Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/383

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

le bout, ses yeux de couleur d’or entourés de noir. Il porte sur sa tête une corne plus grosse que celle d’un veau, blanche comme un os, entourée de plumes très-courtes, blanches & noires. Son corps est d’un pied & demi ; ses ailes sont grandes, & de différentes couleurs ; ses pieds sont chacun de quatre doigts ; sa voix est forte, & il paroît crier vihu. Il est toujours avec sa femelle ; le mâle est plus gros de moitié. Sa corne résiste au venin & aux suffocations.

☞ ANHING. Ville de la Chine, la même que Ganking. Voyez ce mot.

ANHOLT. Petite ville des Provinces-Unies. Anholtum. Elle est dans le comté de Zurphen, près de l’évêché de Munster & du duché de Clèves, sur l’ancien Issel, à l’orient d’Emerik.

ANI.

☞ ANI. Ville d’Asie, dans l’Arménie, selon Ulugbeg & Nassir-Eddin qui lui donnent 79 d. long. et 41’ de lat. sept. C’est probablement la même que l’Anikagae de Tavernier.

ANIAN. Le détroit d’Anian. Détroit célèbre dans plusieurs relations de l’Asie. Fretum Anianum. On n’en sait point sa situation. Quelques-uns le mettent entre la Terre de Ïesso & la grande Tartarie. Si c’est là le détroit d’Anian, c’est celui que M. Delisle appelle Détroit de Tessoi dans sa carte d’Asie, dans laquelle il ne marque point de détroit d’Anian. D’autres le placent entre la Terre de Ïesso, ou Yéco & l’Amérique septentrionale, sous le 57e & 58e degré de latitude, & le 250e de longitude, au couchant de la baie de Buttons, & du nouveau Dannemarck. D’autres prétendent qu’il est entre la côte septentrionale de la Californie, & l’occidentale de l’Amérique septentrionale, & la Terre de Ïesso. Plusieurs le regardent aujourd’hui comme imaginaire.

☞ ANIANE, ou AGNANE, ou S. BENOÎT D’ANIANE. Petite ville de France, dans le bas Languedoc, au diocèse de Montpellier, au pied des montagnes, quatre lieues de Lodéve.

ANJANVILLE. Bourg près de Pluviers, dans le diocèse d’Orléans. Aniani Villa.

ANJAR. Grand Bourg de Syrie. Anjarum, Anjara. Il est sur le chemin d’Alexandrette à Alep.

ANIAVA, ou ANIWA. Cap du pays d’Yupi, dans la grande Tartarie. Aniava, Aniva. Ce cap s’avance du septentrion au midi, vers l’île des Etats, vis-à-vis le cap de la Croix qui est dans la Terre de Ïesso. On ne trouve point ce cap dans la carte de M. Delisle.

ANICÉTON. Ἀνίϰητον, invincible. Epithète d’un emplâtre qu’on attribue à Criton, & auquel on a donné ce nom, à cause qu’il est un remède infaillible pour les Achores.

☞ ANICHILER. Vieux v. n. qui signifioit anéantir.

ANICROCHE. s. f. Terme populaire, qui signifie embarras, difficulté. Obex, mora, obstaculum. Cet homme trouve toujours quelque anicroche en son chemin. Il y a quelque anicroche dans cette affaire.

ANIEN. Autrefois on écrivoit ANIAN. s. m. Anianus. Nom propre d’homme. Voyez Agnan.

ÂNIER, ÈRE. Celui ou celle qui conduit les ânes. Asinarius. Il se dit à Paris dans le style familier de ceux qui fournissent du lait d’ânesse.

On le dit figurément de celui qui traite rudement ses valets, ou ceux qui ont affaire à lui. C’est un rude ânier. Dans ce sens il est bas.

ÂNIÈRE. Qui a signifié autrefois un lieu où l’on élevoit & nourissoit des ânes. Asinaria. De-là tant de villages en France nommés Anière. C’est à Anières, proche de Bourges, que Calvin commença à dogmatiser, pendant qu’il étudioit en Droit dans l’Université de Bourges.

Naudé a dit proverbialement dans son Mascurat, « C’est un veau de dixme qui n’a jamais étudié qu’à l’école d’Anière ; » pour dire, un ignorant.

ANIGRIDES. s. f. pl. Nymphes qui habitoient près du fleuve Anigrus, au Péloponnèse. Elles avoient un antre où ceux qui y entroient ayant la peau gâtée par des dartres, ou autres maladies cutanées, invoquoient les Nymphes, leur faisoient quelques sacrifices, frottoient l’endroit de la peau malade, & passoient le fleuve Anigrus à la nage ; après quoi ils laissoient dans l’eau toute l’impureté, & sortoient entièrement nets & purifiés.

☞ L’ANIGRUS, étoit un fleuve d’Elide, dans le Péloponnèse, dont les eaux étoient amères & infectes. Pausanias attribue la cause de cette infection à ce que les Centaures blessés par Hercule allerent y laver leurs plaies. Ovide en parle sur ce ton-là. Metam. Liv. 15.


Ante bibebantur nunc quas contingere nolis
Fundit Anigros aquas ; postquam lavare bimembres
Vulnera, clavigeri quæ fecerat Herculis arcus.


☞ ANIKAGAË. Grande ville d’Arménie, dont on ne voit plus que les ruines. Ce mot signifie, en langue Arménienne, la ville d’Ane. Elle se trouve la seconde journée de caravane, en allant de Cars à Erivan.

ANIL. s. m. C’est une plante du Brésil, haute d’environ deux ou trois pieds, ressemblante au romarin. Ses feuilles sont rondes, assez épaisses. Ses fleurs sont semblables à celles des pois ; elles sont suivies de gousses longues & recourbées, contenant des semences semblables à celles des raves. Toute la plante a un goût amer & piquant. Elle est vulnéraire & détersive : on la met en poudre sur les plaies pour les mondifier ; on en tire l’indigo. Voyez ce mot.

ANILCO. Bourg de la Floride, dans l’Amérique septentrionale. Anilco, onis. Il donne son nom au pays dans lequel il est situé.

ANILLE. s. f. Terme de Blason. C’est une figure en forme de deux crochets adossés & liés ensemble, dont chacun a la figure d’un C, ou d’un sigma grec. Scuriclatum utrinque ferrum. Il portoit d’azur à une anille d’argent entourée d’une couronne de gueules. Quelques uns la confondent mal-à-propos avec celle du fer qui soutient la meule du moulin. Anille est ainsi nommée, parce que c’étoit d’abord un fer qui se mettoit comme un anneau auteur des moyeux pour les fortifier. On appela aussi Anilles, des croix ancrées qui sont faites en forme d’anille. Autrefois on appeloit aussi Anille, une potence d’estropiés des jambes, ou de vieilles : ce qui est dérivé du mot anus. Subalaris scipio. Quelques-uns écrivent ANILLES.

ANIM. Ville de la tribu de Juda. Anim.

ANIMACHA. Rivière de la presqu’ile de l’Inde deçà le Gange. Animacha. Elle sort du royaume de Calecut, & se décharge dans l’Océan Indien, à quelques lieues de Cranganor. Il y a sur cette rivière une ville de même nom.

ANIMADVERSION. s. f. Terme de Palais. Correction en paroles seulement. Animadversio, Castigatio. L’allégation téméraire d’un fait si faux, mérite l’animadversion de la Cour. Une prudence irrégulière mérite animadversion.

Animadversion, se dit aussi dans le dogmatique, pour signifier quelques notes, ou observations que les Critiques font sur quelques Auteurs. Animadversio, Observatio, comme les Animadversions sur Pétrone. Dans ce sens animadversion est purement latin. Il faut dire notes, remarques, observations, réflexions, suivant les cas.

ANIMAL. s. m. Corps animé qui a du sentiment, & du mouvement. ☞ C’est, dit M. de Buffon, la matière vivante & organisée, qui sent, agit, se meut, se nourrit & se reproduit. Animal, Animans. Les Philosophes comprennent l’homme sous le genre d’animal, & le définissent, animal raisonnable. Ils y comprennent aussi les oiseaux, les poissons, & les insectes. Tous les êtres en un mot, composés d’un corps organisé, & d’une ame sensitive. Il y avoit dans l’arche toutes sortes d’animaux. S. Augustin rapporte que beaucoup de personnes scrupuleuses étendoient jusqu’aux animaux la défense de la loi, tu ne tueras point. Ils se fondoient sur quelques passages de l’Ecriture, où Dieu à égard aux animaux, comme s’ils avoient quelque principe de raison. Il dit qu’il