Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/208

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

ne doit point servir un maître qui serre ses vieilles aiguillettes ; c’est-à-dire, qui est trop bon ménager. Courir l’aiguillette, se dit d’une femme qui va se prostituer çà & là. Ce qui vient de ce qu’autrefois à Toulouse les femmes débauchées étoient obligées de porter une aiguillette sur l’épaule, pour marque d’infamie ; ce que Pasquier dit avoir vu encore pratiquer de son temps. C’étoit en exécution de l’Ordonnance de S. Louis. Boyer le dit aussi, sur la Coutume de Bourges. Vitam meretriciam agere, scortari.

☞ Ce mot se dit au figuré des morceaux de la peau ou de la chair arrachés ou coupés en long. Les Barbares lui arracherent la peau du dos par aiguillettes. On lève les aiguillettes d’un oiseau de rivière, on le coupe par aiguillettes.

AIGUILLETTER. v. a. Attacher son haut de chausses avec une ou plusieurs aiguillettes. Vestem ligulis astringere. Ce mot, ainsi que la mode de porter des aiguillettes, n’est plus en usage.

AIGUILLETTÉE, ÉE. part. Astrictus ligulis. Autrefois on étoit toujours aiguilletté ; pour dire, qu’on avoit le haut de chausses attaché au pourpoint avec plusieurs aiguillettes. Un amant aiguilletté sera pour elle un ragoût merveilleux. Mol.

On dit au figuré d’un homme qui a l’air contraint & guindé, que c’est un homme aiguilletté.

AIGUILLETTIER. s. m. Ouvrier qui ferre les aiguillettes & les lacets. Ligularum artifex.

AIGUILLIER. s. m. Ouvrier qui fait des aiguilles. Acuum artifex.

Aiguillier, se dit aussi du petit étui où l’on met des aiguilles. Theca acuum. Mon aiguillier est fort joli. On trouve acuarium dans la basse latinité.

AIGUILLON. s. m. Ce qui est piquant en matière d’aiguille. Aculeus. Les hérissons sont couverts de pointes & d’aiguillons. Les abeilles ont un aiguillon, dont la figure se voit dans la Micrographie de M. Hook, & dans le Journal des Savans, 1666, p.497.

☞ On a aussi donné le nom d’aiguillon (Hist. nat.) aux parties osseuses & pointues qui sont dans les nageoires, & sur d’autres parties du corps de la plûpart des poissons.

Aiguillon.Aculeus en Botanique, c’est, suivant Linnæus, une pointe fragile, qui est si peu adhérente à la plante, qu’on peut la détacher aisément, sans rien déchirer. Cette circonstance la distingue de l’épine : mais communément ce mot se dit des pointes qu’on trouve autour des feuilles, ou sur les feuilles, comme sont celles des feuilles de choux.

Aiguillon. (Manége) Voyez Valet.

Aiguillons. Terme de chasse. Ce sont les fientes & les fumées des bêtes fauves qui ont une pointe au bout. Ces fumées ont des aiguillons ; c’est une bête fauve qui a passé.

Aiguillon, se dit encore d’une pointe de fer attachée au bout d’un grand bâton, dont on se sert pour piquer les bœufs, & pour les faire marcher. Stimulus. Piquer de l’aiguillon, donner de l’aiguillon. Les bouviers chassent leurs bœufs avec un aiguillon.

Aiguillon, se dit figurément en Morale de ce qui excite à quelque chose. Incitamentum, irritamentum, stimulus. L’aiguillon de l’amour, c’est la difficulté. Malh. Nos passions ont plus besoin de bride que d’aiguillon. La louange des belles actions sert d’aiguillon à la vertu. Ablanc. La colère servoit d’aiguillon à son ardeur naturelle. Vaug. La récompense est un puissant aiguillon pour nous porter avec courage aux travaux & aux dangers. Aristote disoit de Calistène, qu’il avoit besoin d’aiguillon pour être excité, & Théophraste d’un frein pour le retenir.

AIGUILLON. Ville de France. Aguillionum. Elle est dans l’Agenois, qui est une contrée de la Guyenne, au confluent du Lot & de la Garonne, entre Agen & Nérac. Aiguillon a titre de Duché.

AIGUILLONNER. v. a. Donner de l’aiguillon, piquer de l’aiguillon. Terme de Laboureur. Stimulare ; aculeum admovere. Aiguillonnez ce bœuf. Il se dit rarement au propre.

Aiguillonner, au figuré, signifie pousser quelqu’un à faire, ou à entreprendre quelque chose, l’exciter par de fortes raisons, par de puissans motifs. ☞ Les grands Vocabulistes disent, presser quelqu’un à faire quelque chose. Locution vicieuse. On presse quelqu’un de faire une chose, de parler, de partir : mais on n’a jamais dit, presser quelqu’un à parler, à partir, à faire. Stimulare, excitare, acuere. L’exemple de nos aïeux nous aiguillonne à la vertu. Il y a de bons Auteurs qui prétendent que, quoique le terme d’aiguillon soit du bel usage, il n’en est pas tout-à-fait de même de celui d’aiguillonner, qui, selon eux, ne s’emploie jamais bien noblement, & qu’en sa place il faut dire, Provoquer, exciter, enflammer, &c.

☞ AIGUILLONNÉ, ÉE. adj. Terme de chasse qui se dit des fumées qui portent un aiguillon quand elles sont en nœuds ; ce qui marque ordinairement que les cerfs ont eu quelque ennui.

AIGUISEMENT. s. m. Action d’aiguiser. Exacutio. Il a tant coûté pour l’aiguisement de ces couteaux. On ne le dit guère.

AIGUISER. v. a. Rendre aigu, plus pointu, plus tranchant. Acuere, exacuere. Les faucheurs aiguisent leurs faux avec des queues, ou des dalles. Les tailleurs de pierres aiguisent leurs marteaux & leurs ciseaux sur des pavés. On porte les couteaux & les rasoirs chez les émouleurs pour les aiguiser, & les passer sur la meule, sur la pierre.

Aiguiser, se dit figurément de l’esprit & de quelques passions. Les Conférences académiques aiguisent l’esprit, le rendent plus subtil. Un ragoût aiguise l’appétit, l’augmente, le renouvelle, le rend plus vif.

On dit proverbialement, & familièrement, Aiguiser ses couteaux ; pour dire, se préparer au combat. Aiguiser ses dents ; pour dire, se préparer à bien manger, accingere se.

AIGUISÉ, ÉE. part. Exacutus.

Aiguisé, en termes de Blason, se dit des pièces qui ont les bouts aigus & terminés en pointe. In mucronem, acumen, cuspidem desinens. Comme une croix aiguisée, une fasce aiguisée, des pals aiguisés. Quand ils ne sont pointus que par le bout d’en bas, on les appelle fichés.

AIGÛMENT. adv. Nicot écrit aguëment, comme on le prononçoit autrefois ; ce qui revient mieux à l’adverbe latin acutè, finement, ingénieusement, subtilement. Cependant il l’explique par acriter, qui signifie rudement, durement ; explication convenable à l’exemple qui suit, où il s’agit des Philosophes, qui bien loin de s’étudier à orner leurs discours de fleurs de Rhétorique, affectent de se servir des expressions simples.

Il y a des Philosophes, qui, à l’exemple de Chrysippe, affectent de parler aigûment & séchement, la frugalité leur plaisant en toutes choses, & en paroles autant qu’au reste de la vie. Le Vayer. to. 13, p. 351. Aigûment n’est point usité.

AII.

AIIS DANGILLON. Aiatia. Petite ville de Berry. Ce nom est pluriel. Les Aiis Dangillon. Il y a une Collégiale aux aiis ; car ordinairement on dit simplement les aiis, & il faut prononcer les ais. Ce mot s’est formé du Latin Aiatia, & le second de Dam, ou Dom Gillon, qui en a été autrefois Seigneur.

AIL.

AIL. s. m. au pluriel aulx. Plante assez connue, & dont il y a diverses sortes. Allium. Le cultivé, qui est celui des jardins, a une tige assez longue, toute unie, & creuse : ses fleurs sont à six feuilles, & naissent en gros bouquets sphériques. Son fruit est divisé en trois loges, remplies de quelques semences presque rondes ; ses feuilles ne sont point fistuleuses comme celles de l’oignon. Sa racine est bulbeuse, ou à oignon, composée de quelques tuniques, qui enveloppent plusieurs tubercules charnus, d’un goût âcre, & d’une odeur forte. L’ail est fort chaud, & caustique ; non-seulement il excite des vessies, mais il ronge, étant appliqué en dehors : il ne fait pas le même effet dans l’estomac,

quand