Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/460

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Apprendre. Instruire. Certiorem facere. Apprenez-moi son secret, la résolution qu’il a prise.

Apprendre, être informé de quelque chose. Accipere auditione, famâ aliquid accipere. Sa présence nous fait voir quelque chose de plus merveilleux que tout ce qu’un bruit confus, & la voix de tant de nations avoit pu vous apprendre. Pat.

Apprendre, signifie quelquefois s’accoutumer, prendre une ferme résolution de faire une chose. Apprenez à user comme il faut de votre fortune. Apprenez à ne point abuser des talens que Dieu vous a donnés. Apprenez à vous endurcir au travail.

Ainsi par la vertu, & non par la durée,
Notre vie ici-bas doit être mesurée ;
Et j’aurais donc vécu bien inutilement,
Si je n’avais appris à mourir un moment.

M. De Scart.

Apprendre, signifie encore : se mettre quelque chose bien avant dans l’esprit & dans la mémoire, afin d’y faire une sérieuse attention. Discere. Apprenez que vous devez aimer Dieu sur toutes choses. Apprenez de moi que je suis débonnaire, disoit le Fils de Dieu.

Apprenez, que suivi d’un nom si glorieux,
Par-tout de l’univers j’attacherais les yeux. Rac.

Apprendre, se dit aussi pour, pénétrer, découvrir, deviner, prévoir. Discere, cognoscere, pervidere, intelligere. Plusieurs croient que par les figures de la Géomance, on peut apprendre le bon ou le mauvais succès d’une entreprise. Apprendre par les sacrifices le succès des affaires. Vaug.

☞ On dit par manière de menace à quelqu’un qui a fait une faute, je lui apprendrai son métier, je lui apprendrai à vivre : c’est-à-dire, je trouverai bien le moyen de le ranger à son devoir. Apprenez à qui vous vous jouez. Faites attention, considérez.

☞ On dit aussi que les bêtes nous apprennent à vivre, pour dire que les hommes peuvent quelquefois tirer d’utiles instructions de ce qu’ils voient faire aux bêtes.

Apprendre & étudier, synonymes. Etudier, dit M. l’Abbé Girard, c’est uniquement travailler à devenir savant. Apprendre, c’est y travailler avec succès. On étudie pour apprendre, & l’on apprend à force d’étudier. On ne peut étudier qu’une chose à la fois ; mais on peut en apprendre plusieurs ; cela dépend de la connexion qu’elles ont avec celle qu’on étudie.

☞ Plus on apprend, plus on sait, & quelquefois plus on étudie, moins on sait. Les plus savans ne sont pas ceux qui ont le plus étudié ; mais ceux qui ont le plus appris.

☞ On voit des personnes étudier continuellement sans rien apprendre, & d’autres tout apprendre sans rien étudier.

☞ Le temps de la jeunesse est le temps d’étudier ; mais ce n’est que dans un âge avancé qu’on apprend véritablement ; car il faut que l’esprit soit formé pour digérer ce que le travail a mis dans la mémoire.

Apprendre & s’instruire, synonymes. Il semble qu’on apprend d’un maître, en écoutant ses leçons, & qu’on s’instruise par soi-même, en faisant des recherches. Quelquefois on apprend ce qu’on ne voudroit pas savoir ; mais on veut toujours savoir les choses dont on s’instruit.

☞ On apprend les nouvelles publiques par la voix de la renommée. On s’instruit de ce qui se passe dans le cabinet par ses soins & son attention à observer & à s’informer.

☞ Il arrive souvent qu’on oublie ce qu’on avoit appris ; mais il est rare d’oublier les choses dont on s’est donné la peine de s’instruire. Pour devenir habile, il faut commencer par apprendre de ceux qui savent & travailler ensuite soi-même, comme si on n’avoit rien appris.

Apprendre, enseigner, instruire, synonymes. Apprendre, c’est donner des leçons dont on profite. Enseigner, c’est uniquement donner des leçons. Instruire, c’est mettre au fait des choses par des mémoires détaillés.

☞ Enseigner & apprendre ont plus de rapport à ce qui est propre à cultiver l’esprit & à former une belle éducation : c’est pourquoi l’on s’en sert à propos, lorsqu’il est question des arts & des sciences. Instruire a plus de rapport à ce qui est utile à la conduite de la vie & au succès des affaires ; ainsi il est à la place, lorsqu’il s’agit de quelque chose qui regarde ou notre devoir ou nos intérêts.

☞ Le Professeur enseigne dans les écoles publiques ceux qui viennent entendre ses leçons. L’Historien apprend à la postérité les événemens. Le Prince instruit ses Ambassadeurs de ce qu’ils ont à négocier. Le pere instruit aussi les enfans de la manière dont ils doivent vivre dans le monde.

☞ Il faut savoir à fond pour être en état d’enseigner. Il faut de la méthode & de la clarté pour apprendre aux autres ; de l’expérience & de l’habitude pour instruire. Bien des gens se mêlent d’enseigner ce qu’ils devroient encore étudier. Quelques-uns en apprennent aux autres plus qu’ils n’en savent eux-mêmes. Peu sont capables d’instruire.

Apprendre, informer, faire savoir, synonymes. Informer, c’est avertir les personnes des événemens qui peuvent être de quelque conséquence. Faire savoir, c’est simplement rapporter ou mander fidèlement les choses. Voyez ces mots.

APPRIS, ISE. part. Eruditus, institutus, edoctus. On dit familièrement qu’un jeune homme est bien appris, lorsqu’il sait & pratique toutes les règles de la civilité & de la bienséance.

APPRENTIF, ou plutôt APPRENTI. s. m. Se dit en termes de Commerce, de ceux qui apprennent les arts méchaniques chez les maîtres, & alors il signifie proprement celui qui passe chez un maître le temps convenable, & marqué par les statuts, pour apprendre un métier. Tiro. Les artisans ne sauroient tenir qu’un apprenti. Il faut obliger les apprentis de servir un certain temps.

☞ On le dit aussi figurément d’une personne peu habile dans les choses dont elle se mêle, de celui qui est novice dans les arts & dans les sciences. Il n’est point apprenti à manier les armes. Un apprenti Peintre ne pouvant exprimer les charmes & les traits d’Hélène, s’avisa de mettre beaucoup d’or à son tableau : ce qui fit dire à son maître, qu’il l’avoit faite riche, ne l’ayant pu faire belle. Entretiens d’Aris. & d’Eug. Tiro usu forensi, qui est encore apprenti dans le métier d’Avocat, qui n’a point encore l’expérience du barreau.

On dit proverbialement, apprenti n’est pas maître, pour dire, qu’un coup d’essai n’est pas parfait.

☞ APPRENTIE. s. f. C’est, disent les Auteurs du grand Vocabulaire, quelqu’une qui s’instruit dans un métier. N’en déplaise aux Auteurs, cette façon de parler est mauvaise. On ne s’instruit point dans un métier, on l’apprend. On apprend d’un maître ; on s’instruit soi-même. Voyez Apprendre. Puella tirocinio mancipata. L’apprentie d’une coëffeuse. Jeune apprentie. Tiruncuata.

La République de Platon.
Ne seroit rien que l’Apprentie
De cette famille amphibie.

La Font. dans son discours à Madame de la Sablière, en parlant des Castors.

☞ Comme on dit apprenti plutôt qu’apprentif, on doit dire apprentie plutôt qu’apprentive. Ainsi on n’auroit pas dû changer le vers de la dixième satire de Boileau, où on lisoit

Vais-je épouser ici quelque Apprentie Auteur ?

& dans lequel on a mis depuis apprentive auteur.

☞ Les Auteurs du grand Vocabulaire, toujours tournés à la critique, traitent de longue dissertation cette remarque, quoiqu’exprimée en peu de mots. Il n’y avoit qu’à écrire de cette manière, disent-ils, sans dissertation. Non, cela ne suffit pas toujours. On n’est pas