Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

la vocation d’Abraham jusqu’à la venue du Messie. La nouvelle alliance ; celle que le Seigneur a faite avec tous les hommes par Jésus-Christ. Cette alliance dure depuis la venue du Messie, & durera jusqu’à la consommation des siècles. Ces deux alliances contiennent éminemment toutes les autres.

Alliance, se dit figurément pour Union, mélange de plusieurs choses. Societas, commercium. Faire alliance des maximes de l’Evangile avec celles du monde. Pasc. Il faut que l’art vienne au secours de la nature, parce que c’est leur parfaite alliance qui fait la souveraine perfection. Boil. L’alliance monstrueuse que vous faites de la sainteté avec les crimes les plus détestables, est une preuve que vous n’avez nulle idée de la piété. Nicol. Les alliances fermes & durables sont appelées des alliances de sel, parce que le sel est incorruptible, ou bien que le sel est le symbole de la sagesse, qui fait présumer qu’elles ont été faites avec mûre délibération.

☞ On appelle aussi alliance, l’anneau de mariage. C’est une bague faite d’un fil d’or & d’un fil d’argent entrelacés, ou une bague d’une seule matière, montée de deux pierres de différentes couleurs. Sponsalium annulus. Les femmes mariées portent une alliance au doigt.

☞ ALLIAR-ÆRIS. C’est ainsi qu’on appelle en Alchimie, le cuivre des Philosophes, c’est-à-dire, de ceux qui travaillent au grand œuvre.

ALLIBAWN. Contrée de l’Écosse septentrionale. Caledonia, Albania. C’est le pays des anciens Calédoniens, qui comprend aujourd’hui les Comtés de Ross, de Loquebar, & d’Athol.

☞ ALLIEMENT. s. m. Nom que les ouvriers qui se servent de la grue ou d’une autre machine à élever des fardeaux, donnent au nœud qu’ils font à la corde qui doit enlever la pièce.

☞ ALLIER. v. a. Mêler, incorporer ensemble plusieurs métaux par la fusion. Dans ce sens il est aussi réciproque. Metalla commiscere. On allie l’or & l’argent. L’or & le fer ne s’allient point ensemble pour se mêler, non pas même pour se souder, si ce n’est par le moyen du cuivre. L’étain fondu avec l’or s’allie tellement, qu’on ne le peut séparer, & il gâte toute une fonte. Ce mot vient d’alligare.

Allier, se dit figurément en Morale ; pour dire, joindre une famille à une autre par quelque mariage ; & alors il se dit avec le pronom personnel. Inire affinitatem. Cette maison s’est alliée plusieurs fois avec des Princes. S’allier en bon lieu, à une bonne famille, ou avec une bonne famille.

Allier, signifie aussi, en parlant d’États & de Souverains, se confédérer, se liguer pour les intérêts communs. Fœdus icere, sancire. Les Suisses se sont toujours alliés avec la France. C’est l’intérêt de leurs États qui allient les Princes.

Allier, se dit figurément pour Mêler, joindre ensemble. Jungere, conjungere, sociare. Vous alliez les loix humaines avec les divines. Pasc. Avec le pronom personnel, il se dit pour s’associer, se joindre. La miséricorde & la vérité s’allieront heureusement. Port-R.

ALLIÉ, ÉE. part. pass. & adj. Affinis, conjunctus, sociatus, fœderatus, dans le sens de leurs verbes.

Allié, est aussi substantif. Confédéré. Socius fœderatus. Les Rois ont grand soin de prendre les intérêts de leurs alliés. Assister, secourir les alliés. Cette République est notre alliée.

☞ On le dit encore substantivement, en parlant de ceux qui sont joints par quelque degré d’affinité. Affinis. C’est mon allié. Nous ne sommes pas parens ; nous ne sommes qu’alliés.

ALLIER. s. m. Ce mot n’est que de deux syllabes. Filet tendu sur deux bâtons, propre à prendre des cailles et des perdrix. On l’appelle aussi Trimallier parce qu’il est fait de trois doubles de mailles. Rete triplici hamulo consertum. Les alliers sont défendus par les Ordonnances.

Ces mots viennent du latin alligare, lier.

ALLIER. s. m. Vieux mot, qui signifioit autrefois certains oiseaux qui vivent de rapine, comme on l’a dit au mot Alérion, espèce d’oiseau de proie.

ALLIER. s. m. Rivière. Elaver. L’Allier sort de la montagne de Losève, la plus haute du Gévaudan, traverse l’Auvergne & le Bourbonnois, & se jette dans la Loire au-dessus de Nevers, à un endroit appelé pour cela Le Bec d’Allier. Os Elaveris. Allier est un nom formé par corruption, du nom latin Elaver, qui se trouve dans César. Pour le Bec d’Allier, quelques Auteurs veulent que ce soit une corruption de bucca Elaveris, la bouche d’Allier. Peut-être aussi a-t-on appelé cet endroit-là Bec, rostrum, à cause de la pointe de terre qui fait le confluent des deux rivières.

ALLIGATION. s. f. Quelques Arithméticiens ont appelé Règle d’alligation, ce que d’autres nomment Règle d’alliage.

ALLIGATOR. s. m, C’est le nom d’un animal de l’Amérique, que l’on voit principalement à la Jamaïque. L’Auteur de l’Etat présent des îles du Roi d’Angleterre, dans l’Amérique, dit qu’il y a peu de bêtes nuisibles dans cette île, excepté l’Alligator. Il y en a de 15 & 20 pieds de long. Ils se tiennent en embuscade dans les rivières & les étangs où les autres bêtes viennent boire. Ils ressemblent à une pièce de bois sec & immobile, qu’on croit pouvoir approcher sans rien craindre : ils ont quatre pieds avec lesquels ils marchent, & ils nagent & se remuent promptement, quoiqu’ils ne se tournent qu’avec difficulté. Ils sont armés sur le dos & sur les flancs d’écailles impénétrables, & on ne les peut percer que par les yeux & par le ventre ; ils pondent sur le sable des œufs de la grosseur de ceux des Poules-d’Inde, qu’ils laissent éclore au soleil. Ils attaquent rarement les hommes ; leur graisse est un baume souverain contre les douleurs des os & des jointures ; ils ont des testicules de musc, dont l’odeur est si forte, qu’elle les fait découvrir & fuir par les autres animaux. Tout cela ressemble si bien au Crocodile, que c’en pourroit bien être un, dont cet Auteur parle sous le nom d’Alligator.

☞ ALLINGUES. s. f. pl. Pieux que l’on enfonce dans une rivière flottable environ à une toise & demie de la berge, pour faire entrer le bois qui vient à flot, afin de le tirer plus commodément, & l’empiler sur la berge.

ALLIOTH. Terme d’Astronomie. C’est le nom d’une étoile de la queue de la grande Ourse, dont l’observation est d’un grand usage sur mer. Elle sert aussi à connoître la hauteur du pôle. Observez quand l’Allioth passe le méridien sous le pôle : prenez alors la hauteur de l’étoile polaire avec un quart de cercle, & de la hauteur trouvée, retranchez 2°. 25’, qui est la distance du pôle à l’étoile polaire, ce qui reste est la hauteur du pôle. Harr.

ALLOBROGE. s. m. Allobrox. C’est ainsi qu’on appeloit autrefois un ancien peuple de la Gaule Narbonnoise, peuple puissant, dit Polybe, Liv. XXX. Ch. 50. qui les appelle en grec, aussi-bien que Ptolémée, Ἀλλόϐριγες, Allobriges. Quelques-uns prétendent qu’Allobroges s’est dit pour Ariobriges, formé d’ἀρείος, martial, belliqueux, & brige, qui en cette langue signifioit Peuple, Nation. D’autres le dérivent d’ἄλλος Βρογλος ; & disent qu’il signifie une nation qui habite un pays coupé de montagnes & de vallées. Etienne Barlet a cru que ce nom étoit composé d’ἄλλος & de Αρέτος, & qu’ils le prirent par vanité ; pour dire, qu’ils étoient autres que des hommes mortels. Ils croyoient, ajoute-t-il, que le soleil est l’image corporelle de Dieu invisible, & ils l’adoroient par cette raison. Les Chaldéens nommoient Dieu Alla, & les Allemands Brux, ou Brox, toute médaille où est gravée une tête. D’Alla & de Brox, a été composé Allobrox. Ce sont des rêveries. Chorier a grande raison d’en juger ainsi. Un ancien Scholiaste de Juvénal dit, qu’en gaulois broga signifie champ, terre, & qu’Allobrox est composé de alius,