Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/225

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

naît dans le duché de Bar, & se jette dans l’Oise, au-dessous de Noyon.

AISNÉ. Voyez Aîné.

AISO. Ancienne ville de Guipuscoa, en Espagne. Ocaso, Alarbe. Saint Sébastien a été bâti des ruines d’Aiso, qui en étoit à trois lieues.

AISON. Ville du Mogol, a 100°, 43’, 3" de longitude, & 42°, 30’, 0" de latitude nord. P. du Chatz.

AISSADE. Terme de Marine. Aissade de poupe, est l’endroit où la poupe commence à se rétrécir & où sont aussi les radiers.

☞ AISSANTES. s. f. pl. C’est la même chose qu’Aissi. Voyez ce mot.

AISSEAU, s. m. Qu’on nomme ordinairement Bardeau. Voyez Aissi.

☞ AISSELIER. s. m. Chez les Charpentiers, est une pièce de bois ou droite, ou arquée, terminée par deux tenons, dont l’un a la mortoise dans une des deux pièces de bois assemblées, de manière qu’elles forment un angle à l’endroit de leur assemblage, & dont l’autre tenon a sa mortoise dans l’autre de ces deux pièces de bois. Ainsi les deux pièces & l’aisselier forment un triangle dont l’aisselier est la base, & dont les parties supérieures des pièces assemblées forment les côtés. L’aisselier est employé pour fortifier l’assemblage des deux pièces.

☞ On donne aussi le nom d’aisselier aux bras d’une roue, lorsqu’ils excèdent la circonférence de la roue, de manière que la puissance appliquée à ce bras, fait mouvoir la roue plus facilement.

AISSELLE. s. f. Partie creuse du corps humain, qui est sous l’épaule, à la jointure du bras, & qui a ordinairement du poil. Ala. On l’appelle quelquefois le gousset. Les abcès qui se forment sous les aisselles, sont dangéreux, parce qu’il y a dans ces endroits de gros vaisseaux sanguins & lymphatiques & des cordons de nerfs, qui y forment des plexus considérables. Ce mot vient de ascella, qu’on a dit pour axilla. Ménage. D’autres le dérivent de ala, & axilla, qui sont la même chose, comme Cicéron lui-même l’a marqué, de même aussi mala & maxilla, palus & paxillus ; & d’axilla s’est fait dans la basse latinité ascella, que l’on trouve dans Grégoire de Tours, dans Baldricus, dans Césaire, dans la vie de saint Walbuge, par le Prêtre Volphard, & dans d’autres : d’ascella est venu aisselle : on trouve même dans la latinité barbare assella. Voyez les Acta Sanct. T. IV, du mois de Mai, p. 569, ch. 17. Et ainsi Catulle a dit d’un homme qui sentoit le gousset : Valle sub alarum trux habitare caper. Aisselle vient de plus loin, selon le P. Thomassin. Cet Auteur remonte jusqu’à l’hébreu assil, qui a pris en Italie la terminaison latine axilla, d’où l’on a fait aisselle.

Aisselle, en termes de Botanique, est l’espace compris entre les tiges des plantes, & leurs feuilles, soit que ces feuilles soient soutenues par une queue, ou qu’elles soient attachées par elles mêmes. Ainsi l’on dit, ces fleurs naissent dans les aisselles des feuilles ; c’est-à-dire, à la base des feuilles, ou de leurs pédicules.

Aisselle, se dit aussi en Jardinage des tiges qui sortent des côtés du maître brin, en se fourchant & se subdivisant en d’autres branches qui sont moindres.

On dit aisselle d’un four, pour désigner le tour de la voûte jusqu’environ les deux tiers ; le dessus se nomme Chapelle.

AISSETTE. s. f. C’est une sorte de petite hache dont les Vinaigriers & les Tonneliers se servent pour couper les faussets, & mettre & ôter les bondons. Ascia minor. On trouve dans la basse latinité, Ascibola.

AISSEUL. s. m. Aissieu. Marot.

AISSI. s. m. Petit ais, petite planche & fort mince, qui est faite comme une petite tuile, & qui sert à couvrir les maisons & les granges des paysans. Axiculus, assiculus. On l’appelle autrement Bardeau, ou Aisseau. Ce mot est un diminutif de ais, planche. Aissi, ais scié.

AISSIEU. s. m. L’Académie écrit essieu, & c’est l’orthographe la plus suivie. Ligne ou pièce de bois, ou de fer, qui traverse un globe par son centre, & sur lequel il est mobile. Axis. L’Aissieu du monde est invisible. L’aissieu de la sphère est la ligne droite qui passe par le centre de la terre, & aboutit aux deux pôles.

Il signifie aussi les pièces de bois ou de fer, sur lesquelles les roues, les poulies, les cylindres, les cônes, & toutes les pièces de machines qui se tournent en rond, sont mobiles. L’aissieu d’une charrette, d’une grue, d’une roue d’horloge, d’un cabestan , &c.

En termes de Marine, on appelle aissieu, deux pièces de bois que l’on attache à l’ancre pour faciliter le mouillage, & la faire tomber, de manière qu’elle morde le fond pour arrêter le vaisseau.

Aissieu, ou Axe. Terme d’Anatomie : c’est la troisième vertèbre ; ainsi nommée, parce qu’elle commence à former un corps sur lequel les deux premières vertèbres & la tête sont portées comme sur un aissieu. Dionis.

AISSIL. s. m. Vieux mot qui signifie vinaigre. Il se trouve dans les anciens statuts de la communauté des Vinaigriers.

AISSIN. s. m. Certaine mesure de froment, dont il est parlé dans les anciennes Ordonnances de la ville de Paris, qui ne marquent point combien elle contenoit. En latin Assinus, selon Du Cange.

AIST. Vieux mot, Troisième personne du subjonctif du verbe Aider. Voyez ce verbe.

AISTRE, selon Borel, est un vieux mot, qui signifie, vie, existence, être. Vita, existencia. Les Philosophes en style de l’école diroient τό, esse.

Tost vous faudroit clorre vostre aistre. Villon.

AIT.

AIT. Vieux mot, qui veut dire, force. Vis. Borel.

Si la par grand ait sachié. Perceval.

Ait, veut encore dire dans le vieux langage, Aide. Borel.

Qu’il ira se Dex li ait. Perceval.

De-là est venu cette manière de parler, ce m’ait Dieu, qui est un vieux serment, comme si l’on disoit, sic me Deus adjuvet.

Ait Acte est une ordonnance qui se met au bas des requêtes présentées par les parties, lorsqu’elles demandent acte de l’emploi qu’elles font d’icelles, par quelques écritures. Par exemple, dans une requête d’emploi pour griefs, l’appelant demande acte, que pour griefs, il emploie la présente requête, &c. Le rapporteur met au bas d’icelle, ait acte & soit signifié.

☞ AITIAT. Place forte du Royaume de Maroc, dans la province de Tedla, bâtie sur une petite colline, par ceux de Muçamoda.

AITIOLOGIE. s. f. Terme de Médecine, qui vient du grec. C’est la partie de la Médecine où l’on traite des différentes causes des maladies. Fernel a fait un beau traité de l’Aitiologie. Ce mot vient du grec αἰτία, cause, & de λογος, discours. Quelques-uns l’appellent Pathologie. Harr.

☞ AITONA, ou AYTONA. Château & Bourg d’Espagne, en Catalogne, sur la rivière de Segre, a une lieue de Lorida.

AITRE. s. m. Terme bas, dont le peuple se sert pour exprimer les appartemens, les pièces d’appartemens, les chambres & autres endroits d’une maison. Ce mot vient d’atrium, d’où l’on a formé astrum dans la basse latinité. On écrit communément êtres.

Aitre, se prend encore pour cour, dans la Bible. Atrium. Ce mot est très-vieux en ce sens. A Rouen on dit, l’Aitre de la cathédrale, pour exprimer ce qu’on appelle à Paris le Parvis. Descript. Geogr. & Hist. de la haute Norm. tom. 2, pag. 11.

AJU.

.

AÏVANSARI. Fauxbourg de Constantinople. Voyez Constantinople.