Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/543

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

de 1690 a créé séparément dix Arpenteurs pour la ville, Prévôté & Vicomté de Paris.

ARPHAD. Nom d’une ville royale, ou d’un petit royaume voisin de la Terre-Sainte, du côté du septentrion. Arphad.

ARPI. Nom des ruines d’une ancienne ville de la Pouille Daunienne, que l’on nommoit Arpi, Argyrippa, & Argus Hippium. On trouve ces débris dans la Capitanate, province du royaume de Naples, entre Lucera & Manfrédonia.

ARPINO. Ancienne ville des Volsques. Arpinum. C’est aujourd’hui un bourg du royaume de Naples. Il est dans la Terre de Labour, au voisinage de la Campagne de Rome, entre Aquino & Sora. Qui est d’Arpino, Arpinas, atis. Arpino fut la patrie de Marius & de Cicéron.

ARQ.

ARQUA. Bourg de l’Etat de Venise. Arqua. Il est dans le Padouan, à quelques lieues au midi de Padoue. Pétrarque vécut long-temps à Arqua, & y mourut.

Arqua, ou Arquata, est un autre bourg d’Italie. Arquatum. Il est du duché de Milan, & dans le territoire de Tortone, entre Tortone & Gènes. Près d’Arquata, sur la rivière de Scrivia, étoit la Liburna, ou le Liburnum des Anciens. Quelques-uns néanmoins le mettent à Villa-Barna, village du Tortonnois.

ARQUATA, est encore un bourg de l’Etat de l’Eglise. Arquatum. Il est dans la Marche d’Ancone, près de l’Abruzze Ultérieure & de la rivière de Tronto, au-dessus d’Ascoli.

ARQUÉ, ÉE. adj. Courbé en arc, en cintre. On dit, qu’un cheval a les jambes arquées, & qu’une poutre est arquée. ☞ Arcuatus, in arcum flexus, curvatus. L’usage de ce mot n’est pas fort étendu. Voyez Arquer.

ARQUEBUSADE. s. f. Coup d’arquebuse. Ferreæ fistulæ ictus, emissio. Il a essuié cinq ou six arquebusades sans être blessé.

☞ On appelle eau d’arquebusade, une eau composée de plusieurs plantes vulnéraires, distillées avec le vin blanc, dont on se sert contre les coups de feu. C’est ce qu’on appelle ordinairement eau vulnéraire.

ARQUEBUSE. s. f. Arme à feu de la longueur d’un fusil, ou d’un mousquet, & qui se bande d’ordinaire avec un roüet. Sclopetus, ferrea fistula. C’est la plus ancienne des armes à feu, montée sur un fût ou long bâton. Elle a, selon Hanzelet, quarante calibres de long, & tire une once & sept huitièmes de plomb, avec autant de poudre. On ne s’en sert plus aujourd’hui.

☞ On appelle arquebuse rayée, celle dont le canon est rayé par dedans.

☞ Et arquebuse à croc, une sorte d’arquebuse dont le canon est si gros & si pesant, qu’on ne s’en sert guère que pour tirer de derrière les murailles d’une place, en l’appuyant quelque part pour tirer. Elle se charge comme le canon, & l’on y met le feu avec une mèche. La première fois qu’on a vu des arquebuses, ce fut dans l’armée impériale de Bourbon, qui chassa Bonnivet de l’état de Milan. Elles étoient si massives & si pesantes, qu’il falloit deux hommes pour les porter, & on les tiroit appuyées sur des fourchettes, & chargées de pierres rondes. Vendenesse, frère de la Palice, & Bayart, à qui Bonnivet avoit abandonné le soin de la retraite, en furent blessés & en moururent.

On donne le nom de jeu de l’Arquebuse à l’exercice de plusieurs jeunes gens assemblés en de certains jours, pour voir à qui tirera le mieux de l’arquebuse.

☞ On donne un prix à celui qui approche le plus près du but. On continue de les appeler Arquebusiers, compagnies d’arquebusiers, quoiqu’ils ne se servent plus d’arquebuses pour s’exercer à tirer, mais de fusils.

Arquebuse a vent. Sorte de machine pneumatique : c’est une arquebuse qu’on charge avec du vent comprimé, & qui ne laisse pas de faire un fort grand effet. Les arquebuses à vent ont été inventées par un bourgeois de Lisieux, nommé Marin, qui en présenta une au Roi Henri IV, quoique quelques-uns croient que cette invention soit dûe à quelques ouvriers de Hollande. M. Blondel la montre dans son Art de jeter les bombes, & l’on en voit la figure & la construction dans le livre des Elémens de l’Artillerie de Rivaut.

Ce mot vient de l’italien arcobusio, ou arco abuso, ainsi dit de arco, qui signifie un arc : & de busio, un trou, à cause du trou par où on met le feu à la poudre dont on charge les arquebuses, qui ont succédé aux arcs des Anciens. Ménage. D’autres croient qu’il vient de arqueraux, qui sont des instrumens de guerre pour jeter des pierres, dont Froissart fait mention ; & prétendent qu’on disoit autrefois acquebuse.

Une arquebuse, avec ce mot, vis abdita, peut être la devise, ou d’un traître, ou d’une personne modeste, ou d’un Prince ou ministre, qui fait réussir ses projets par le secret. L’arquebuse avec ces mots, & manus & mens, marque les entreprises, où il faut penser & agir pour réussir.

ARQUEBUSER. v. a. C’est tirer sur quelqu’un un coup d’arquebuse. Sclopetum displodere, ferream glandem emittere. Il fut arquebusé en passant dans une forêt. Ce mot est un peu vieux. L’usage l’admet pourtant encore, pour signifier le supplice des soldats ou officiers qu’on fait mourir en tirant sur eux des coups d’arquebuse. On mande d’Ulm, que le 28 Avril 1738, le Conseil souverain de la ville, avoit prononcé la sentence contre M. Harsdossar, & que le 30 ce bourguemestre avoit été arquebusé dans la cour de la prison. Merc. Mai, 1738.

ARQUEBUSÉ, ÉE. part.

ARQUEBUSERIE. s. f. C’est le métier d’Arquebusier. Fingendæ fistulæ ferreæ artificium.

ARQUEBUSIER. s. m. Qui porte & tire de l’arquebuse. Miles sclopeto armatus, sclopetarius. Il y avoit en cet endroit une compagnie d’arquebusiers à cheval, qui firent un grand effet.

On appelle aussi arquebusier, l’ouvrier qui fait des arquebuses, des fusils, & autres armes à feu. Sclopetorum, ferrearum, fistularum Faber.

Arquebusier & Armurier, ne sont point synonymes, quoique dans l’usage on confonde ordinairement ces deux mots. Voyez Armurier.

☞ On appelle aussi arquebusiers, ces compagnies de bourgeois qui s’assemblent pour s’exercer à tirer de l’arquebuse.

ARQUER. v. n. Se courber en arc. Arcuari, in arcum flecti, curvari, sinuari. On le dit des poutres, & autres pièces de charpenterie qui sont courbées, ou naturellement, ou parce qu’elles soutiennent un grand poids. On le dit particulièrement de la quille d’un vaisseau, quand elle se dément, & perd sa figure ordinaire par quelque violent effort, soit en mettant le vaisseau à l’eau, soit lorsqu’il échoue.

On dit au manége, qu’un cheval a les jambes arquées, quand il a les genoux courbés en arc ; ce qui arrive aux chevaux qui ont les jambes ruinées. Crura arcuata.

☞ On le dit aussi avec le pronom personnel. Cette poutre arque ou s’arque déjà. Ce vaisseau s’arque.

ARQUERAGE. s. m. Vieux mot. Droit ancien par lequel on étoit tenu de faire un soldat au Seigneur, comme qui diroit Archerage. On dit aussi Archarage & Archairage. Ce mot paroît venir d’arche.

ARQUES. Ville du pays de Caux, fondée sur un territoire, qui portoit anciennement le nom de Asdans, ou Hasdans. Arca. On croit que le château qui a donné naissance à la ville, fut bâti vers l’an 745 ou 749 par Pepin le Bref. Il étoit soutenu sur de très-belles arcades taillées dans le roc ; & c’est de ces arcades-là même que le château & la ville ont tiré leur nom. Descript. Géogr. & Hist. de la Haute Norm. T. I, pag. 111. Arques, près de Dieppe, sur la rivière d’Arques. La journée d’Arques, ou la bataille d’Arques, est une