Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/497

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

tend une petite scie faite seulement d’un fil de laiton, de laquelle on se sert pour scier toutes sortes de pierres dures.

ARCHÉTYPE. s. m. (prononcez arquétype.) Terme didactique. Original, patron sur sur lequel on fait un ouvrage. Archetypus. Les Philosophes parlent de l’archétype du monde, tel qu’il étoit dans l’idée de Dieu avant sa création. ☞ C’est l’idée sur laquelle Dieu a créé le monde.

Ce mot est pur grec, & n’a d’usage en françois, que quand il s’agit de Théologie ou de Philosophie.

En la Cour des Monnoies, on appelle archétype, l’étalon primitif & général des poids & mesures qui y est gardé, sur lequel on étalonne les autres. Il est ainsi appelé par Bouteroue.

ARCHEVÊCHÉ. s. m. Terme de Géographie. Archiepiscopatus. C’est une certaine étendue de pays, province, ou diocèse qui est sous la juridiction spirituelle d’un Prélat, qui a des suffragans sous lui. L’Archevêque de Paris n’a que quatre suffragans. Il y a en France dix-huit Archevêchés. I. Aix, qui a pour suffragans Apt, Riez, Fréjus, Gap, Cisteron. II, Albi, sous lequel sont Rodez, Castres, Cahors, Vabres. III, Arles, dont les suffragans sont Marseille, S. Paul-trois-Châteaux, Toulon, Orange. IV, Auch, sous lequel sont les évêchés d’Acqs, de Leitoure, de Comminges, de Couserans, d’Aire, de Bazas, de Tarbes, d’Oléron, de Lescar, & de Bayonne. V, Besançon, qui n’a que le Bellay pour suffragant. VI, Bordeaux, dont les suffragans sont Agen, Angoulême, Poitiers, Périgueux, Condom, Sarlat, la Rochelle, & Luçon. VII, Bourges, qui a sous lui Clermont, Limoges, le Puy, Tulles, & Saint-Flour. VIII, Cambray, d’où dépendent Arras & Saint-Omer. IX, Embrun, dont la province comprend Digne, Grasse, Vence, Glandève, & Sénez. X, Lyon : ses suffragans sont Autun, Langres, Mâcon, Châlons sur Saône, Dijon & S. Claude. XI, Narbonne, qui a pour suffragans Béziers, Agde, Carcassonne, Nismes, Montpellier, Lodève, Uzès, S. Pons, Aleth, Alais, Perpignan. XII, Paris, dont les Evêques suffragans sont ceux de Chartres, de Meaux, d’Orléans & de Blois. XIII, Reims, qui a Soissons, Châlons sur Marne, Laon, Senlis, Beauvais, Amiens, Noyon & Boulogne. XIV, Rouen, d’où dépendent Bayeux, Avranches, Evreux, Séez, Lisieux, Coutances. XV, Sens, dont les suffragans sont Troyes, Auxerre, Nevers, Mets, Toul & Verdun. XVI. Toulouse, qui a sous lui Montauban, Mirepoix, Lavaur, Rieux, Lombez, S. Papoul, Pamiers. XVII, Tours, dont les suffragans sont le Mans, Angers, Rennes, Nantes, Quimper, Vannes, Léon, Tréguier, S. Brieux, S. Malo, Dol. XVIII, Vienne : suffragans, Grenoble, Viviers, Valence, & Die.

Archevêché, signifie, le logis, le palais de l’Archevêque. Il est logé à l’archevêché. Archiepiscopale palatium.

Archevêché, se dit aussi de la dignité d’Archevêque. Dignitas Archiepiescopalis. De son revenu. Archiepiscopalis reditus, proventus. Il a obtenu un archevêché. Son archevêché vaut tant de revenu.

ARCHEVÊQUE. s. m. Prélat métropolitain, qui a un certain nombre d’Evêques pour suffragans. Archiepiscopus. L’Archevêque de Lyon est Primat des Gaules : celui de Bourges, d’Aquitaine. Au concile d’Orléans, tenu en 512, les Evêques signèrent selon l’ordre de leur réception, quoique quelques-uns prissent le titre de métropolitains, qui ne donnoit aucune prééminence. On ne connoissoit point encore la dignité d’Archevêque. Elle a été reconnue fort tard dans l’Occident.

En Orient, on ne trouve point la qualité d’Archevêque avant le concile d’Ephèse, tenu en 321. Andoque, Hist. de Lang. p. 97. S. Athanase est le premier qui ait employé le titre d’Archevêque, en le donnant à Aléxandre son prédécesseur. S. Grégoire de Nazianze le donna aussi à S. Athanase : mais ce n’étoit qu’un titre d’honneur, sans avoir égard à leur Juridiction. On l’attribua particulièrement aux Evêques de Constantinople, & de Jérusalem. Dans la suite les Grecs donnèrent le nom d’Archevêque aux Evêques des grandes villes, bien qu’ils n’eussent aucun suffragant dans leur diocèse. Le Métropolitain étoit le chef de la province, & avoit plusieurs suffragans sous sa Juridiction. Il n’y a rien de plus connu dans les Notices des Grecs modernes, que ces Archevêques sans suffragans, & différens des patriarches & des métropolitains. Au concile d’Ephèse, Célestin & Cyrille sont appelés Archevêques, l’un de Rome & l’autre de Jérusalem. Au concile de Calcédoine en 451, le titre d’Archevêque fut donné à Léon I, Evêque de Rome, par les Grecs. Mais parmi les Latins, Isidore de Séville est le premier qui parle des Archevêques. Il distingue quatre ordres dans le gouvernement de l’Eglise : Patriarches, Archevêques, Métropolitains, & Evêques. Il soutient que les Archevêques présidoient les Métropolitains. Ainsi le mot d’Archevêque n’étoit guère connu dans l’église latine avant Charlemagne. Voyez Cujas sur la Novelle XI, & Du Cange dans son Glossaire, à ce mot. On trouve quelquefois Archipolites en latin, pour Archevêque. Où est cette fierté, disois-je, qui n’en vouloit qu’au Pape, aux Archevêques, & aux Jésuites ? Racine.

Archevêque. s. m. Terme de Fleuriste. C’est une espèce d’œillet violet, ainsi appelé à cause de sa couleur.

ARCHI. Ce mot ne se met jamais tout seul ; mais il est fort significatif quand il est joint avec d’autres ; il a la force d’un superlatif, pour marquer un grand excès dans la chose dont on parle, comme quand on dit, c’est un archi-vilain, un archi-paresseux, un archi-dévôt, un archi-fou, un archi-pédant, &c. pour dire, qu’un homme est très-vilain, tres-paresseux, très-dévôt, très-fou. Ce mot se traduit en latin par le superlatif de l’adjectif auquel il est joint. Mais toutes ces façons de parler, & plusieurs autres que l’on peut faire de la sorte, ne sont bonnes que dans le style simple & familier.

ARCHIACOLYTHE. s. m. Qui est au-dessus de l’acolythe. Archiacolythus. C’étoit autrefois une dignité dans les cathédrales, lesquelles étoient toutes divisées en quatre ordres de Chanoines, savoir, les Prêtres, les Diacres, Sous-Diacres, & les Acolythes. Ils avoient chacun leurs chefs. Celui de ces derniers s’appeloit Archiacolythe. Mais cette dignité est présentement éteinte. Le Moine Michel dit, qu’il y a encore un Archiacolythe dans l’Eglise de Capoue.

ARCHIATAROTH. Ville de la Terre-Sainte. Archiataroth. C’étoit une ville de la Tribu d’Ephraïm, sur les confins de celle de Benjamin, entre les montagnes d’Ephraïm & la ville d’Ephrem. Il ne faut point séparer ces deux noms Archi & Ataroth ; ou plutôt il ne faut point en faire deux lieux différens. Ce n’est qu’une seule ville, nommée Archiataroth, comme qui diroit longueurs des couronnes, ou peut-être longueurs des enceintes.

☞ Les Auteurs du Grand Vocabulaire trouvent mauvais que l’Editeur du Dictionnaire de Trévoux dise, sans citer personne, qu’il n’y a point de lieu qui s’appelle Archi ; & ajoutent tout de suite, que cette erreur n’est pas particulière à ce Dictionnaire. Si l’Editeur du Trévoux a tort, ce n’est pas pour avoir manqué de citer quelque autorité ; il n’en manquoit pas, puisque cette erreur ne lui est pas particulière. Mais il a eu tort de se tromper : & en citant ses garans, il n’en seroit pas moins dans l’erreur. Cependant, si l’on veut des autorités, que les Vocabulistes lisent Ortelins ; ils verront que cet Auteur, & bien d’autres, ne font qu’un seul mot, & conséquemment qu’un même lieu, d’Archi & Ataroth qui se trouvent de suite dans Josué. Archiataroth.

☞ Au reste Archi étoit une ville de la Palestine, dans la Tribu de Manassé, au-delà du Jourdain : & Ataroth étoit un nom commun, non à deux villes, comme le disent les Vocabulistes, mais à trois. Voyez Ataroth.

ARCHICAMÉRIER, ou ARCHICHAMBELLAN. s. m. Archicamerarius. Officier de l’Empire. On appelle en