Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/503

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

conde est la gnomonique, qui est l’art de représenter les sphères, & les mouvemens célestes par les instrumens, comme astrolabes & horloges. Et la troisième est la méchanique, qui traite des machines, & de l’augmentation des forces mouvantes, comme grues, pompes, & de presque tous les outils des artisans.

Architecture, se dit aussi de la manière de bâtir, & des ornemens qu’on y emploie. Architectonicum opus. On distingue cinq ordres d’architecture ; le Toscan, le Dorique, l’Ionique, le Corinthien, le Composé ou le Composite. Le Toscan & le Composite sont des ordres latins : les autres sont grecs. Philbert de Lorme y a voulu ajouter le François ; mais il n’a pas été suivi. L’architecture gothique, ou moderne, est une architecture solide, grossière, sans bon goût dans ses ornemens bisarres. Les Goths l’ont apportée du Nord, & l’ont introduite dans le reste de l’Europe. La plûpart de nos églises cathédrales sont bâties selon l’ordre gothique. L’architecture morisque avoit aussi peu de dessein que la gothique. Il reste encore quelques-uns de ces sortes d’édifices en Espagne, que les Maures y ont construits pendant qu’ils en étoient les maîtres.

Il ne nous est point resté d’Auteurs Grecs qui aient écrit de l’architecture. Agatharéus Athénien est le premier qui en ait écrit ; après lui Démocrite, Archimède, Théophraste. De Roch. Entre les latins, Pline le jeune est l’écrivain qui a le mieux parlé de l’architecture, & il fait paroître assez de connoissance dans cet art. On n’a que le seul Vitruve qui soit entier, quoique Végéce écrive que de son temps on comptoit jusqu’à 700 Architectes à Rome. Vitruve, qui vivoit sous Auguste, a été commenté par Philander & Daniel Barbaro, & traduit en plusieurs langues, & sur-tout en françois par M. Perrault, Médecin. Les Modernes sont Léon Baptiste Albert, Serlio, du Cerceau, André Pallio, Cataneo, Vignoles, Vincenzo Scamozzi, Boëcler, Durerus, Potsi, Philbert de Lorme, Bulau, Blondel, Daviler & plusieurs autres moins fameux, rapportés dans l’architecture. de Savot. Le sieur Chantelou a fait le parallèle de l’architecture antique avec la moderne : Errard, Marolois, de Villefritac, & plusieurs autres ont écrit de l’architecture militaire. Le sieur Dassier a écrit de l’architecture navale ; son livre in-4°. est imprimé à Paris en 1670. Louis Savot a fait l’architecture françoise des bâtimens réimprimée par M. Blondel avec des Notes en 1676. M. de Cordemoy a fait un Traité de toute l’architecture, & des réponses à M. Frezier, Ingénieur, qui l’a attaqué. En Angleterre, Christophe Wase a écrit sur l’architecture, aussi-bien que Evelin, Paralel of Architecture, dont il faut prendre la dernière édition de 1706, in-fol. à Londres.

Architecture, se dit aussi de la partie d’un bâtiment qui est excellente, & quelquefois de tout l’ouvrage. La fontaine des saints Innocens, à Paris, est un beau morceau d’architecture. Le frontispice du Louvre est un rare morceau d’architecture.

Architecture, signifie aussi une moulure, dans le mauvais jargon des ouvriers, qui a passé depuis peu aux Architectes. Ainsi on lit dans le devis imprimé pour la construction des bâtimens du Roi à Paris, une corniche avec ses architectures ; pour dire, avec ses moulures. Frezier.

On appelle Architecture en perspective, celle dont les membres sont de différens modèles & mesures, & diminuent à raison de leurs distances pour en faire paroître à la vue l’ordonnance plus grande ou plus éloignée qu’elle ne l’est en effet. On appelle Architecture feinte, celle qui est établie sur un bâti de charpente légère, & faite de toile peinte sur des châssis par tringles, ensorte que les corps, les colonnes, les pilastres, & autres saillies paroissent de relief.

Feu M. l’Abbé Regnier des Marais a dit figurément Architecture, pour signifier la disposition & l’arrangement des parties de l’Univers.

Je regarde en gros toute la nature.
J’en observe l’ordre & l’Architecture :
Je cherche à savoir quels secrets ressorts
Font mouvoir si juste un si vaste corps.

ARCHITIS. s. f. Terme de Mythologie. Nom ou surnom de Vénus chez les Assyriens, & ensuite chez les Phéniciens. Macrob. Saturn. L. I. c. 21. Scaliger croit qu’il faut lire Dercitis, & que c’est la même que Derceto & Atergatis.

ARCHITRAVE. s. f. Quelques Architectes le font masculin : mais, malgré leur autorité, il faut donner à ce mot le genre féminin. Partie de l’entablement qui est au dessous de la frise, & au-dessus du chapiteau. C’est une grosse pièce de bois qui fait la première partie de l’entablement, & qui porte sur la colonne, Epistylium. On l’appelé aussi sablière, ou la Maîtresse poutre. C’est la même chose que l’épistyle des Grecs. L’Architrave est différente selon les divers ordres d’architecture. Au Toscan, elle n’a qu’une bande couronnée d’un filet ; deux faces au Dorique & au Composite, & trois à l’Ionique & au Corinthien. Les Architectes appellent architrave mutilé, celui dont la saillie est retranchée, & qui est arrase avec la frise, pour recevoir une inscription : & architrave coupé, celui qui est interrompu dans une décoration pour faciliter l’exhaussement des croisées, l’entablement étant d’une grande hauteur. Je ne puis m’empêcher de rire, quand j’entends nos Architectes s’enfler de ces grands mots de pilastres, & d’architrave, & que je trouve que ce sont les chétives pièces de la porte de ma cuisine. Mont.

Ce mot vient de trabs, qui signifie poutre, parmi les Latins, & d’ἀρχή, mot grec, qui veut dire ici principal ; c’est comme si l’on disoit la principale poutre. Les Maçons prononcent arquitrave.

ARCHITRAVE ou épystile. C’est en marine une pièce de bois mise sur des colonnes au lieu d’arcades, qui est la première & la principale, & qui soutient les autres.

Architravé, ée. adj. Corniche architravée. C’est en termes d’Architecture, une corniche dont on a supprimé la partie qui se nomme la Frise.

ARCHITRÉSORIER. s. m. Quelques-uns écrivent ARCHITHRÉSORIER. Archithesaurarius, magnus ærarii Imperii custos. Officier de l’Empire. Grand Trésorier. Cette charge fut établie dans l’Empire avec le huitième Electorat par le traité de Westphalie en faveur de la maison Palatine, qui avoit perdue le premier Electorat donné au Luc de Bavière par Ferdinand II. qui l’ôta à Frédéric V, Electeur Palatin, après la journée de Prague, où il fut défait en défendant son élection à la couronne de Bohême. L’Architrésorier ne donne son suffrage que le septième dans l’élection de l’Empereur. Quand on tient la cour impériale, c’est lui qui jette de l’argent au peuple. Les Vicaires de l’Architrésorier sont les Comtes de Sinzendorf. Voyez Imhoff, Notitia Procerum, Liv. II. c. 9.

ARCHITRICLIN. s. m. Architriclinus. Ce mot, qui de grec est devenu latin dans la Vulgate, a passé dans notre langue. Il signifie, selon M. Huré dans son Dictionaire de l’Ecriture-Sainte, celui qui préside au festin & à la salle où il se fait, & qui en a la direction : on l’appelle ordinairement Maître d’Hôtel.

Le faux Marquis de la Comédie du Joueur dit, en parlant de lui-même,

Je m’érige aux repas en maître Architriclin,
Je suis le chansonnier & l’ame du festin.

Ce mot se trouve aussi dans le premier des couplets faits à un souper chez M. Sonin, en 1703. sur un air des Fragmens de Lulli.

Que ce réduit est agréable !
Mille plaisirs, nulle façon :
L’hôtesse en est toujours aimable ;
Et le nom
De notre cher Architriclin
Rime au bon vin.

Abbé de Chaulieu.

ARCHITRÔNE. s. m. Quelques-uns écrivent ARCHITHRÔNE. Trône par excellence. Archithronus. La Ville d’Aix-la-Chapelle est Architrône ou chef-Trône