Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/274

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

succotrin, qui a moins de cette résine, a toujours été préféré à l’hépatique pour l’usage intérieur ; & au contraire l’hépatique qui en a davantage, l’emporte sur le succotrin pour l’usage extérieur, pour nettoyer des plaies, refermer des coupures récentes, &c. Les sels de l’Aloès sont très-actifs : ils corrodent les extrémités des veines où les fibres sont plus délicates ; & de-là viennent les flux-de-sang & les hémorragies. Il est donc important que la partie saline de ce remède, qui a besoin d’être réprimée par la résineuse, n’en soit point séparée. Acad. des Sc. au même endroit. L’élixir de propriété, les grains de vie & les pillules gourmandes sont des préparations d’Aloès. L’Aloès hépatique s’appelle ainsi, parce qu’on a cru qu’il convenoit particulièrement au foie, en latin Hepar. Acad. des Sc. Il nous vient de l’île Bourbon un extrait de suc d’Aloès, que Flacour a connu, qui est très-bon, & auquel il ne manque qu’un peu plus de propreté dans la manière de le tirer ; & quand les habitans de la Colonie en seront instruits, il ne cédera en rien aux meilleurs extraits de cette plante, qui nous viennent d’Afrique. La consommation de cette drogue est grande dans la Pharmacie, & pour les remèdes des chevaux, & pour la préparation des cuirs dorés. Et bien loin de dépérir lorsqu’elle est surannée, elle acquiert une bonté qui se connoît par son odeur puante, par sa transparence & par sa couleur dorée. De Jussieu, Mém. manuscrit.

On donne encore le nom d’Aloès à un bois pesant, fort résineux, dont les morceaux sont remplis de veines noires & toutes résineuses, de différentes grosseurs & figures, bruns & tirant sur le noir, d’un goût amer & d’une odeur douce & très-agréable, sur-tout lorsqu’on les met au feu, où ils fondent comme de la poix. Les Portugais nous l’apportoient de Calecut, de Sumatra & de Malaca ; mais il est devenu très-rare depuis que les Japonois apporterent en France une grosse quantité de deux sortes de bois résineux odoriférans, qu’on vend aujourd’hui chez nos droguistes pour vrais bois d’Aloès : Xilo Aloës, Lignum Aloës. L’un de ces deux bois, appelé plus ordinairement bois d’Aloès, approche assez de l’ancien ; mais il est en de plus petits morceaux, semblables à des bois pourris & vermoulus, d’une couleur tannée, moins résineux & d’une odeur plus douce, plus fade & d’un goût moins amer. L’autre est nommée Calambou, peut-être par corruption, au lieu de Calambac, nom synonyme du bois d’Aloès. Celui-ci est en grosse bûche, pesante, brune, paroissant fort résineux, fort compacte & sans vermoulure, d’une odeur plus forte & d’un goût plus amer que le précédent. On fait avec ce dernier des meubles précieux.

Il y a encore d’autres bois de différentes couleurs, auxquels on donne le nom de bois d’Aloès, à cause qu’ils sont résineux, & qu’ils exhalent une odeur douce étant brûlés. Mais l’Agallochum est-il différent du lignum Aloès ? Faut-il beaucoup compter sur les descriptions de l’arbre du Xilo Aloès rapportées par les Auteurs ? Ne sont-elles point fondées sur des oüi-dire ? & connoissons-nous bien les différences de bois d’Aloès qu’ils ont établies ? Si on en croit Rumphius, Hollandois établi à Amboine, c’est un arbre dont le suc laiteux fait perdre la vûe, si par malheur il vient à toucher les yeux. Ephem. d’Allem. ann. 3 dec 11, p. 79. Voyez sur l’Aloès Louis Barthema, dans son Itinéraire, chap. 20. Hernandez, Muntingius, Commelin, & Daléchamp, Tom. II, Liv. XVI, ch. 28.

ALOÉTIQUES. s. & adj. m. pl. Aloedaria. Médecines composées & cathartiques, ainsi appelées de l’aloès qui en est l’ingrédient principal.

ALOGE. s. m. Nom de Secte. Théodore de Bysance, corroyeur de son métier, ayant apostasié pendant la persécution de l’Empereur Sévère, dit, pour se défendre des reproches qu’on lui faisoit : ce n’est point Dieu que j’ai renié, mais un homme ; parce que Jésus-Christ n’étoit qu’un pur homme. Ceux qui le suivirent furent nommés en grec ἁλωγοι, Aloges, comme rejetant le Verbe. Ce mot est composé de l’α privatif, & de λόγος, verbe.

ALOGIEN, ENNE. s. m. & f. Nom d’Hérétiques, qui vient de l’α privatif & de λόγος, le Verbe, & signifie sans Verbe, parce qu’ils nioient que Jesus-Christ fût le Verbe éternel.

ALOGNE. s. m. Terme de marine. Cordage qui sert aux pontons. Un alogne a trente cinq toises de long, vingt-deux fils par cordon, un pouce de diamètre, & pese cent livres.

ALOI. s. m. Certain degré de bonté, lequel résulte du mélange de plusieurs métaux qui ont quelque conformité entr’eux ; ou Titre légitime des monnoies, & des ouvrages d’or & d’argent suivant les édits du Prince. Légitima materiæ numerariæ conflatura. L’or doit être travaillé à un certain carat pour être de bon aloi. Le titre de l’argent doit être de tant de deniers de fin, autrement il est de mauvais aloi. Ce mot est composé de loi, qu’on dit aussi en même sens, qui est fait selon l’Edit & la Loi.

Aloi, se dit figurément de la valeur & bonté de toute autre chose. Cette drogue n’est pas de bon aloi, elle est falsifiée, elle n’a pas la qualité requise. Adulterinum pharmacum. Cette raison est de mauvais aloi, elle ne passera jamais. Adulterina, non proba ratio.

Pour moi je n’envierois que quelque solitude,
Qui me fît fabriquer des vers de bon aloi,
Et chanter dignement les vertus de mon Roi.

Sanlec.

On dit aussi, qu’un homme est de bas aloi ; pour dire, qu’il est de basse naissance, d’une profession vile, ou qu’il est méprisable par lui-même.

ALOÏDE. s. m. Terme de Mythologie. Fils d’Alœus. Aloides. On donna ce nom à Othus & Ephialte, qui passoient pour fils du géant Alœus, & d’Iphimédie sa femme, quoiqu’ils fussent fils de Neptune & d’Iphimédie. Alœus les éleva comme ses enfans ; ils croissoient de neuf pouces tous les mois. Alœus, que son grand âge empêcha d’aller à la guerre des géans, les y envoya. Ils y périrent, car Apollon & Diane les percerent à coups de flèches.

ALOIÈRE. s. f. Alloverium, Marsupium. Vieux mot, qui signifie une Gibecière.

Riche ceinture, & aloière,
Que chacun appelle gibecière, Rom. Dudit.

ALOIGNE. s. m. Terme de Marine. Voyez Bouée. Autrefois ce mot se disoit pour délai, retardement. Mora.

Dont le dirai-je sans aloigne.

ALOIGNER. Ce verbe autrefois se disoit pour alonger. Borel.

Ce fut el mois de May que le temps s’aloigna. R.

de Guyot de Nanteuil.

ALOÏSE, ou ALUÏSE. s. m. Nom d’homme. Aloïsius. Aloïse-Thomas-Raymond de Harrach, Chevalier de la Toison d’or, Conseiller d’Etat, Grand-Ecuyer héréditaire de la haute & basse Autriche, & Maréchal Provincial. Gaz. 1721. p. 331. Le 23 Août 1722, M. Aloïse-Sébastien Mocénigo fut élu Doge de Venise. Journal de Verdun. Ce mot est italien : en François, c’est Louis ; témoin Aloïsius Gonzaga, le B. Louis de Gonzague. Puisque nous avons un mot François, pourquoi ne s’en pas servir, & ne pas dire Louis-Sébastien-Mocénigo.

☞ ALOMANCIE. s. f. du grec ἄλς, sel, & μαντεία, divination. Espèce de divination qui se faisoit par le moyen du sel. Oublier de mettre du sel sur la table, ou renverser une salière, &c. étoit le présage d’un grand malheur.

ALOMATON. Forteresse de la Turquie en Europe. Sophœnium, Michælium. Elle est en Thrace, aujourd’hui Romanie, sur le détroit de Constantinople, à l’entrée de la mer Noire. On l’appelle aussi Castel nuovo d’Europa, Châteauneuf d’Europe, & il est vis-à-vis d’un