se leve ou le couche précisément au coucher du soleil. Ce mot vient de corr, vespertinus, qui est à l’entrée de la nuit. De ἄϰρος extremus, & νυξ, nox. A acronyque on oppose cosmique, qui le fait au lever du soleil, de Κόσμος, monde, parce qu’il semble que le lever du soleil est le renouvellement du monde. Il est nécessaire qu’un astre qui a un lever acronyque, ait un coucher cosmique, & que celui qui a un lever cosmique, ait un coucher acronyque.

☞ ACROPORE, s. m. Terme de Lithologie. C’est une madrépore ou corps élevé, plein de trous faits en étoiles.

ACROSTICHE. Ménage le fait masculin, après S. Amant. Quelques-uns le font féminin : l’Académie Françoise a décidé pour le masculin. Sorte de poësie disposée de façon, que chacun des vers commence par une lettre qui fait partie du nom qu’on écrit de travers à la marge, afin que chaque lettre du nom réponde à chaque vers. Acrostichis. On en fait aussi où le même nom se trouve au milieu, ou aux autres endroits des vers. On a vu même des Sonnets pentacrostiches, où il y avoit cinq acrostiches. Cette sorte de poësie est aujourd’hui fort méprisée, & un faiseur d’acrostiches est un Poëte ridicule. C’est l’effort & l’application d’un petit esprit. Ce mot vient du Grec ἄϰρος, summus, ce qui est à une des extrémités, & σίχος, vers. Voici un exemple d’acrostiche tout propre à faire sentir combien ces sortes de pièces gênent l’esprit, parce qu’outre l’acrostiche du nom du Roi au commencement des vers, il y a encore des échos à la fin. Il fut fait après la bataille de la Marsaille.

Sonnet.
L Le bruit de ta grandeur, dont n’approche personne sonne
O On sait le triste état où sont tes ennemis mis
U Voudroient-ils s’élever, bien qu’ils soient terrassés assez
I Ils connaîtront toujours ta victoire immortelle telle
 
S Superbes Alliés, vous suivrez les exemples amples
D D’Alger et des Génois implorant d’un pardon don
E En vain toute l’Europe oppose ses efforts, forts
B Bataillons sont forcés & villes entreprises. prises.
Oh !