Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/400

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Cette île est petite, & toute environnée de bancs de sable.

ANQUILLEUSE. s. f. qui se dit d’une femme qui filoute, qui vole chez les Marchands. Fur fæmina, mercatoribus surripiens quæ sub præcinctoris servant. On a pendu aujourd’hui un anquilleuse. Les arrêts de la Tournelle emploient ce mot.

ANRAMATICO. s. m. Plante de l’île de Madagascar. Ses feuilles sont fort longues. Il porte un fruit qui a la forme d’un vase couvert. Ses fleurs se remplissent d’eau pendant la pluie ; ensorte que chacune d’elles en peut contenir un septier.

ANS.

ANSA. Rivière d’Italie Alsa. La source de l’Ansa est dans le Frioul. Aquilée est sur l’Ansa, qui de-là va se jetter dans le golfe de Venise.

ANSCAIRE. s. m. Nom d’homme. Anscarius. S. Anscaire, en allemand S. Schaires fut le premier Evêque d’Hambourg. Voyez sur S. Anscaire M. l’Abbé Fleury dans son dixième tome de l’Histoire Ecclésiastique.

ANSE. s. f. ☞ On appelle ainsi la partie de certains vases ou ustensiles par laquelle on les prend, pour s’en servir ou pour les manier. Ansa. C’est de ce mot Latin que le françois s’est formé. Quelques-uns écrivent ance, c’est une faute ; l’origine de ce nom demande une S, & l’usage l’approuve. L’anse d’un panier, d’un aiguière. L’anse d’une marmite, d’un chaudron. On a vu des Orfévres au Mexique faire un chaudron avec son anse mobile tout d’un coup, & d’une seule fonte, comme le rapporte Lopez de Gomara.

On appelle aussi l’anse d’une cloche, la partie par où elle est suspendue dans une grosse piéce de buis qu’on appelle Mouton.

Anse. ☞ En terme de Géographie & de Marine, est une espèce de golfe qui n’a pas beaucoup de profondeur.

☞ Il y a une autre sorte d’anse, qui est un enfoncement de mer, entre deux promontoires.

l’Anse, est une petite partie de la mer qui forme un enfoncement ou une échancrure peu considérable dans les terres, de sorte que le rivage soit courbé en forme d’arc. Sinus angustior. M. Baudrand la définit une espèce de petit golfe, dont l’entrée est égale, ou même plus petite que l’enfoncement ; en quoi elle est, dit-il, différente de la baye dont l’entrée est plus large que l’enfoncement. On confond, dit il, souvent l’anse la baye & le golfe ; l’anse est plus petite que la baye & le golfe ; mais plus grande que le port. Les Latins n’y ont pas cherché tant de mistère, & ont employé le mot sinus pour toutes ces sortes d’enfoncemens, & se sont contentés de les distinguer par les épitètes, latus, large, angustus, étroit.

En Architecture on appelle une voûte en anse de panier, quand elle est surbaissée, & quand elle n’a pas son plein cintre. Fornix in calathi ansam arcuatus. Il y en a de rampantes & de biaises. C’est aussi un ornement de serrurerie, composé de deux enroullemens opposés.

Anses, en Astronomie. On appelle anses les parties sensiblement éminentes de l’anneau de Saturne, qu’on apperçoit lorsque cet anneau commence à s’ouvrir ; c’est-à-dire, lorsque sa partie antérieure & sa partie postérieure commencent à se distinguer à la vue. Elles ont la forme de deux anses attachées à cette planète. Encyc.

On dit proverbialement de ceux qui mettent les mains sur les hanches pour quereller quelqu’un, ou par fierté, qu’ils font le pot à deux anses. Diotam effingere. Plaute dit, ansatus homo. Les servantes appellent l’anse du panier, le profit qu’elles font à ferrer la mule. On dit, On prend le peuple par les oreilles comme un pot par les anses ; pour dire, qu’on fait accroire au peuple tout ce qu’on veut, qu’il croit tout ce qu’il entend, tout ce qu’on lui dit. Rochefort a dit, toutes nos actions se prennent à deux anses, les uns louent ce que les autres blâment.

☞ ANSE. Ville du Lyonnois. Voyez Ance.

ANSÉATIQUE. Voyez Hance.

ANSÉDONIA. Bourg de Toscane, en Italie. Ansidonia, Ansedonia. Il est dans le Siennois, entre l’état de Gli Presidii, & le duché de Castro, sur un petit golfe formé par l’embouchure de la Pescia, dans la mer de Toscane. On voit à Ansedonia sa les ruines de l’ancienne Cosa.

ANSELME. s. m. Anselmus. Nom d’homme. L’église de Tournai eut pour premier Evêque Anselme, qui étoit Abbé de S. Vincent de Laon. S. Anselme, Abbé du Monastère du Bec, fut Archevêque de Cantorbéri.

ANSÈNE. Ville d’Egypte, en Afrique. Ansena. Angira. Elle est sur une montagne près du Nil, à vingt lieues au-dessus du Caire.

☞ ANSER. v. a. Chez les Boisseliers, c’est garnir une pièce d’une verge de fer courbée en cintre, dont les extrémités s’attachent aux bords de l’ouvrage.

ANSETTE. s. f. Petite anse. Ansula. Les Orfévres appellent ansettes, les anses d’une tasse.

Ansettes. Terme de Marine, Voyez Ancettes.

ANSIANACTE. s. m. & f. Nom de peuples. Ansianactus, a. Les Ansianactes habitent la côte occidentale de l’île de Madagascar, vis-à-vis l’île de Sainte Marie & le cap de Saint André. ☞ Flacour, de qui cet article est tiré, écrit Ancianactes, c. 9, p. 25.

☞ ANSICO. Royaume d’Afrique, borné au levant, selon Pigaset, par la rivière d’Umbre & le Royaume de Wangue ; au couchant, par le pays des Amboes, voisins de Lovango ; au septentrion par quelques déserts de la Nubie ; & au midi, par les provinces de Songo & de Sonde, qui font partie du royaume de Congo.

ANSIDIANO. s. m. Bourg de Portugal. Ansidianum. Il est entre Conimbre & Tomar, sur la montagne Ansidiano, anciennement Tapiæus mons.

ANSIQUAIN, ou ANSICAIN, AINE. s. m. & f. Nom propre de peuple. Ansicanus, a. Les Ansicains sont un peuple de la basse Ethiopie, qui habitent le pays dont on vient de parler. ☞ Ces peuples se nourrissent, dit-on, de chair humaine, & ont des boucheries publiques, où au lieu de bœuf & de mouton, sont exposés en vente des membres d’hommes. Le soleil qu’ils représentent sous la figure d’un homme, & la lune sous celle d’une femme, sont leurs divinités souveraines. Ils adorent outre ces deux astres une infinité d’idoles. Chacun à la sienne. Le Roi d’Ansico commande à treize royaumes, & passe pour le plus puissant Prince de l’Afrique. On le nomme le Grand Macoco.

ANSLO. s. m. ANSLOYE. Capitale de la Norvège, que l’on nomme encore Opslo & Christianstad. Ansloga, Christiana, Christianopolis. Elle est dans la province d’Aggerhus, au fond du golfe d’Anslo, & n’est séparée du château d’Aggerhus que par une petite rivière. Christien IV, Roi de Dannemarck, l’ayant fait rétablir après un incendie, elle prit le nom de Christianstad.

ANSPACH, ou ONSPACH. Pays appelé autrement Onoltzbach. Onoldinus, Onspachensis pagus. Il est dans la Franconie, en Allemagne, & a titre de Margraviat. Il est borné au nord par l’évêché de Wurterbourg, par celui de Bamberg au couchant, au sud par les comtés d’Holacg & de Œting, & l’Evêché d’Aischtet, & au levant par le palatinat de Bavière & le territoire de Nuremberg.

☞ La capitale de cette Souveraineté, en latin Onoldina ou Anspachium, porte le même nom. Elle est à cinq milles d’Allemagne de Nuremberg. Le château qui est assez beau, est la résidence ordinaire des Margraves de Brandebourg, de la maison d’Anspach.

ANSPECT. s. m. Terme de Marine. C’est un levier. Vectis.

ANSPESSADE. s. m. Bas Officier d’Infanterie qui est au-dessous du Caporal, qui est pourtant au nombre des hautes payes. Il y a quatre ou cinq Anspessades par compagnie. Les Anspessades sont exempts de faction. Ce mot vient de l’italien lança spezzada, ou lance rompue. C’étoit autrefois un gendarme ou cavalier démonté, qui n’ayant plus moyen de servir dans la gendarmerie, demandoit une place honorable dans l’infanterie, où on le faisoit servir avec quelque distinction de paye, ou de service, au dessus des simples fantassins ; mais au dessous des Officiers.