Page:Dictionnaire de Trévoux, 1771, I.djvu/553

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

seau prononce, pour obliger le Timonier à pousser la barre sous le vent, comme s’il vouloir faire vent arrière.

☞ C’est aussi le commandement fait à un petit bâtiment, sur lequel on a assez d’autorité pour l’obliger à passer sous le vent.

ARRIVÉE. s f. Le temps où une personne arrive. Adventus, accessus. Il a été régalé à son arrivée par ses amis. On l’est allé attendre à l’arrivée, à la descente du coche. On date à Rome les provisions du jour de l’arrivée du courier qui retient la date.

Arrivée, signifie aussi le temps où les marchandises sont apportées en quelque endroit. Les marchandises paient des douannes, tant à leur sortie, qu’à leur arrivée dans le royaume.

On dit proverbialement, il n’est chère que d’arrivée ; pour dire, qu’on fait bien de l’accueil aux nouveaux venus, ou à ceux qu’il y avoit longtemps qu’on n’avoit Vus, mais que cela ne durera pas longtemps.

Arrivée. Terme de Marine. Mouvement du vaisseau qui obéit au vent pour un instant. On dit : il fait, ou il a fait une arrivée. Le Manœuvrier.

d’Arrivée. Sorte d’adverbe, qui signifie, d’abord, en arrivant, sitôt qu’on est arrivé. Primo aditu, statim. Il a vieilli. D’arrivée il le met en fuite. Mezer. Il vieillit.

☞ ARRIVER. v. n. Aborder, approcher de la rive. La tempête nous obligea de relâcher, & nous arrivâmes à une plage déserte. Arriver au port. Ad ripam appellere.

Arriver, signifie plus ordinairement, parvenir au lieu où on avoit dessein de se rendre. Advenire, devenire, pervenire. Vous voila heureusement arrivé de votre voyage. Le courier de Hollande arrive les lundis & vendredis. ☞ Nous arrivâmes pour dîner. On le dit aussi des marchandises qui sont voiturées par terre, ou qui abordent par eau. Il est arrivé tant de balles de café à l’Orient.

Arriver à bon port. Au propre, c’est parvenir heureusement au lieu où l’on vouloit aller. Au figuré, c’est réussir dans ce qu’on s’étoit proposé.

Arriver, synonyme de survenir. A l’heure même du dîner, il arriva des gens sur lesquels nous ne comptions pas.

Ce mot vient de adripare, comme qui diroit, ad ripam appellere. Menag.

Arriver, se dit aussi figurémentpour parvenir. Il est difficile d’arriver à la perfection. Peu d’Orateurs sont arrrivés au sublime. Boil. Cet homme est arrivé à un haut point de fortune. Assequi, consequi, adipisci.

Arriver, se dit aussi en parlant ☞ des accidens, des événemens, & généralement de tout ce qui se fait dans le monde, soit par hasard, soit par le cours ordinaire de la nature. Contigere, accidere, evenire. Un bon Astronome prédit toutes les éclipses qui arriveront dans cent ans. Un habile homme doit prévoir tous les inconvéniens qui peuvent arriver dans l’affaire qu’il entreprend. La prudence pense à ce qui s’est passé, pour prévoir ce qui arrivera. Le Ch. de M. ☞ Il vient d’arriver un grand malheur. On dit, une chose peut arriver à tout le monde ; pour dire, que tout le monde y est exposé. Et qu’une chose n’arrivera, jamais, pour dire, qu’elle ne fera jamais, qu’elle ne se fera pas.

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement.
Et les mots, pour le dire, arrivent aisément. Boil.

☞ C’est-à-dire se présentent sans peine comme d’eux-mêmes.

Arriver. Ce mot entre dans plusieurs façons de parler, par élégance seulement. S’il vous arrive jamais de tomber en cette faute, vous serez bien châtié. Il ne lui est jamais arrivé de dire un bon mot. Comme j’étois à la chasse, il lui arriva de faire une insolence. Vaug. Alors il est pris impersonnellement.

Arriver, se dit aussi pour être apporté. Afferri, deferri, supervenire. Il arriva mets sur mets. Ablanc. Pour dire, qu’on apporta plats sur plats.

Arriver, en termes de Marine, signifie ; pousser la barre du gouvernail sous le vent, & manœuvrer, ou pour obéir au vent, ou pour le prendre en poupe. Clavum agitare ad ventorum opportunitatem. Ce qui se fait, quand on veut venir à bord de quelqu’autre vaisseau, ou éviter quelque banc, ou quelque écueil.

Arriver sur un vaisseau, c’est aller à lui en obéissant au vent, ou en mettant vent en poupe. Laissez arriver. Avertissement qu’on donne à un vaisseau qui gêne le passage pour prendre poste, lorsqu’il n’est point au sien. Arriver par la contre-marche. Mouvement successif des vaisseaux d’une même ligne au même point, dans les eaux les uns des autres. Ce mouvement doit commencer par le vaisseau de la tête de la ligne. Arriver tout plat, se dit d’un vaisseau qui a vivement obéi au vent dans un cas pressé. Arriver beaucoup, c’est-à-dire, obéir beaucoup au vent, quand on est au plus près, sans cependant gouverner tour-à-fait vent arrière.

On dit proverbialement, qu’un malheur n’arrive guère sans l’autre ; qu’il arrive bien des choses entre le verre & la bouche.

ARRIVÉ, ÉE. part.

ARROBE. s. m. Terme de Marine, qui se dit du poids de trente-une, ou trente-deux livres. Ce mot est venu d’Arroba espagnol, qui signifie la même chose. L’arrobe de laine à Ségovie pese seulement vingt-cinq livres. L’arrobe est un poids portugais. Notre Gazette écrit arrouba, mais le P. Bulteau, dans son Dictionnaire portugais, écrit arroba, & dit que c’est le poids de 32 arratels ou arrateis, comme on parle en Portugais, c’est-à-dire, de 32 livres. Libræ duæ & trigenta. Un proverbe portugais dit que dans cette vie les plaisirs sont par onces, & les chagrins par arrobes. Nestra vida os prezares saon por onças, & os pesares por arrobas.

ARROCHE. s. f. Plante potagère, ainsi appelée, selon quelques-uns, parce qu’elle ne demeure que huit jours en terre. On l’appelle autrement Bonne-Dame. Atriplex. Sa racine est longue de trois à quatre pouces, droite, fibreuse & annuelle. Elle pousse des feuilles arrondies, chargées d’une poussière blanche, aussi-bien que ses jeunes tiges qui s’élèvent à la hauteur de cinq à six pieds, garnies de feuilles alternes, un peu charnues, anguleuses, ondées, & un peu frisées sur leurs bords, tantôt vertes, le plus souvent d’un vert pâle tirant sur le jaune, & quelquefois lavées de pourpre. Ses tiges & ses branches sont terminées par des épis de fleurs composées de plusieurs étamines jaunes ou verdâtres. A ces fleurs succèdent des fruits composés de deux feuilles, arrondis, de la figure d’une lentille, minces, membraneux, & qui renferment une seule petite semence. Les feuilles d’arroche sont rafraîchissantes, émollientes, & donnent au bouillon une belle couleur d’or : étant prises en plus grande quantité elles lâchent le ventre ; on les met, pour cette raison dans les décoctions pour les lavemens. Ses semences purgent par haut & par bas. L’arroche est ennemie de l’estomac. Sa graine est bonne contre l’épanchement de bile, l’opilation du foie : comme elle provoque à vomir, il ne faut la donner qu’aux gens robustes. L’herbe, autant cuite que crue, appliquée, guérit les furoncles & toutes les duretés, & fait tomber les ongles gâtés, &c.

L’arroche rouge est de la même grandeur & de la même figure que la précédente ; mais ses tiges, ses feuilles & ses fleurs sont d’un rouge brun.

ARRŒ ou ARREN. petite île de Dannemarck. Aroa, Aria. Elle est sur la côte méridionale de l’île de Fionie, dans la Mer Baltique. Elle est petite, mais fertile, surtout en anis, dont les habitans assaisonnent tout jusqu’à leur pain.

ARROGAMMENT. adv. Arroganter. Avec arrogance. Parler arrogamment.

☞ ARROGANCE. s. f. Présomption qui fait qu’on s’attribue une autorité, qu’on n’a pas. Elle s’annonce par les airs de hauteur. Arrogantia. Souvent l’arrogance a tenu lieu de grandeur, & l’inhumanité de fermeté. La Bruy.

☞ L’orgueil fait que nous nous estimons. La vanité fait que nous voulons être estimés. La fierté fondée sur l’estime qu’on a de soi-même, nous empêche de nous