Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/545

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

vivre. Ægrè vitam laborando sustentare. C’est un homme qui en arrache par-tout où il peut. Il arrachera pied ou aile de cette affaire. Il est du discours familier.

Arracher le jarre. Terme de Chapelier. Voyez Arracheuse.

Arracher, se dit proverbialement & figurément en ces phrases. Il vaut mieux laisser son enfant morveux, que de lui arracher le nez ; pour dire, souffrir un petit mal pour en éviter un plus grand. On dit aussi, lorsqu’on a emprunté, ou qu’on attrape de l’argent à un avare, qu’on lui a arraché une dent.

ARRACHÉ, ÉE. part. Avulsus, revulsus. On dit en termes de Blason, que la tête, ou quelque autre membre d’un animal, ou d’un oiseau, sont arrachés, quand ils ne sont pas coupés net, & quand il y a du poil, ou des lambeaux & filamens sanglans, ou non, qui font juger que ces pièces ont été arrachées. On dit aussi, que des arbres sont arrachés quand ils montrent leurs racines.

ARRACHEUR. s. m. Qui ne se dit guère que de ceux qui arrachent les dents, ou les cors des pieds. Avulsor. Un arracheur de dents ne s’occupe pas seulement à arracher les dents, mais aussi à nettoyer, & à buriner celles qui sont mal-propres & cariées ; & même à en remettre d’autres en place de celles qu’on s’est fait arracher, ou qui sont tombées d’elles-mêmes. Il a pour toutes ces diverses opérations plusieurs sortes d’instrumens qu’on nomme le déchaussoir, le burin, la feuille de sauge, la langue de serpent, la rugine aiguë, la rugine plate, le triangle, la sonde, &c.

On dit proverbialement, il est menteur comme un arracheur de dents, parce que ces sortes de gens vantent avec une confiance extrême leurs remèdes, & leur adresse.

ARRACHEUSES, ou ÉPLUCHEUSES. s. f. pl. Nom que les Chapeliers donnent à certaines femmes qu’ils ont chez eux, dont l’emploi est d’éplucher ou arracher le jarre qui se trouve dans les peaux de castors.

ARRACHIS. s. m. Terme des Eaux & Forets, qui se dit de l’enlèvement du plant des arbres. Tenerarum plantarum evulsio. Les arrachis sont défendus par l’ordonnance.

☞ ARRACIFES. En latin, insula rupium. C’est, dit Baudrand, une des îles de Salomon, ou des Larrons, dans la mer pacifique, vers les terres australes & les îles Philippines.

ARRADES. s. m. Petite ville ou bourg de Barbarie, en Afrique. Arradium, Quina. Elle est dans le royaume de Tunis, entre la ville Hamametha & les ruines de l’ancienne Carthage.

ARRAGEOIS. Voyez Arras,

☞ ARRAGIAN. Voyez Argian.

ARRAGON. Voyez Aragon.

ARRAJOLAS. Village de Portugal. Calantica. Il est dans l’Alentéjo, à deux ou trois lieues au nord d’Evora.

ARRAISONNER. Entretenir, parler avec quelqu’un. Colloqui, confabulari. Vieux mot qui n’est plus d’usage, & qui n’étoit pas même fort commun dans nos anciens livres. Arraisonner, c’est comme si l’on disoit, raisonner d’une chose avec quelqu’un, la discuter ; entretenir par un discours raisonné. C’est dans ce sens qu’il se trouve dans Villon.

Daignant toujours que trop l’arraisonner
De ce propos, plus d’ennui ne m’apporte.

Villon.


Je l’arraisonne, elle plaint & regrette. Marot.

On voit que ce verbe gouverne le nom de la personne à l’accusatif, & le nom de la chose à l’ablatif, ou avec la préposition de.

Arraisonner, v. n. qui ne se dit qu’avec le pronom personnel. Esther en propos avec quelqu’un, lui vouloir faire entendre raison. Alloqui aliquem, cum aliquo habere sermonem. Il est souvent inutile de s’arraisonner avec un paysan, un stupide, qui ne conçoit pas ce qu’on lui dit. Il faut commander aux valets, & non pas s’arraisonner avec eux, ni leur dire les raisons qu’on a de leur faire faire quelque chose.

Ce mot vient du latin ratiocinari, qui signifie raisonner. Mézerai s’en est servi, & personne après lui.

ARRAMBER. v. a. Terme de Marine, qui signifie, s’accrocher à un vaisseau avec le grappin, ou autrement. Ferream manum in navim injicere.

ARRAMER. v. a. Terme de manufacture de lainage. Mettre une pièce de drap, ou de serge sur un rouleau, pour la tirer & l’alonger de force ; d’où il arrive qu’elle raccourcit ou étrécit dans la suite ; ce qui est défendu par les statuts à tous les drapiers, façonniers & foulons.

ARRAMIR. v. a. Vieux mot. Promettre.

☞ ARRAN. Province de Perse, entre la Géorgie, l’Azer-bejan & le Schirwan.

ARRANG. s. m. Terme d’Imprimeurs, qui se dit ironiquement d’un compagnon qui fait peu d’ouvrage.

ARRANGEMENT. s. m. Disposition des parties d’un tout dans un certain ordre, compositio, dispositio, ordinatio. La philosophie moderne fait voir que la diversité des couleurs ne dépend que de la situation, & arrangement des parties, qui réfléchissent diversement la lumière. La diversité des saveurs & des odeurs vient de divers arrangemens des pores qui les rend diversement sensibles. C’est le différent arrangement & la diverse situation des parties, qui met de la différence entre les corps. Maleb. Dieu n’a-t-il pas pu construire une machine, qui par l’arrangement de la matière, imite les effets de la pensée & du raisonnement ? P. Dan. ☞ Ce mot désigne aussi l’état des choses qui sont arrangées. Arrangement de livres, de vases. Il y a beaucoup d’arrangement dans cette bibliothèque.

Arrangement, se dit aussi de la disposition, de l’ordre que l’on met dans un discours, en mettant chaque terme à la place qui lui convient. L’arrangement des paroles est un des principaux ornemens du discours. De-là résulte cette espèce d’harmonie qui flatte l’oreille & produit dans l’âme un sentiment agréable. Le contraire arrive si les mots sont mal arrangés, ne sont pas à leur place. Les Anciens ne se sont pas mis fort en peine de l’ordre & de l’arrangement. Perr. Nous devons à M. de Balzac le bel arrangement de nos mots, & la belle cadence de nos périodes. Bouh. Euripide est plus heureux dans l’arrangement de ses paroles, que dans le sens de ses pensées. Boil. L’élégance qui ne vient que de l’arrangement des mots, & de la cadence des périodes, n’éblouit que les esprits superficiels. S. Evr.

Arrangement, se dit aussi des mesures que l’on, prend pour finir une affaire. Prendre des arrangemens pour payer ses dettes.

ARRANGER. v. a. Mettre les choses en ordre, les placer dans un lieu qui leur est propre & convenable ; leur donner une situation naturelle & agréable ; les disposer d’une manière ingénieuse & capable de produire un bel effet. Componere, disponere, collocare, ordinare. Les livres de cette bibliothèque sont arrangés selon l’ordre des matières. Il faut arranger ingénieusement les mots dans les discours. Vaug. Ce que nous prenons pour des vertus, n’est souvent qu’un assemblage de divers intérêts que la fortune ou notre industrie savent arranger. Rochef. Comme j’aime l’ordre, vous me faites plaisir d’arranger mes idées. Fonten.

Arranger, signifie aussi mettre en bon ordre. Arranger ses affaires.

On le dit aussi au réciproque. S’arranger chez soi, pour dire, mettre ses meubles en ordre, rendre sa maison propre. Acad. Fr.

☞ On dit aussi s’arranger, pour dire, prendre des arrangemens, des mesures pour finir une affaire. Il s’est arrangé avec ses créanciers.

ARRANGÉ, ÉE. part. Compositus, ordinatus, collocatus, dispositus. Il avoit ses desseins toujours arrangés, & trouvoit en soi des ressources toujours prêtes pour les événemens les plus subits. Le P. de la Rue. Les personnes trop arrangées ne plaisent point, parce