Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/380

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

nique, lui donna le nom d’Angleterre, comme nous avons dit à ce mot. Saxon le Grammairien prétend qu’il est dérivé du nom d’un Roi qu’avoient eu ces peuples, nommé Angul ; mais cet Auteur seul n’est pas un bon garant. Ce qu’il y a de certain dans tout ceci, c’est qu’il y a eu un peuple dans la Germanie qui s’appeloit Anglois, Anglus. Nous le voyons dans Tacite, de morib. Germ. ch.40. Ce peuple fut un de ceux de de la partie méridionale de la Bretagne, & il y porta son nom. Tout le reste est conjecture ; mais il est très-vraisemblable qu’Egbert étoit Anglois, & Roi de ce peuple Anglois, & que par sa conquête ce peuple étant devenu le peuple dominant dans ce pays, son nom fut donné à tous les autres ; qu’ainsi ce n’est qu’au commencement du IXe siècle, que tous ces peuples, tant anciens Bretons que Saxons, porterent le nom d’Anglois.

Berte, fille de Cherebert Roi de Paris, qui avoit épousé Ethelbert Roi de Kent, fut cause de la conversion des Anglois, par la protection qu’elle donna à saint Augustin. Cordem. S. Grégoire écrit à Brunehaut Reine de France : « Vous savez combien de choses miraculeuses Dieu a faites pour la conversion des Anglois, & vous devez en avoir bien de la joie, puisque vous avez la meilleure part à cet ouvrage. » Id. Pierre Matthieu, dans la vie de Louis XI, Liv. 5, dit que le Comte d’Armagnac regardoit la rencontre d’un Anglois comme un mauvais augure. De Roch.

Anglois, oise. adj. Anglus, Anglicus. Ercoubert fut le premier des Rois Anglois, qui ordonna par édit dans tout son royaume, d’abattre les idoles, & d’observer le jeûne du carême. Fleur. Dreyden est le meilleur Poëte Anglois qui ait paru jusqu’ici. La Critique du théâtre anglois par M. Coullier est un bon livre. Un livre anglois. Caton est une Tragédie angloise. Un vaisseau anglois, la flotte angloise, un cheval anglois ; mais on ne dit point un dogue anglois, il faut dire un dogue d’Angleterre.

Anglois. s. m. Créancier fâcheux. Molestus creditor. La puissance redoutable des Anglois en France, & les ravages qu’ils y firent pendant les longues guerres entre Philippe de Valois, & Edouard III, pour la succession à la couronne, après la mort de Charles le Bel, donnerent lieu à cette expression. Le peuple appela Anglois, tout créancier trop dur, & trop pressant. Marot s’en est servi dans ce sens. Pasquier atteste qu’on le disoit encore de son temps, & il apporte ces vers adressés au Roi François I, par Guillaume Cretin.


Et aujourd’hui je fais solliciter
Tous mes Anglois, pour les restes parfaire,
Et le payement entier leur satisfaire.


Marot s’en est servi dans le même sens.

On donne encore le nom d’Anglois à une espèce de pâtisserie qu’on fait avec des prunes simplement, sans les couper, ni peler.

L’ANGLOIS. s. m. La langue que l’on parle en Angleterre. L’anglois est composé d’ancien breton, de latin, de saxon, ou allemand, & de françois. Wallis a fait une savante & judicieuse Dissertation sur la langue angloise ; elle sert de préface à son traité deloquela, & à la Grammaire angloise : la Grammaire de Miége est plus utile à ceux qui veulent apprendre la langue, celle de Wallis à ceux qui la savent.

l’Anglois. Terme de Fleuriste. Narcisse qui jette une petite fleur, un peu plus grande néanmoins que le narcisse de Narbonne. Il a le godet jaune, & par-tout égal.

Angloise, s. f. Autre terme de Fleuriste. Tulipe d’un colombin rouge & blanc.

ANGLONA. Ville autrefois épiscopale. Anglona. Il n’en reste qu’une église & un château dans la Basilicate, au royaume de Naples. Elle est à quelques lieues de Turfi, où son évêché a été transféré.

ANGLOSAXON, ONE. s. m. Anglasaxo. On se sert quelquefois de ce nom, pour signifier les peuples d’Allemagne, qui vinrent s’établir dans l’ile Britannique, & les distinguer des naturels de l’île, ou Bretons, qui depuis la conquête des Anglois & Saxons, furent aussi appelés Anglois. Ce mot est composé d’Anglus, Anglois, & de Saxo, Saxon ; parce que ces conquérans de la Bretagne étoient partie Anglois ou Angles, en latin Angli, partie Saxons.

ANGLURE. Petite ville de France. Anglura. Elle est en Champagne, sur la rivière d’Aube, au nord de la ville de Troyes.

ANGOBERT. s. m. Sorte de poirier & de poire. L’Angobert est une poire à cuire, grosse, & qui fait une compote de belle couleur. Elle a la chair douce & un peu ferme, & se garde assez avant dans l’hiver. La Quint.

☞ ANGOISSE. s. f. Angor, agritudo. Ce mot exprime la douleur pressante, & la crainte à la fois. Il n’est guère d’usage aujourd’hui. Quel mot lui a-t-on substitué ? Douleur, horreur, peine, affliction ne sont pas des équivalens. Voltaire sur Corn.

Ce mot vient du latin angustia. Icquez fait venir le mot François angoisse, & l’italien angoscia, des langues septentrionales. Il remarque qu’en vieux saxon, anglumian veut dire, faire de la peine, angere ; angsum, triste, inquiet, tristis, sollicitus ; qu’en allemand angst veut dire, anxiété, angoisse d’esprit, anxietas, animi angustia ; que dans la langue des Cimbres, c’est-à-dire, dans la langue qu’on parloit dans une partie de la basse Allemagne, angor veut dire, douleur, chagrin, dolor, mœror ; angissi, angoisse, angustia ; angra, faire de la peine, angere ; angrast, avoir du chagrin, tristari.

Poire d’Angoisse, sont des poires de mauvais goût, qui prennent à la gorge, que Ménage dit avoir ainsi été nommées dans un village qui est en Limousin du même nom, où elles furent trouvées en l’an 1094. Pirum anginam premens, pirum angossiacum.

Poire d’Angoisse, est aussi une espèce de cadenas qui s’ouvre par un ressort, & que les voleurs mettent dans la bouche d’une personne pour l’empêcher de crier.

On dit aussi au figuré, on lui a bien fait avaler des poires d’Angoisse ; pour dire, qu’on lui a dit des choses fâcheuses, qu’on lui a donné de grands déplaisirs, causé de grands chagrins.

Angoisse, en Médecine. Sentiment de suffocation, de palpitation & de tristesse. Accident d’un très-mauvais présage, lorsqu’il arrive au commencement des fièvres aiguës. Encyc.

ANGOISSELS. adj. Ce mot ne se dit plus ; il signifioit angoisseux. On disoit aussi angoisser, causer du chagrin.

ANGOISSEUX, EUSE. adj. m. & f. Dur, fâcheux, affligeant, qui cause de l’inquiétude & du chagrin. Nicot, Monet, Cotgrave. Ce mot est vieux & hors d’usage.

Pierre Pithou s’en est servi dans la harangue de M. d’Aubray, à qui il fait dire, en parlant au Duc de Mayenne : « Je tiendrai à partie de grâce si me faites promptement mourir, plutôt que me laisser languir plus long-temps en ces angoisseuses misères… » Sat. Mén. t. i, p. 190.

ANGOLA. Pays & royaume de la basse Ethiopie, en Afrique. Angola. Le royaume d’Angola est borné au nord par celui de Congo, auquel il étoit autrefois soumis : il a au couchant le royaume de Malemba, au midi celui de Mataman, & au couchant la mer.

☞ Ce sont les Européens qui donnent à ce royaume le nom d’Angola. Dans la langue du pays il le nomme Dongo, autrefois Ambonde. Angola est le nom du premier fondateur de ce royaume, qui porta les peuples à se soulever contre le Roi de Congo.

☞ ANGOLA. s. m. Feles Angola. On appelle ainsi une espèce de chats qui vient originairement d’Angola. Ils sont plus grands que les nôtres, couverts d’un long poil, la queue longue & grosse.

ANGOLAM. s. m. Arbre fort beau, qui a cent pieds de haut, & douze pieds de grosseur, & qui croît parmi les rochers, les sables & les montagnes de Mangatti, & autres provinces du Malabar ; il est toujours vert ; son fruit est semblable à celui du cerisier, & il dure très-long-temps. Les habitans du Malabar regar-