Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/461

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

cru sur sa parole, quand il y a des raisons pour & contre.

☞ Dussent-ils encore le trouver mauvais, j’ajouterai que, malgré l’autorité de l’Acad. qui dit apprentie, le mot d’apprentisse est beaucoup plus en usage : d’où je conclus qu’il est meilleur ; puisque l’usage est le maître des langues vivantes.

☞ APPRENTISSAGE. s. m. Etat, occupation, étude d’un apprenti. Tirocinium, rudimentum. Mettre quelqu’un en apprentissage. Faire son apprentissage. Etre, entrer en apprentissage. Sortir d’apprentissage. Tirocinia ponere.

Apprentissage, se dit aussi du temps que les apprentis doivent être chez les maîtres. On ne reçoit point de maître par chef-d’œuvre, qu’il ne justifie d’avoir fait son apprentissage. Les brevets d’apprentissage doivent être enregistrés dans le registre de la Communauté durant son apprentissage.

Brevet d’Apprentissage, est l’acte passé pardevant Notaires, par lequel l’apprenti s’oblige envers un maître moyennant une somme, ou quelquefois à la charge de lui donner plusieurs années de son service.

Apprentissage, se dit aussi au figuré, & signifie le commencement d’un exercice, l’essai que l’on fait de ce qu’on a appris. Vous eussiez fait sur moi l’apprentissage d’une impitoyable vertu. Voit. Comme le Prince étoit né pour la guerre, il ne lui fallut point d’apprentissage pour le former. Bourdal.

Voudrois-tu qu’à mon âge,
Je fisse de l’amour le vil apprentissage ? Racin.

☞ On le dit particulièrement des épreuves que l’on hasarde. Les jeunes Chirurgiens font leur apprentissage sur les pauvres malades.

Apprentissage, en termes de Fauconnerie, se dit aussi des leçons que donnent les vieux faucons ou autres oiseaux de proie, à leurs petits, pour voler & prendre le gibier.

APPRENTISSE. Voyez Apprentie.

Apprentisse. C’est ainsi, selon Columelle, qu’on appelle une jeune chienne qui a mis bas pour la première fois. Tiruncula.

APPRÊT. s. m. Ce qu’on prépare pour quelque cérémonie qui n’est pas éloignée pour quelque réjouissance. Apparatus, apparatio. Dans ce sens il ne se dit guère qu’au pluriel. On fait de grands apprêts pour l’entrée du Roi. On fait des apprêts à Versailles pour un grand festin. On dit que rien n’approcha jamais des magnifiques apprêts que l’on fit l’année 1697 pour les nôces du Duc de Bourgogne & de la Princesse de Savoie.

Des plus riches habits les apprêts éclatans
Réparent faiblement les injures du temps. Corn.

Rome de tant d’apprêts, qui s’indigne & se lasse,
N’a point accoutumé les Rois à tant d’audace. Crebil.

On dit aussi les apprêts de guerre. Au regard des apprêts de guerre, il les fit si sécrètement, que les Portugais n’en eurent aucune nouvelle, ni aucun soupçon. Bouh. Xav. Liv. III. Préparatifs de guerre est le vrai mot.

Apprêt, signifie aussi manière d’apprêter, & se dit chez les Artisans, & sur-tout chez les Chapeliers, de la lie, des gommes, & autres drogues qu’ils mettent dans leurs chapeaux. Quand ils veulent bien vanter un chapeau, ils disent qu’il n’y a guère d’apprêt, ☞ c’est-à-dire, qu’il est bien foulé, & qu’il n’y a point trop de gomme.

☞ On dit aussi l’apprêt des cuirs ; pour dire, la manière de les apprêter.

Apprêt, se dit aussi chez les Vitriers, de la couleur qu’on met sur le verre. Savoir l’apprêt des couleurs, c’est savoir colorier le verre. ☞ Ici le mot d’apprêt ne désigne pas l’action d’apprêter les couleurs, mais celle de les appliquer sur le verre. La couleur d’apprêt étoit autrefois fort en usage pour les vitreaux des églises.

On dit aussi qu’il y a de l’apprêt dans de la toile ; pour dire, qu’on employe de la chaux ou de la colle pour la blanchir.

Apprêt, dans les manufactures de lainage, signifie les façons que l’on donne aux étoffes de laine, après qu’elles ont été fabriquées & foulées, afin de les rendre plus unies, d’une meilleure qualité, plus agréables à la vue, & d’un meilleur débit. Quand on dit qu’une pièce de drap a eu tous ses apprêts, cela veut dire qu’elle a été lainée, tondue & pressée comme il faut.

Apprêt des étoffes de soie, & principalement des satins. C’est la façon de leur donner du lustre & de la consistance.

Apprêt. Terme de Tonnelier. C’est ainsi qu’on appelle un petit morceau de bois, taillée en coin, qu’on chasse entre le cercle & la douve, pour serrer le joint ou le fond.

Apprêt, se dit aussi de l’assaisonnement des viandes. L’apprêt des viandes coûte d’ordinaire plus que les viandes mêmes.

APPRÉTADOR. s. m. Ornement que les femmes mettent sur leur tête, fait d’une chaîne de diamans, d’un filet de perles, ou autres choses semblables, pour se coëffer, & serrer leurs cheveux. Ce mot est purement espagnol, & vient de apretar, qui signifie serrer.

La veuve sur la fin vient à la sépulture,
Rompt son apprétador, coupe sa chevelure,
Et jette dans la fosse avec tous ses atours,
La matière & l’espoir des secondes amours.

P. le Moine.

APPRÊTE. s. f. Petits morceaux de pain menus, & taillés en long, qu’on prépare pour manger des œufs. ☞ C’est ce qu’on appelle communément mouillette. Faire, couper des apprêtes. Il est vieux.

☞ APPRÊTER. v. a. Souvent employé avec le pronom personnel. Préparer, mettre en état les choses nécessaires pour ce qu’on a dessein de faire. Parare, præparare, accurare, instruere. Un homme qui est sur le point de partir, apprête ce qu’il faut pour son voyage. Le Cuisinier apprête le diner, à diner. Un Peintre apprête ses couleurs. Cet homme s’apprête à partir. Cet homme s’apprête pour combattre. On dit dans l’exercice, soldat, apprêtez-vous, préparez-vous à tirer. Ce Comédien s’apprête pour jouer.

Quoi ! dis-je y en frémissant, la mort que je m’apprête
Va donc à Tiridate assurer sa conquête ? Creb.

Apprêter, se dit particulièrement en parlant de la fonction des Officiers de bouche. Cet Officier apprête bien les viandes ; c’est-à-dire, qu’il les assaisonne bien. Condire.

Apprêter, se dit en choses spirituelles & morales. Dieu apprête à ses élus la récompense de leurs œuvres. Un précepteur doit apprêter à ses écoliers les choses toutes digérées. Aujourd’hui l’on n’apprête pas si bien les louanges qu’autrefois. Font. Sa délicatesse est fatiguée de beaucoup d’éloges mal-apprêtés. Bens.

Je frémis des ennuis que vous vous apprêtez.
.


Et tout ce qu’on s’apprête encore de regrets. Id.

Apprêter. Terme de joueur de gibecière & de filoux : c’est préparer & disposer les instrumens dont ils se servent à tromper, & les rendre propres à faire leurs tours. Il y a quantité de tours de cartes, que l’on ne sauroit faire sans des cartes apprêtées. ☞ Au jeu, on appelle cartes apprêtées, celles qui sont arrangées d’une certaine façon pour tromper & gagner toujours.

On dit en termes d’agriculture & de jardinage. Les arbres s’apprêtent à nous donner bien du fruit cette année. Voilà des poiriers bien apprêtés. Liger. Arbres bien ou mal apprêtés, c’est la même chose qu’arbres bien ou mal aboutis. La Quint.