Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/173

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

qui probablement s’avança dans ce pays. La raison est, 1° Que dans ces premiers temps les terres n’ont point pris leur nom des qualités qu’elles avoient, mais de ceux qui les occupoient. 2° Parce que ç’a été la coutume de donner le nom de ceux qu’on rencontroit d’abord à l’entrée, à tout le pays qu’ils avoient derrière eux. L’Afrique s’étend depuis le 35e degré de latitude septentrionale, jusqu’au 35e de latitude méridionale, & depuis le troisième degré de longitude, jusqu’au 83e.

Sur les Médailles, l’Afrique est coiffée d’une tête d’Eléphant, dont la trompe avance au dessus du front ; de la même manière que Bérénice & Cléopatre, Reines d’Egypte, le sont aussi quelquefois.

On appelle en particulier Afrique, une province de l’Afrique sur les côtes de la Méditerranée, entre la Mauritanie à l’occident, & la Cyrénaïque à l’orient ; c’est la partie orientale de ce que nous appelons aujourd’hui Barbarie. Les Arabes n’appellent Afrique, Afrikiaf, que cette province ; car l’Afrique en général, qui passe pour la troisième partie du monde, ils l’appellent Magreb, ou plutôt Macreb, qui veut dire Occident.

Afrique, est encore une ville d’Afrique sur la côte de la Méditerranée, que quelques-uns prennent pour l’ancienne Leptis, & Marmol pour Adruméte ; mais il s’est trompé : elle est à vingt lieues d’Adruméte, & c’est plutôt l’Aphrodisium des Anciens. Le Calife Mehedi l’ayant fortifiée, la nomma Méhédie. Des Corsaires de Sicile s’en étant saisis, l’appelerent ensuite Afrique, de ce nom lui est testé. Charles V la prit en 1550, & la ruina, Voyez Marmol, Liv. VI, ch. 26 & 28.

Il y en a aussi une de ce nom en Languedoc, généralité de Montauban. ☞ Il y a encore une montagne de ce nom dans la Bourgogne, au Bailliage de Dijon, au sud-ouest de cette ville.

☞ AFSLAGERS. s. m. pl. C’est ainsi qu’on appelle à Amsterdam les Officiers qui président aux ventes publiques.

AFTOMATES. Voyez Automate.

AGA.

AGA. Interjection admirative. Vieux mot qui vient d’un autre vieux mot, Agardez ; pour dire regardez, voyez un peu. M. Huet croit que ce mot est purement hébreu, & que c’est une abréviation de deux mots hébreux, qui signifient, Animadversio Authoris ; ainsi on a dit Aga, pour Animadverte. Il y a des provinces ou Aga est encore fort usité parmi le peuple.

AGA, ou AGHA. s. m. Terme d’Histoire & de Relation. Ce mot signifie dans la langue des Mogols, & dans celle des Khovarezmiens, un Homme puissant, un Seigneur, & un Commandant. Les Turcs se servent de ce mot pour signifier absolument un Commandant. Ainsi l’Aga des Janissaires est leur Colonel, & le Capi Aga est le Capitaine de la porte du Sérail. On donne par civilité à quelques personnes le titre d’Aga, quoiqu’ils n’aient aucune charge. Quand ce mot est en régime, c’est-à-dire, quand il y a un autre substantif après lui qui en dépend, & que dans nos langues occidentales nous mettrions au génitif, on dit Agassi, & non pas Aga. Aussi Capi Agassi, signifie l’Aga ou le Gouverneur des Pages ; Spahilar Agassi, l'Aga, ou le Général de la Cavalerie. Du Loir écrit Agha. Quatre principaux Eunuques, qui portent tous la qualité d’Agha, sont toujours auprès du Grand Seigneur. Le premier d’entre eux est nommé Capi Agha. Id. p. 89. Le second est le Khazinedar Bachi ; le troisième est le Kilerdgi Bachi ; ces trois Aghas suivent par-tout le Grand-Seigneur, mais le quatrième ne sort jamais de Constantinople, & pour cette raison il s’appelle Seray Agassi, l’Agha du Sérail. Id. p. 90.

☞ AGAÇANT, ANTE. adj. Qui agace, qui excite. Des regards agacans. Des manières agaçantes.

AGACE. s. f. Espèce de pie, qui a les plumes plus noires que les autres. Pica. Voyez. Pie. Ce mot vient de l’Italien Ragazza, qui signifie Garrula.

AGACEMENT. s. m. Incommodité, impression désagréable qui vient aux dents par le moyen de quelques acides. Dentium hebetatio. L’agacement se fait plutôt dans les gencives que dans les dents mêmes ; car si on frotte les gencives avec du vitriol, ou d’autres acides, il en résulte le même effet. Dans un combat que fit faire le Duc de Savoye en 1421, d’un ours contre des dogues, le Gouverneur lui frotta les dents avec du vitriol ; ce qui lui causa un tel agacement, qu’il ne put mordre les chiens.

☞ AGACER. v. a. Dans le sens propre. Causer aux dents une espèce de sentiment désagréable & incommode, tel que celui que causent les fruits verts & acides, quand on les mange. Hebetare. Le verjus agace les dents.

☞ Il signifie figurément, picoter, provoquer, exciter par paroles ou par actions. Provocare, Lacessere. Il l’a si souvent agacé, qu’il a été contraint de répondre.

Cher Tirsis, je me sens piquer
De vingt sonnets dont tu m’agaces.

☞ On l’emploie aussi figurément, pour dire, exciter, par des regards, par des manières attrayantes, par mille petites choses que fait ou dit une femme pour s’attirer l’attention de quelqu’un qui ne lui déplaît pas. Lacessere, provocare. C’est une chose bien agréable de se voir agacer par le mérite d’une jolie femme, quand elle n’a d’enjouement qu’autant qu’il en faut pour plaire. Corn.

Ménage dérive ce mot du latin acax, du verbe aceo, & de acaciare, qui sont factices ; d’où il prétend que sont venus agace, & agacer : d’autres du mot lacessere, prétendant qu’on a dit en quelques lieux acesser; pour dire, Agacer. Il y a plus d’apparence qu’il vient de hegace, vieux mot celtique & bas-Breton, qui signifie, Agacer, ou hegasus signifie aussi, Contentieux. Autrefois on disoit aussi, Agacier dans le même sens.

AGACÉ, ÉE. part. Hebetatus, Lacessitus, Provocatus.

AGACERIE. s. f. Terme par lequel on exprime les petites choses que dit ou fait une femme, & les petites manières dont elle se sert pour s’attirer l’attention de quelqu’un qui ne lui déplaît pas. Cette Dame si délicate jugea qu’il étoit temps de me donner de l’espérance, & de me faire penser, mais par les agaceries les plus décentes, que j’étois le mortel fortuné que son cœur avoir choisi. Crebillon le fils, égaremens du cœur & de l’esprit, p. 18.

AGACIN. s. m. Cors au pied. On ne le dit plus, Voyez Cors.

AGADEZ. Ville & royaume. Agadeza. La ville d’Agadez, capitale du royaume, auquel elle donne son nom, est aux confins de la Lybie, en Afrique. Le royaume d’Agadez s’avance plus au Levant que celui de Gualata, & s’étend beaucoup plus loin vers le nord, Agadezanum Regnum. Le roi d’Agadez est tributaire de celui de Tombut.

AGAG. Ville d’Afrique. Agaga. Elle est plus au septentrion que le lac de Zaïre. Agag est capitale d’un petit royaume qui porte son nom.

AGALARI. s. m. Terme de Relation. Page du Grand-Seigneur du premier ordre. Ephebus quarti, ou supremi ordinis. Ce mot signifie Favori en langue turque. Il se dit de ceux qui sont dans la quatrième chambre du Sérail du Grand-Seigneur, & qui approchent de plus près de sa personne pour son service, auquel ils sont immédiatement destinés. Souvent le Prince les favorise de présens de conséquence. De plus, afin que ces Agalaris puissent avoir de quoi fournir à la dépense qu’ils sont obligés de faire, lorsqu’en sortant du Sérail ils sont élevés à la charge de Beglerbeys, le Grand-Seigneur leur donne les dépêches pour les ambassades, qu’ils vendent à des Chiaoux, avec lesquels ils composent pour avoir plus ou moins part au présent que leur fera le Prince vers lequel ils sont envoyés. A. D. S. M. Tous les Agalaris ne sont pas également traités. Ils sont élevés aux charges & dignités de l’Empire à proportion qu’ils sont plus ou moins avant dans les bonnes grâces du Prince. Le moindre avantage qu’ils reçoivent de la libéralité de leur maî-