Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/299

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
275
AMB
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

☞ On s’en sert aussi par exagération dans les formules de civilité. La gloire de vous servir, est la chose que j’ambitionne le plus. T. Corn.

On appeloit proprement ambitiosi chez les Romains, ceux qui briguoient les charges. Ils alloient tout alentour de l’assemblée, pour mendier les suffrages. Ambibant, c’est-à-dire, Ibant circùm comitia. Am, en ancien latin signifioit, Circùm, Alentour.

AMBITIONNÉ, ÉE. part. Recherché avec ardeur. Cupicus, Quæsitus ambitiosè. Servir son pays est un honneur ambitionné de tout le monde. T. Corn. La belle gloire est ambitionnée de tous les honnêtes gens.

AMBLE. s. m. Train, ou certaine allure de cheval, lorsque les deux jambes du même côté se meuvent ensemble & que les deux autres se meuvent après. Asturconis mollis alterno crurum explicatu glomeratio. Tolutarii gradus ; Asturconis incessus ; Tolutarius incessus. C’est la première allure des poulains quand ils ne sont pas assez forts pour trotter. Pour leur entretenir cette allure, on leur met des entraves, & on leur attache des bouchons de foin autour des paturons des jambes de derrière. Cette allure est bannie des manéges, où l’on ne veut que le pas, le trot, & le galop. La haquenée est un cheval qui va l’amble. On appelle un cheval franc d’amble, quand il va l’amble, lorsqu’on le mene en main seulement avec le licou, quand il se met de lui-même à l’amble. On dit d’un cheval, qu’il va l’amble comme une poule d’inde, lorsqu’il a ses allures froides. On dit aussi au pluriel les grands ambles. On a dit ambleure en vieux Gaulois, du latin ambulatura.

Vegéce dit, que l’amble est un petit pas de cheval fort vite, qui plaît à celui qui le monte, qui ne s’enseigne point par art, mais qui vient plutôt naturellement.

On dit proverbialement, mettre quelqu’un aux ambles, ou à l’amble ; pour dire, le ranger à son devoir.

Ménage dérive ce mot de ambulare, qu’on trouve chez les Auteurs latins en la même signification. Nicod le dérive du grec ἀμβλύνω, qui signifie tarder, rompre, parce que l’amble est un train rompu. Les Latins ont appelé un cheval d’amble, ou haquenée, ambulator equus ; Sénéque, tolutarius ; Pline, asturco ; d’autres, gradarius, &c.

Quelques-uns appellent Fausse jambe de devant, un amble dans la vitesse du galop, ou les deux actions du trot & de l’amble dans la vitesse du galop. Newc. Il y a plusieurs chevaux, qui bien qu’ils ne puissent que trotter, étant pressés au manége, vont souvent un amble confus, par fois un amble très-parfait. Id.

AMBLÉ, EE. part. Vieux mot. Surpris, enlevé. Poësies du Roi de Navarre.

AMBLER. v. n. Aller l’amble. Tolutìm incedere, Asturconis more incedere. Il y a plusieurs chevaux bien forts, qui amblent étant pressés au manége ; mais le plus souvent, c’est par foiblesse, ou naturelle, ou de latitude. Newc. Il vieillit.

AMBLESINDE. Village du comté de Westmorland, en Angleterre. Amblesinda. Il est sur le lac de Wynaudermeer, entre les villes de Kindal & de Keswick. On croit que c’est l’Ancienne Amblioglana des Brigantes. Cambden dit Amboglana old ruines at Cambec in Cumberland, c’est-à-dire, Amboglana, vieilles ruines à Cambeck dans le Cumberland ; mais il voudroit pouvoir lire dans l’ancienne notice de l’île Britannique Camboglana, c’est-à-dire, Campiripa, au lieu d’Amboglana ; & alors il prendroit Camboglana pour Cambeck, parce que Cambeck est sur un ruisseau.

AMBLETEUSE. Ambletosa. Port de mer dans la Picardie, à deux lieues de Boulogne. ☞ Ce fut à Ambleteuse que Jacques II, Roi d’Angleterre, après l’entrée du Prince d’Orange & des troupes Hollandoises dans ses états, fuyant la persécution de ses sujets révoltés contre lui, aborda dans une barque de pêcheur le 4 Janvier 1689, accompagné du Duc de Barwick & de quelques domestiques.

AMBLEVE. Rivière des Pays-Bas. Amblavia. Elle coule dans le duché de Luxembourg & dans l’évêché de Liége, & se joint à l’Ourte entre Liége & Durbuy.

AMBLEUR. s. m. Officier de la grande & de la petite écurie du Roi.

AMBLOYER. Vieux v. a. Adoucir, attirer par douces paroles.

AMBLYGONE. s. m. Terme de Géométrie. Angle obtus, ou qui a plus de 90 degrés. Ambligonium. Il est aussi adj. Un triangle amblygone, qui a un angle plus grand que le droit. Ce mur fait en cet endroit un coude qui est amblygone, ou obtusangle. Ce mot est grec, composé d’ἀμβλύς, obtus, & de γωνία, angle.

AMBLYOPIE. s. f. Terme de Médecine. Maladie des yeux, qui se dit d’une hébétation ou éblouissement continuel de la vue, sans apparence que l’œil soit aucunement offensé. Amblyopia. Ce mot est composé du grec ἀμβλύς, hebes, obtus, & de ὤψ, ὠπός, oculus, œil.

AMBOHITSMENE. s. m. & f. Nom de peuples & de montagnes. Ambohitsmenius, a, um. Les Ambohitsmenes sont dans la partie orientale de l’île de Madagascar. Ils habitent de fort hautes montagnes, auxquelles ils donnent leur nom. Ambohitsmenii montes.

AMBOINE. Amboina. Maty écrit AMBONE ; mais l’usage est d’écrire & de prononcer Amboine. Le P. Bouhours écrit même par un y Amboyne, selon l’ancienne manière, qui met souvent un y où il ne faut qu’un i. Amboine est une petite île des Indes, découverte par les Portugais en 1515. Les Hollandois les en ont chassés, & y ont trois forteresses, Victoria, Hiton, & Low. L’île d’Amboine est éloignée de Malaca d’environ 250 lieues ; elle en a 30 de circuit à peu près. Bouh. L’Amboine n’a qu’environ 16 grandes lieues de circuit. Maty.

AMBOINES. Amboinæ. Les Amboines sont quelques petites îles autour d’Amboine, & auxquelles elle donne son nom. Les Amboines produisent une grande quantité de cloux de girofle. Maty.

L’Archipel d’Amboine. Amboinæ Archipelagus. C’est la partie de l’Archipel des Moluques, qui est autour d’Amboine. Maty.

AMBOISE. Ambasia, Ambacia. Ville de France dans la Touraine, sur la Loire. Charles VIII naquit à Amboise en 1470, & y mourut en 1498. La conjuration d’Amboise est fameuse dans les troubles des Calvinistes de France, qui voulurent en 1560 se saisir de François II, de Catherine de Médicis, & des Princes de Guise qui étoient à Amboise ; mais les conjurés furent tous passés au fil de l’épée à Amboise, où ils s’étoient rendus pour exécuter leur crime. Les Edits d’Amboise, sont trois Edits portés à Amboise en Février & Mars 1559, sur les affaires de la Religion. C’est dans le château d’Amboise que Louis XI institua l’Ordre des Chevaliers de S. Michel le premier Août de l’an 1469.

AMBOISE, est aussi le nom d’une famille illustre de France, qui a possédé la seigneurie d’Amboise. George d’Amboise. Nom d’une grosse cloche de la cathédrale de Rouen, dont le Cardinal de ce nom fut parain.

AMBON. s. m. Ambo, Analogium. C’est une tribune, qui étoit autrefois dans les églises, & sur laquelle on montoit pour lire ou chanter certaines parties de l’office divin, & pour prêcher au peuple. Il y avoit des degrés pour y monter. Après la lecture de l’épître, le chantre montoit sur l’ambon avec son livre, nommé Graduel ou Antiphonier, & chantoit le répons que nous nommons Graduel, à cause des degrés de l’ambon ; & Répons, à cause que le chœur répond au chantre. Fleury. Le diacre montoit seul sur l’ambon, & lisoit, tourné vers le midi. Id. Il est dit dans le premier livre des miracles de S. Othmar, c. 4, que l’Evêque ordonna à l’Archiprêtre de monter sur l’ambon, & de faire le sermon au peuple à sa place. Et Odilon, moine du Xe siècle, auteur du livre de la Translation des Reliques de S. Sébastien & de S. Grégoire, dit que l’Evêque monta sur l’ambon pour prêcher au peuple. Voyez Annales Francor. ad an. 800, l’Histoire Tripartite, Liv. X, Ch. 4. Socrate, L. VI, Ch. 5. Prudence, hymn. 4, de S. Hippol. v. 225. Les Arabes appellent l’ambon, Mambar, ajoutant une m au