Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/504

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

de l’Empire, parce que Charlemagne, premier Empereur d’Occident, y fit sa résidence, & y tint le siége de l’Empire. Les habitans prétendent que cette ville étant l’Architrône de l’Empire, les ornemens impériaux y doivent être conservés, & non pas à Nuremberg, où il y en a une partie. M. Ludwic convient, dans ses Opuscules historiques, que la ville d’Aix-la-Chapelle a le titre d’Architrône de l’Empire, & qu’elle en a joui depuis Charlemagne ; mais il conteste que cela lui donne le droit de conserver les ornemens impériaux. Ils sont cependant à Nuremberg depuis 1424, que l’Empereur Sigismond les y transféra.

ARCHIVAIRE, s. m. pour Archiviste, garde des Archives. Mém. de Trev. Nov. 1736.

ARCHIVEL. s. m. Cartophilax, tabularii Custos. Quelques personnes emploient ce mot qui n’est pas reçu ; il faut dire Archiviste, dont on se sert ordinairement. Archivel, dans le sens que lui donnent ceux qui l’emploient, signifie, celui qui a soin des papiers & actes publics d’un lieu considérable, d’un empire, d’un royaume, d’une république, d’une province. C’est un des Archivels de l’Etat. Voyez ARCHIVISTE.

ARCHIVES. s. f. pl. Ce mot signifie les anciennes Chartres, les anciens titres & autres papiers importans d’un état, d’une communauté, d’une maison. Il se dit aussi du lieu où ces titres sont gardés. Tabularium. Le Code l’appelle Archivium publicum, vel Armarium publicum ubi acta & libri exponebantur. Cod. de fide instrument. auth, ad hæc & XXV. q. 1. De Roch. On trouve aussi Archarium dans la vie de S. Paul, Evêque de Verdun. Bolland. Feb. Tom. II p. 1. 178. Il faut avoir recours aux Archives d’une telle Abbaie ; pour avoir les titres d’une telle fondation. Les Archives de Rome étoient au temple de Saturne. Les plus anciens registres de nos greffes & de nos Archives publiques, ne commencent que sous le règne de Philippe le Bel. De la Mare.

Naudé, dans le Mascurat, a pris ce mot dans le sens de généalogie. Et pour lors je ne songeois nullement à composer les Archives de leur famille, parce que je ne pouvois pas deviner que leur noblesse seroit contestée en France. Mais c’est parler mal & improprement. Il falloit dire, composer la généalogie de leur maison. Quelques-uns le dérivent du latin arca, signifiant coffre : ainsi appelée suivant Isidore, quòd arceat visum, & prohibeat. Et comme on vient de dire plus haut, on trouve archarium, pour signifier Archive. Les autres le tirent du grec ἀρχαῖον qui se trouve en la même signification dans Hésychius & Suidas.

ARCHIVIOLE. s. f. Terme de Musique, qui se dit d’une espèce de clavecin sur lequel on a appliqué un jeu de viole par le moyen d’une roue tournante avec sa manivelle, pareille à celle des vielles. L’Archiviole fait un bel effet pour soutenir les concerts d’instrumens. Cet instrument n’est presque d’aucun usage aujourd’hui.

ARCHIVISTE. s. m. Celui qui garde les Archives. Tabulario prepositus.

Archiviste. C’est aussi un Auteur qui s’emploie à fouiller dans les Archives, pour déchiffrer les titres. Digne raisonnement d’un Auteur Archiviste. Mém. de Trévoux.

☞ ARCHIVOLEUR, ARCHIFILOU. s. m. Archifur. C’étoit chez les Egyptiens le chef ou capitaine des voleurs. Celui qui vouloit s’enrôler dans cette troupe, donnoit son nom au capitaine, en lui promettant d’apporter avec la plus grande fidélité tout ce qu’il auroit dérobé, afin que celui qui auroit perdu quelque chose, pût écrire sur le champ au capitaine, en lui marquant le lieu, l’heure & le jour auquel il avoir perdu ce qu’il cherchoit : ce qui lui étoit restitué sur le champ, à condition que le voleur auroit pour sa peine la quatrième partie de la chose perdue & retrouvée. Diod. de Sicile cité par Mor.

ARCHIVOLTE. Terme d’Architecture. s. f. suivant l’Académie Françoise. Arc contourné. C’est le bandeau orné de moulures qui regne à la tête des voussoirs d’une arcade, & dont les extrémités portent sur les impostes. Elle est différente selon les divers ordres d’Architecture. Elle n’a qu’une simple face au Toscan ; deux faces couronnées au Dorique, & à l’Ionique, & les mêmes moulures que l’architrave dans le Corinthien, & le Composite. Archivolte retournée, est celle dont le bandeau ne finit pas, mais retournant sur l’imposte se joint à un autre bandeau. L’Archivolte rustique, est celle dont les moulures sont interrompues par une clef, & des bossages simples, ou rustiques, ensorte que de deux voussoirs l’un est en bossage.

ARCHOIER. Vieux mot qui signifie, tirer de l’arc, & qui selon Borel se trouve dans Perceval.

ARCHONTAT. s. m. Prononcez Arcontat. C’est la charge d’Archonte. Magistratus Atheniensis. C’est aussi le temps pendant lequel un magistrat d’Athènes gouvernoit.

ARCHONTE. s. m. Prononcez Arconte. Magistrat d’Athènes. Ce mot vient du grec Ἄρχων, qui signifie, celui qui gouverne. Après que les Athéniens eurent aboli la Monarchie, ils créerent des Archontes, qui étoient obligés de rendre compte de leur gouvernement. Archontes. Il y en eut d’annuels & de perpétuels. Médon, fils de Codrus, fut le premier de ceux-ci, & Créon fut le premier de ceux-là. Boss. Cedrus, Roi d’Athènes, dans la guerre contre les Héraclides, s’étant dévoué pour le salut de son peuple, ses enfans Médon & Nilée disputerent le royaume entre eux. Les Athéniens en prirent occasion d’abolir la royauté. A la place des Rois, ils créerent sous le nom d’Archontes des gouverneurs perpétuels. Médon, fils de Codius, exerça le premier cette charge, que ses descendans posséderent une longue suite d’années. La magistrature perpétuelle parut encore à ce peuple libre, une image trop vive de la royauté, dont il vouloit anéantir jusqu’à l’ombre même. Ainsi de perpétuelle qu’étoit la charge d’Archonte, il en réduisit premièrement l’administration à dix ans, puis à un ; en vûe de ressaisir plus souvent l’autorité, qu’il ne transféroit qu’à regret à ses magistrats. Tourreil. Il y eut 13. Archontes perpétuels en 316 ans, depuis Médon jusqu’à Alcméon. Il y eut sept Archontes décennaux, dont le premier s’appela Charobas, & le dernier Erix. Créon le premier des Archontes annuels, fut élu la 2e ou la 3e année de la 24e Olympiade. Id. Cicéron, L. I. De finibus, rend en latin le mot d’Archontes par celui de Prætor, Préteur. Pline, Liv. XXXIII. ch. 7 le traduit Magistratus. Idem.

Sous les Empereurs Romains, plusieurs villes Grecques ont eu deux Archontes pour premiers Magistrats, qui étoient la même chose que les Duumvirs dans les Colonies, & dans les Municipes.

Archonte, est un nom dont les Grecs se servent pour exprimer plusieurs dignités de l’Eglise & de l’Empire. Les Evêques sont quelquefois appelés Archontes.

Plusieurs Historiens appellent Archontes les Seigneurs de la Cour des Empereurs Grecs. Voyez Guillaume de Tyr, Pachymère, Nicétas, Anne Comnéne, &c.

Archonte de l’Alage, étoit un Officier qui commandoit une Compagnie de Cavalerie destinée à la garde de l’Empereur. Voyez Codin, ch. 2. n. 32.

Archonte des Antimenses, est un Officier ecclésiastique, qui fait approcher de la sainte table ceux qui doivent communier. Codin.

Archonte des Archontes. C’étoit comme un Gouverneur général, qu’on peut comparer aux Béglierbeys des Turcs, qui ont sous eux des Sangiacs ; ou à nos Gouverneurs de province, qui ont sous eux des Lieutenans généraux & des Lieutenans de Roi. Voyez Leunclavius, Cantacuzéne, Siméon Logothéte, le continuateur de Théophane, &c.

Le grand Archonte, étoit comme le premier des Officiers de l’Empereur : Obsequio Palatino præerat, dit M. du Cange.

Archonte des Églises, est celui qui a l’Intendance sur les Eglises, & même, selon quelques-uns, sur les Monastères. Voyez Codin, ch. 1. n. 25. Il est parlé d’un Archonte des Monastères en plusieurs occasions, comme s’il étoit distingué de l’Archonte des Églises. Voyez Codin, ch. 1. n. 3. Cantacuzéne, Nicétas, &c.

Archonte de l’Evangile, c’est parmi les Officiers de

l’Eglise