Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/325

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

espagnoles. Les Amogabares étoient fort estimés pour leur bravoure ; quelquefois on appelle les Amogabares du nom d’Almugavares, ce qui fait croire avec assez de vraisemblance, que ce mot vient de l’arabe. Il est composé de l’article al, & mugabar, qui vient de גבר, gabar, & peut avoir les significations de grand, de géant, de fier, de brave, de fanfaron.

AMOINDRIR. v. a. Diminuer de bonté, ou de quantité, rendre moindre. Minuere, diminuere. On amoindrit tous les jours les étoffes dans les manufactures. On a amoindri la largeur de ces draps. On le dit aussi des choses qui diminuent d’une manière avantageuse. La clarté du jour amoindrit l’horreur de la nuit.

Amoindrir, est aussi neutre. Minui, diminui. Les forces de ce malade amoindrissent chaque jour. Son revenu amoindrit tous les ans.

Amoindrir, est aussi réciproque. Le crédit de ce marchand s’amoindrit tous les jours. Les revenus s’amoindrissent, dépérissent, si on n’a grand soin de ses affaires. Le vin s’amoindrit quand il est à la barre. Il perd sa bonté. Ce tas de blé s’amoindrit, il diminue. Ce terme n’est guère en usage que dans la conversation : on devroit même l’éviter.

AMOINDRI, IE. part.

AMOINDRISSEMENT. s. m. Diminution. Diminutio, imminutio. Il y a bien des choses qui dépérissent, & dont l’amoindrissement est insensible.

AMOINER. v. a. Vieux mot, qui veut dire, amener. Adducere. Borel. Ou plutôt ce n’est qu’une ancienne manière d’écrire le verbe amener.

A MOINS. adv. Voyez Moins.

A MOINS QUE. Conjonction qui régit le subjonctif, & qui signifie, si ce n’est que. Nisi. A moins que vous ne rampiez devant lui, n’en attendez aucune grâce. On met ordinairement une négation après, comme dans l’exemple qu’on vient de rapporter. En voici un où il n’y en a point. Nos freres disent quelquefois, les Apôtres de Jésus-Christ voyoient que ce pain n’étoit pas son Corps, à moins qu’il le fût en figure. Peliss. On pourroit, on doit même dire, à moins qu’il ne le fût.

A moins que, se construit aussi avec l’infinitif & la particule de. A moins que de faire cela, on n’en viendra point à bout. Il y en a qui disent aussi, à moins de faire cela ; mais mal, selon Vaugelas.

AMOISE. s. f. Terme de Charpenterie, qui se dit des pièces de bois qui embrassent les soufaites, liens & poinçons, à l’endroit de ces assemblages pour les affermir : elles sont jointes l’une à l’autre par des chevilles de bois qui traversent de part en part. Voyez Moise.

AMOISTIR. v. a. Ce mot, qui n’est plus d’usage, veut dire, mouiller. C’est de ce verbe que viennent moite & moiteur. Borel. Ou plutôt ce verbe a été formé de moite, & signifioit rendre moite, humectare. S’amoistir, & peut-être amoistir neutre, devenir moite, humide, humescere. Il seroit bon de retenir ce verbe ; nous n’en avons point pour exprimer ce qu’il signifie.

AMOL, ou AMUL. Petite ville de Perse. Amolia. Elle est dans le Tabarestan, sur la rivière qui passe à Firiya.

☞ Il y a une autre ville nommée Amol-Gihon, parce qu’elle est située sur le Gihon, qui est l’oxus des anciens. On la nomme aussi Amol Amujah, parce que le Gihon porte aussi le nom d’Amu. Elle est située sur la rive occidentale de ce fleuve.

AMOLETTES. s. f. pl. Terme de Marine. C’est ainsi qu’on appelle les trous où l’on passe les barres du cabestan & du virevaux.

AMOLIER. v. a. Ce mot signifioit adoucir. Borel.

AMOLLIR. v. a. Rendre moins dur, ou plutôt rendre mou & maniable. Mollire, emollire. La chaleur amollit la cire, & sèche la boue. Les Corroyeurs préparent les cuirs pour les amollir. Un peu de pluie amollit la terre qui est trop sèche. On prononce & on écrit quelquefois amolir.

Il se dit figurément des choses mêmes les plus dures, quand l’art semble leur ôter leur dureté, & leur donner de la flexibilité & de la mollesse.

A mes yeux il respire, il agit, il ordonne ;
Et le bronze amolli par un art qui m’étonne,
Dispute avec la vérité. De Bellocq.

Amollir, se dit figurément en Morale, & signifie rendre lâche, mou, efféminé, moins ferme, moins constant. On tient que les délices de Capoue amollirent Annibal. Il amollit leur courage par les délices de la paix. Ablanc. Les profanes accusent la religion d’avoir amolli le cœur des hommes, & de les avoir rendus lâches & timides. Bal. Il y a d’habiles gens qui prétendent que l’étude des belles Lettres amollit le courage. Vall.

On y joint le pronom personnel au propre & au figuré. S’amollir, pour signifier les choses qui perdent leur courage, ou leur rigueur. Mollescere. La terre commence à s’amollir. Ce pere étoit dur & inexorable ; mais son cœur s’est amolli par les larmes & les soumissions de son fils.

AMOLLI, IE. part. Mollitus, emollitus.

Aux accens dont Orphée emplit les monts de Thrace,
Les tigres amollis dépouillent leur audace. Boil.

AMOLLISSEMENT. s. m. Action de mollir. Mollimentum. L’amollissement de la cire se fait en la maniant, & en l’échauffant. Il se dit aussi au figuré. L’amollissement du courage.

AMOLVIN. s. m. Nom d’homme. Amulguivus, Alobes. S. Almovin Chorévêque, dont le corps est à Bins, en Hainaut. Chast. 7. Févr.

AMÔME. s. m. Amomum. s. n. fruit d’une plante nommée dans le XIe volume de l’Hortus Malabaricus Elettari primum. On dit Amôme en grappe, amôme en raisin, amomum racemosum, à cause que ce fruit est une grappe composée de plusieurs capsules blanchâtres, rondes & grosses comme des pois chiches, membraneuses, divisées en trois loges, qui renferment plusieurs semences brunes, anguleuses, d’un goût & d’une odeur très-forte & très-aromatique. Ce fruit nous est apporté des Indes Orientales, & il entre dans la thériaque. Les Commentateurs de Dioscoride & de Pline, n’ont jamais pu s’accorder sur le choix de ce fruit, & la plûpart ont voulu qu’on employât des plantes bien différentes de celle-ci. Quelques-uns font passer les roses de Jérico pour l’amomum. Scaliger prétend que l’amôme n’est pas le fruit ou la grappe de l’arbre, mais que c’est le bois de l’arbre même qui est roulé comme une grappe, & dont on se servoit particulièrement pour embaumer les corps : d’où vient qu’on a donné le nom de Mumie aux corps des Egyptiens qui étoient embaumés.

AMOMI. s. m. C’est ainsi que les Hollandois appellent le poivre de la Jamaïque, qu’on nomme autrement Graine de Girofle.

☞ AMOMUM plinii, ou solanum fruticosum, bacciferum. Arbrisseau des jardins dont le bois est brun, les feuilles rouges, d’un vert noir, la fleur blanche, les fruits rouges & ronds comme les cerises.

AMONCÈLEMENT. s. m. Vieux mot, qui signifie l’action d’amonceler. Acervatio, coacervatio, accumulatio.

AMONCELER. v. a. Amasser, assembler, mettre par tas & monceaux. Cumulare, Acervare. Amonceler du foin, des gerbes. Quelques-uns mettent ce mot au rang de ceux qui ont vieilli. Que sert à l’avare d’amonceler tant de richesses, puisqu’il faut les quitter dans un moment ? On dit quelquefois au manège, qu’un cheval amoncèle ; pour dire, qu’il est bien sous lui, qu’il marche sur ses hanches & sans se traverser.

AMONCELÉ, ÉE. part. Acervatim positus, cumulatus.

AMONDE. Petite rivière d’Ecosse. Almon. Elle arrose la Lothiane, & se décharge dans le golfe de Fottho ou d’Edimbourg.

AMONE. Petite rivière d’Italie. Anemo. Elle vient du mont Apennin, traverse une petite partie du Florentin, entre de-là dans la Romagne, & va se mêler au Pô, près de Ravenne.